15cm K18 vu de dos

15cm K18 vu de dos


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Cette vue arrière du Kannon 18 de 15 cm donne une vue claire de la piste de boîte à l'ancienne, qui a considérablement réduit la quantité de traversée disponible sans l'utilisation d'une plaque tournante séparée.

Canons d'artillerie lourde allemands 1933-1945, Alexander Lüdeke. Bien que le titre couvre en fait l'artillerie légère, moyenne et lourde ainsi que les mortiers et les canons antichars (à l'exclusion des canons ferroviaires, des lance-roquettes et des lance-roquettes). Chacun reçoit un article utile, étayé par des statistiques et au moins une photo. Couvre les canons de construction allemande et les nombreux types capturés et utilisés par la Wehrmacht. [lire la critique complète]


1968 Z28 Camaro d'origine non restaurée avec seulement 39 000 milles

Vous offrez sur un nombre correspondant à 1968 Z28. Du pare-chocs avant au pare-chocs arrière, cette Z28 conserve toutes ses pièces d'origine, à l'exception des pneus, des fils de bougies (les originaux ont été conservés) et de la durite supérieure du radiateur. La voiture a été achetée à l'origine chez Ellis Brooks Chevrolet à San Francisco en Californie. à l'été 1968. La Z28 a été une voiture californienne toute sa vie jusqu'à son arrivée récente en Géorgie. Au cours de la durée de vie de la voiture, de grands efforts ont été déployés pour conserver toutes les pièces d'origine de cette voiture, même jusqu'aux colliers de serrage d'origine du radiateur de la tour.

Cette Z28 a 39 851 milles d'origine et n'a pas été inquiétée. Certaines des options d'usine sont les suivantes : Rally Sport, intérieur personnalisé, console, direction assistée, rétroviseur sport, radio AM/FM. Il a une extrémité arrière d'usine 4.10 et une transmission M21.

Le moteur d'origine, "né avec", n'est jamais sorti de la voiture et les performances sont excellentes. De plus, la voiture a sa transmission M21 d'origine ainsi que son levier de vitesses Muncie d'origine, ce qui est très rare car la plupart ont été changés au cours de la vie d'une Z28. L'arrière d'origine codée "BV" (4.10) est également avec la voiture.

La Z28 a conservé sa peinture d'ORIGINE Rally Green et est en excellent état. La voiture a conservé tous ses panneaux de carrosserie d'origine et n'a jamais connu d'accident et est totalement exempte de rouille. Ce Z28 est entièrement documenté avec Protect O Plate, tous les livres/manuels et clés d'origine. L'historique complet est documenté jusqu'au concessionnaire d'origine. De plus, les plaques noires californiennes d'origine et plusieurs informations d'origine du concessionnaire sont toujours avec la voiture.

L'intérieur est tout d'origine et dans un état fantastique. Les sièges, la moquette, le volant, la radio (tout l'intérieur) sont tous d'origine et en parfait état montrant à peine une usure. La voiture fonctionne parfaitement et a d'excellentes performances. L'échappement, les tuyaux d'échappement et les supports de silencieux sont les mêmes que ceux de la voiture lorsqu'elle a quitté l'usine. Les collecteurs d'échappement n'ont jamais été démontés (serrures françaises conservées). Tout le verre est d'origine, même le pare-brise, tout comme le rétroviseur à code date. Toutes les roues sont datées et sont celles qui étaient sur la voiture lorsque la voiture a quitté l'usine. La peinture, les bandes de beauté et les capuchons centraux sont excellents et originaux. La roue de secours et le pneu d'origine sont toujours avec la voiture. J'étais limité au nombre de photos que je pouvais lister sur ebay. S'il y a quelque chose que vous voulez voir, n'hésitez pas à me demander ou à me contacter pour toute question que vous pourriez avoir.

Sept, sept, zéro-trois, six, un-trois, un, deux, sept

Tous les fonds doivent être compensés par la banque avant que le titre Georgia ne soit libéré. La voiture est à vendre localement, je me réserve donc le droit d'envoyer l'enchère plus tôt.

Vous trouverez ci-dessous une liste des éléments importants codés par date :

337090 = Numéro de séquence ou 337090e voiture construite pour l'année modèle 1968.

04C= Body Build Date 3ème semaine d'avril K177= 11ème jour du mois, 177ème séquence corporelle

68-12437= 1968, 8 cyl. 2 dr. coupé LOS = Los Angeles 35937 = Séquence de corps de Fisher

TR 714 = Intérieur noir personnalisé J-J = Peinture vert rallye, pas de dessus en vinyle

VO328MO = Flint, Michigan construit le 28 mars 1968 302/290 avec transmission manuelle à 4 vitesses

Date de distribution = C118 11 mars 1968

Numéro de fonte du bloc = 3914678 302/290 4 boulons principal

Têtes = LH 3917291 J267/ RH 3917291 J277 (26 et 27 octobre 1967)

Carburateur = 3923289 DZ List 4053 833, 3ème semaine de mars 1968 Holley 4bbl pour 302

Distributeur=1111467 8BB 8 février 1968

Alternateur = 1100814 8D18 18 avril 1968

Démarreur = 1108367 8C28 28 mars 1968

Collecteurs d'échappement = RH 3872730, LH 3892683

Boîtier de thermostat = 3827369 B4

Transmission = 18L337090 Numéro VIN P8C20 P = Muncie Transmission 8 = 1968 C20 = 20 mars 1968

Maître-cylindre = 5460346 WT

Roues= K18 3-20 DF, K18 3-21 DF, K18 3-20 DF, K18 3-20 DF 20 et 21 mars 1968

Essieu= BV 1227 G1E BV=4.10, 1227= 27 décembre 1967, G1= Chevrolet Gear et Essieu 1ère vitesse E=Eaton Positraction


Contenu

Le SKS a une disposition conventionnelle, avec une crosse en bois et une poignée de fusil. Il s'agit d'un fusil à gaz doté d'un porte-boulon à ressort et d'une tige de commande à piston à gaz qui fonctionnent pour déverrouiller et faire cycler l'action via la pression du gaz exerçant une pression contre eux. La culasse est verrouillée pour contenir la pression d'allumage au moment du tir en s'inclinant vers le bas à l'arrière et en étant maintenue par une patte fraisée dans la carcasse. Au moment du tir, le porte-culasse est repoussé vers l'arrière, ce qui lui fait soulever la culasse, la déverrouillant et permettant de la repousser vers l'arrière contre un ressort. Cela permet à la douille tirée d'être éjectée et à une nouvelle cartouche du chargeur d'être transportée dans la chambre. Le SKS représente une étape intermédiaire dans le processus de développement de véritables fusils d'assaut, étant plus court et moins puissant que les fusils semi-automatiques qui l'ont précédé, comme le SVT-40 soviétique, mais étant plus long (10 cm ou 4 pouces) que Fusils de la série AK qui l'ont remplacé. En conséquence, il a une vitesse initiale légèrement supérieure à celle des bras qui l'ont remplacé.

Le magasin de boîte interne à dix cartouches du SKS peut être chargé à la main ou à partir d'un clip de décapage. Les cartouches stockées dans le magasin peuvent être retirées en tirant sur un loquet situé en avant du pontet (ouvrant ainsi le "plancher" du magasin et permettant aux cartouches de tomber). [2] Dans une utilisation militaire typique, les pinces à dénuder sont jetables. Si nécessaire, ils peuvent être rechargés plusieurs fois et réutilisés.

Alors que les premiers modèles soviétiques (1949-1950) avaient des percuteurs à ressort, qui maintenaient la broche loin des amorces de cartouche jusqu'à ce qu'ils soient frappés par le marteau de l'action, la plupart des variantes du SKS ont un percuteur flottant dans le boulon. En raison de cette conception, des précautions doivent être prises lors du nettoyage (en particulier après un long stockage emballé dans Cosmoline) pour s'assurer que le percuteur peut se déplacer librement et ne colle pas en position avant dans le boulon. Les percuteurs SKS qui sont coincés en position avant sont connus pour provoquer des "slamfires" accidentels (le fusil tire tout seul, sans appuyer sur la gâchette et souvent sans être complètement verrouillé). Ce comportement est moins probable avec les munitions militaires à amorces dures pour lesquelles le SKS a été conçu, mais comme pour tout fusil, les utilisateurs doivent entretenir correctement leurs armes à feu. Pour les collectionneurs, les slamfires sont plus probables lorsque le boulon contient encore des restes de Cosmoline incrustés qui retardent le mouvement du percuteur. Comme il est de section triangulaire avec une seule façon de l'insérer correctement (encoches vers le haut), des slamfires peuvent également se produire si le percuteur est inséré dans l'une des deux autres orientations.

Dans la plupart des variantes (les modèles yougoslaves étant l'exception la plus notable), le canon est doublé de chrome pour une meilleure tolérance à l'usure et à la chaleur du feu soutenu et pour résister à la corrosion des munitions corrosives amorcées au chlorate, ainsi que pour faciliter le nettoyage. La doublure d'alésage chromée est courante dans les fusils militaires. Bien qu'il puisse diminuer la précision, son effet sur la précision pratique dans un fusil de ce type est limité.

Le guidon a un poteau à capuchon. La vue arrière est un type à encoche ouverte qui est réglable pour une élévation de 100 à 1 000 mètres (110 à 1 090 yd). Il y a aussi un réglage de « bataille » tout usage sur l'échelle de visée (marqué « П », pour « Прямой выстрел », qui signifie « tir droit »), réglé sur 300 mètres (330 yards). Ceci est obtenu en déplaçant la glissière d'élévation vers l'arrière de l'échelle aussi loin que possible. [2] [3] Le M59/66A1 yougoslave a des viseurs lumineux rabattables à utiliser lors du tir dans des conditions de faible luminosité, contrairement aux anciens M59 et M59/66. [2]

Tous les SKS militaires ont une baïonnette attachée à la face inférieure du canon, qui est étendue et rétractée via une charnière à ressort. Des baïonnettes à lame et à pointe ont été produites. [2] Les baïonnettes à pointes ont été utilisées sur le Tula russe SKS-45 de 1949, le chinois Type 56 à partir de mi 1964 et le modèle albanais 561. Les variantes M59/66 et M59/66A1 de fabrication yougoslave sont les seuls modèles SKS avec un accessoire de lancement de grenade intégré. [2]

Le SKS est facilement démontable et remonté sur le terrain sans outils spécialisés, et le groupe de détente et le chargeur peuvent être retirés avec une cartouche non tirée ou avec le couvercle du récepteur. Le fusil a un kit de nettoyage stocké dans une trappe dans la crosse, avec une tige de nettoyage passant sous le canon, dans le même style que l'AK-47. Le capuchon du kit de nettoyage sert également de guide de tige de nettoyage, pour protéger la couronne d'être endommagé pendant le nettoyage. Le corps du kit de nettoyage sert de poignée de tige de nettoyage. À l'instar d'autres conceptions de l'ère soviétique, il troque une certaine précision contre la robustesse, la fiabilité, la facilité d'entretien, la facilité d'utilisation et un faible coût de fabrication.

Au cours de la Seconde Guerre mondiale, de nombreux pays se sont rendu compte que les fusils existants, tels que le Mosin-Nagant, étaient trop longs et lourds et ont tiré des cartouches puissantes qui étaient efficaces dans les mitrailleuses moyennes d'une portée supérieure à 2 000 mètres (2 200 yd), créant un excès de recul. Ces cartouches, telles que le Mauser 8 × 57 mm, le .303 British, le .30-06 Springfield et le 7,62 × 54 mmR étaient efficaces dans les fusils à des distances allant jusqu'à 1 000 mètres (1 100 yards), cependant, il a été noté que la plupart des échanges de tirs avaient lieu. à des portées maximales comprises entre 100 et 300 mètres (110 et 330 yards). Seul un spécialiste hautement qualifié, tel qu'un tireur d'élite, pouvait utiliser la cartouche de fusil à pleine puissance à son véritable potentiel. L'Union soviétique et l'Allemagne s'en sont rendu compte et ont conçu de nouvelles armes à feu pour des cartouches plus petites et de puissance intermédiaire. Les États-Unis ont déployé un obus intermédiaire dans le calibre .30 (7,62 mm), maintenant connu sous le nom de carabine .30 utilisé dans la carabine M1, il était largement utilisé par les forces américaines pendant la Seconde Guerre mondiale mais était beaucoup plus faible que les obus intermédiaires allemands et soviétiques, et n'a jamais été destiné à remplacer la cartouche de fusil .30-06.

L'approche allemande était la production d'une série de cartouches et de fusils intermédiaires dans l'entre-deux-guerres, développant finalement le Mousqueton Maschinen, ou machine-carabine, qui a évolué plus tard dans le Sturmgewehr 44, qui a été produit en grand nombre pendant la guerre, et chambré dans le tour intermédiaire Kurz de 7,92 × 33 mm.

Le type de l'Union soviétique a qualifié un nouveau tour intermédiaire en 1943, en même temps qu'il a commencé à aligner la carabine Mosin-Nagant M44 comme une arme de petit calibre générale. Cependant, le M44, qui avait une baïonnette repliable sur le côté et une longueur totale plus courte, tirait toujours la cartouche à pleine puissance de ses prédécesseurs. Un petit nombre de fusils SKS ont été testés sur la ligne de front au début de 1945 contre les Allemands pendant la Seconde Guerre mondiale. [4]

Du point de vue de la conception, le SKS s'appuie sur l'AVS-36 (développé par le même concepteur, Simonov) à un point que certains le considèrent comme un AVS-36 raccourci, dépourvu de capacité de tir sélectif et re-chambre pour la cartouche de 7,62 × 39 mm . [5] Ce point de vue est problématique, car l'AVS utilise un dispositif de verrouillage à boulon à bloc coulissant, tandis que le SKS utilise une conception à boulon basculant plus fiable héritée du PTRS-41, lui-même tiré du SVT-40. Le mécanisme de culasse est l'une des caractéristiques déterminantes d'un fusil, avoir un boulon différent signifie que le SKS et l'AVS semblent simplement similaires dans la disposition, tout en différant considérablement par le verrouillage du boulon, le calibre, la taille, et que l'un a un chargeur fixe et l'autre a un magazine détachable. Il doit également une dette au M44, incorporant la taille de la carabine et la baïonnette intégrale.

En 1949, le SKS a été officiellement adopté dans l'armée soviétique, fabriqué à l'armurerie de Toula de 1949 à 1955 et à l'usine mécanique d'Izhevsk en 1953 et 1954. Bien que la qualité des carabines soviétiques fabriquées dans ces arsenaux publics était assez élevée, son la conception était déjà obsolète par rapport à la Kalachnikov qui était à tir sélectif, plus légère, avait trois fois la capacité du chargeur et avait le potentiel d'être moins laborieuse à fabriquer. Progressivement au cours des années suivantes, la production d'AK-47 a augmenté jusqu'à ce que les carabines SKS existantes en service soient reléguées principalement aux autres troupes et aux troupes de deuxième ligne. Ils sont restés en service de cette manière jusque dans les années 1980 et peut-être au début des années 1990. Le SKS était le fusil de service standard utilisé par les forces de défense aérienne soviétiques pour garder les sites antiaériens jusqu'à au moins la fin des années 1980. À ce jour, la carabine SKS est utilisée par certaines gardes d'honneur cérémonielles russes, de la même manière que le fusil M14 aux États-Unis.

Pendant la guerre froide, l'Union soviétique a partagé les détails de conception et de fabrication du SKS avec ses alliés et, par conséquent, de nombreuses variantes du SKS existent. Certaines variantes utilisent des commandes de port de gaz, des viseurs nocturnes rabattables et des lance-grenades proéminents montés sur la bouche (yougoslave M59/66, peut-être de type nord-coréen 63). Au total, les fusils SKS ont été fabriqués par l'Union soviétique, la Chine, la Yougoslavie, l'Albanie, la Corée du Nord, le Vietnam du Nord, l'Allemagne de l'Est (Kar. S) et (modèle 56) en Roumanie. Physiquement, tous sont très similaires, bien que le lance-grenades 22 mm conforme aux spécifications de l'OTAN de la version yougoslave et le stock plus complet de la version albanaise soient visuellement distinctifs. De nombreuses pièces plus petites, notamment les viseurs et les poignées de chargement, étaient uniques aux différentes séries de production nationales. Une petite quantité de carabines SKS fabriquées en 1955-1956 a été produite en Chine avec des pièces russes, vraisemblablement dans le cadre d'un accord de partage de technologie. La grande majorité des M59 et M59/66 yougoslaves ont des crosses en orme, noyer et hêtre. Les SKS russes avaient des stocks de bouleau arctique (ou "bouleau russe"), et les Chinois étaient de bois de catalpa ("bois Chu"). [6]

En termes de chiffres de production, le SKS était le neuvième modèle de fusil à chargement automatique le plus produit de l'histoire. [7] Tout en restant beaucoup moins omniprésent que l'AK-47, les fusils soviétiques originaux et les variantes étrangères peuvent encore être trouvés aujourd'hui entre des mains civiles ainsi que dans les arsenaux des groupes insurgés et des forces paramilitaires du monde entier. [7] Le SKS a été diffusé dans jusqu'à 69 pays, à la fois par des gouvernements nationaux et des acteurs non étatiques. [8] En 2016, il était encore largement diffusé parmi les civils et les acteurs non étatiques dans au moins cinq de ces pays et restait dans les inventaires de réserve et de formation de plus de 50 armées nationales. [8]

Le SKS devait être une arme à feu à remplissage d'espace fabriquée en utilisant la conception éprouvée du mécanisme de fonctionnement du fusil antichar 14,5 × 114 mm PTRS-41 et en utilisant des techniques de fabrication de forgeage fraisées éprouvées. Cela devait fournir une solution de repli pour la conception radicalement nouvelle et expérimentale de l'AK-47, au cas où elle échouerait. Le récepteur estampé d'origine AK-47 a dû être rapidement repensé pour utiliser un récepteur fraisé qui a retardé la production et prolongé la durée de vie de la carabine SKS.

Dès que le SKS a été mis en service en 1949, il a été rendu obsolète pour l'armée soviétique par le nouveau AK-47, qui a été adopté par l'armée soviétique plus tard dans l'année. Cependant, elle trouva une seconde vie plus longue au service d'autres pays alignés sur les Soviétiques, en particulier l'armée chinoise, qui la trouva bien adaptée à leur propre style de guerre, la « guerre populaire » dont les principaux acteurs étaient très mobiles, autonomes. des bandes de guérilla dépendantes et des milices rurales protégeant leurs propres villages. Dans la philosophie de « la guerre populaire », l'accent était mis sur les tireurs d'élite à longue portée, les attaques gâchées et les embuscades. Pour cela, l'armée chinoise a préféré sa propre version domestique du SKS (la carabine Type 56) au modèle AK. [ citation requise ]

Depuis son introduction en 1956, le Type 56/SKS est resté le cheval de bataille de l'Armée populaire de libération (APL) pendant 30 ans. En 1968, l'armée a été brièvement rééquipée du fusil d'assaut Type 63 qui avait échoué, qui avait été conçu pour combiner la puissance de feu soutenue de la première variante chinoise de l'AK-47 (le fusil d'assaut Type 56) avec le tir semi-automatique précis du Carabine SKS/Type 56 et remplacez ces deux fusils séparés. Cependant, au milieu des années 1970, divers problèmes affectaient le fusil Type 63 peu fiable. Les troupes ont réclamé à grands cris la restitution de leurs carabines, qui avaient été redistribuées aux unités de milice locales, et l'état-major de l'armée a abandonné le Type 63 et a remis en service la carabine de type 56 (SKS) et le fusil d'assaut de type 56 (AK-47). La pratique standard était que les chefs d'escouade et les chefs d'escouade adjoints portent un fusil d'assaut et que la plupart des autres soldats portent une carabine, de sorte qu'une escouade d'infanterie de première ligne déploie deux fusils d'assaut, deux mitrailleuses légères et sept carabines.

Cependant, après le début de la guerre frontalière de 1979 entre la Chine et le Vietnam, les unités de combat chinoises ont découvert que la capacité de la carabine SKS pour le tir de précision à longue portée était de peu d'utilité dans les jungles montagneuses de la région frontalière, ces unités ont donc été rééquipées à la hâte. avec des fusils d'assaut. Les fusils de la famille AK (comprenant à la fois l'auto Type 56 de l'armée chinoise et les AK-47 et AKM de l'armée vietnamienne) sont pour des raisons structurelles relativement imprécises, [9] et parce que l'armée chinoise a historiquement favorisé le tir de précision (malgré le fait d'avoir généralement des armes à feu mal -adapté à cette tâche), la guerre sino-vietnamienne a directement accéléré le développement du fusil d'assaut Type 81 de l'APL. [ citation requise ] Au moment où le conflit frontalier a éclaté entre la Chine et le Vietnam en 1983, l'armée chinoise avait déjà été complètement rééquipée de leur fusil d'assaut Type 81 plus précis et plus précis. [10] Cependant, la carabine Type 56 reste toujours en service dans les milices chinoises et les forces de réserve. Le Type 56 est également utilisé comme fusil d'exercice et de cérémonie.

À partir des années 1960, de grandes quantités de carabines SKS obsolètes et redondantes provenant des stocks de réserve militaires ont été données par l'Union soviétique et la République populaire de Chine aux mouvements de guérilla de gauche du monde entier. [11] L'omniprésence croissante du SKS a modifié la dynamique de la guerre asymétrique dans les pays en développement et les territoires coloniaux, où la plupart des guérilleros étaient auparavant armés de fusils à verrou. [11] Par exemple, le SKS a été l'une des principales armes du Viet Cong pendant la guerre du Vietnam. [12] Le type d'arme a été rencontré si fréquemment par les forces armées des États-Unis au Vietnam que des exemples capturés ont été utilisés par les unités des forces opposées (OPFOR) lors d'exercices d'entraînement conçus pour simuler les conditions du champ de bataille là-bas dès 1969. [13] Carabines SKS capturées ont également été prisés comme trophées de guerre parmi le personnel militaire américain, et un certain nombre ont été ramenés aux États-Unis par des anciens combattants de retour au cours du conflit du Vietnam. [14]

Le SKS a trouvé une faveur particulière en Afrique australe, où il a été utilisé par un certain nombre d'armées insurgées luttant pour renverser la domination coloniale en Angola, [15] Rhodésie (Zimbabwe), [16] et Sud-Ouest africain (Namibie). [17] L'Union nationale pour l'indépendance totale de l'Angola (UNITA) a utilisé la variante chinoise de type 56 lors de sa longue insurrection contre le gouvernement angolais postcolonial de 1975 à 2002. [18] Le SKS a également été utilisé en petites quantités par uMkhonto we Sizwe (MK), branche armée de l'African National Congress (ANC) en Afrique du Sud. [19] Les carabines SKS capturées à MK par les forces de sécurité sud-africaines ont été utilisées pour armer les milices du Inkatha Freedom Party (IFP) lors de sa lutte de pouvoir interne avec l'ANC dans les années 1980 et 1990. [20]

Un certain nombre de carabines de type 56 ont été acquises et utilisées aux côtés des fusils AK plus omniprésents par l'armée républicaine irlandaise (IRA) pendant les troubles. [21] Pendant la rébellion du Dhofar, des carabines SKS ont été introduites en contrebande à Oman par voie maritime, très probablement par le bloc soviétique, pour y armer les insurgés du Front populaire de libération d'Oman (PFLO). [22] Le Parti communiste de Thaïlande (CPT) a utilisé le SKS pendant son insurrection jusqu'au début des années 1980, date à laquelle il a cessé ses opérations militantes. [23] Les forces militaires cubaines et grenadiennes ont utilisé des carabines SKS lors de l'invasion américaine de la Grenade en 1983. [24] L'armée américaine a capturé 4 074 carabines SKS pendant l'invasion, principalement dans des dépôts d'armes. [25]

Au début des années 1980, le SKS avait été presque entièrement remplacé dans le service militaire mondial par l'AK-47 et ses dérivés. [26] La prolifération croissante de fusils à motif AK bon marché dans la plupart des conflits asymétriques a également mis fin à la popularité du SKS en tant qu'arme de guérilla standard. [26] À ce moment-là, la majorité des carabines restantes encore en usage actif étaient remises à des milices parrainées par l'État et à d'autres formations paramilitaires pour des tâches de sécurité intérieure. [26] Les troupes des milices d'État en Ukraine ont continué à être dotées du SKS jusqu'en 2014. [27] En 2016, les carabines SKS sont restées dans les stocks de réserve de plus de 50 armées nationales, principalement en Afrique subsaharienne et dans l'ex-Union soviétique. bloc. [8]

Après la Seconde Guerre mondiale, la conception SKS a été concédée sous licence ou vendue à un certain nombre d'alliés de l'Union soviétique, notamment la Chine, la Yougoslavie, l'Albanie, la Corée du Nord, le Vietnam du Nord, l'Allemagne de l'Est, la Roumanie, la Bulgarie [28] et la Pologne. La plupart de ces pays ont produit des variantes presque identiques, les modifications les plus courantes étant des styles différents de baïonnettes et le lance-grenades à fusil de 22 mm couramment vu sur les modèles yougoslaves.

Soviétique Modifier

Différences par rapport à la « ligne de base » tardive de l'armurerie russe de Tula/de l'armurerie d'Izhevsk SKS :

  • Variantes (1949-1958): Baïonnette ancienne de style Spike (1949) au lieu de style lame. Le percuteur à ressort de rappel était présent sur les premiers modèles, et ils n'avaient pas d'alésage chromé (1949 - début 1951). Le bloc de gaz a subi trois changements : Le bloc de gaz du premier étage de production, utilisé de 1949 au début des années 1950, a été équarri à un angle de 90 degrés. La deuxième étape de production du bloc de gaz a plutôt été coupée à un angle de 45 degrés, vue sur les fusils de la fin des années 1950 à 1951. Le troisième et dernier étage du bloc de gaz, de 1952 à 1956, était légèrement incurvé vers l'intérieur vers l'action.
  • Garde d'honneur: Pièces métalliques entièrement chromées, avec une crosse en bois de couleur plus claire.
  • OP-SKS. De nombreux surplus militaires soviétiques SKS ont été convertis en fusils de chasse par le Molot ("Hammer") usine à Vyatskiye Polyany (russe : Вятско-Полянский машиностроительный завод «олот», anglais : Usine de construction de machines de Vyatskiye Polyany). Ceux-ci ont été étiquetés OP (OP = охотничье-промысловый > okhotnich'ye-promyslovyy > "chasse commerciale (carabine)"). L'OP-SKS a continué à être fabriqué dans les années 2000. [29]

Chinois Modifier

  • Type 56 (1956-aujourd'hui): Nombreux ajustements mineurs, y compris le manque de fraisage sur le porte-boulon, les récepteurs partiellement ou entièrement estampés (par opposition aux fraisés) et différents types de repose-pouce sur le levier de démontage. Les Chinois ont continuellement révisé le processus de fabrication SKS, de sorte que des variations peuvent être observées même entre deux exemplaires de la même usine. Tous les fusils à carabine de type 56 ont été retirés du service militaire, à l'exception de quelques-uns utilisés à des fins cérémonielles et par les milices chinoises locales. Les carabines de type 56 avec des numéros de série inférieurs à 9 000 000 ont une baïonnette pliante de type lame de style russe, tandis que celles de 9 000 000 et plus ont une baïonnette pliante de type "pointe". Certains des premiers exemples sont connus sous le nom de « sino-soviétiques », ce qui signifie qu'ils ont été produits par la Chine, mais avec la coopération de « conseillers » russes qui ont aidé à réglementer les usines et ont fourni les spécifications de conception et peut-être même des pièces de fabrication soviétique. [30]Bangladesh Ordnance Factories a produit le Type 56 sous licence jusqu'en 2006. [31]
  • Récepteur estampé expérimental: Très rare. Un petit nombre de fusils SKS de type 56 ont été fabriqués avec des récepteurs expérimentaux en tôle estampée comme mesure d'économie de coût et de poids, mais ne sont pas entrés dans la production à grande échelle.
  • Garde d'honneur: Principalement, mais pas toutes, des pièces métalliques chromées. N'a généralement pas le stock de couleur plus claire que la variante de la garde d'honneur soviétique.
  • Type 63, 68, 73, 81, 84: ces fusils partageaient les caractéristiques de plusieurs fusils East-Bloc (SKS, AK-47, Dragunov). Boulon rotatif de style AK-47 et chargeur amovible. Le Type 68 comportait un récepteur en tôle d'acier estampée. Le Type 81 est un Type 68 amélioré avec une capacité de rafale à trois cartouches, dont certains (Type 81-1) ont une crosse repliable. Le Type 84 (connu sous le nom de SKK) revient au tir semi-automatique uniquement, est modifié pour accepter les chargeurs AK-47 et a un canon de parachutiste plus court de 16". Cependant, les Type 84 chinois ne pouvaient pas accepter les chargeurs AK sans un ajustement manuel, et les mags ont été sérialisés.De plus, les mags AK ne fonctionnent pas avec le système de blocage de boulon SKS, donc le Type 84 a utilisé un bouton sur le dessus du porte-boulon pour le verrouiller en place.[32]
  • Fabrication commerciale: Bois blond ("Bois Chu"/"Bois Qiu") [33] crosse au lieu du bois foncé, baïonnette à pointe au lieu de la lame, boulon de retenue de la baïonnette remplacé par un rivet. Les sous-variantes incluent le M21, "Cowboy's Companion", Hunter, Models D/M, Paratrooper, Sharpshooter et Sporter.
    • Modèle D les fusils utilisaient des crosses de style militaire et avaient des cosses à baïonnette (bien que certains aient été importés sans baïonnette, et certains exemples ont éliminé la cosse afin de répondre aux restrictions d'importation américaines changeantes).
    • Modèle M les fusils n'avaient pas de corne à baïonnette et utilisaient soit un trou pour le pouce, soit une crosse de style Monte Carlo. Les modèles D et M utilisaient tous deux des chargeurs AK-47 et, par conséquent, n'avaient pas de fonction de maintien de boulon ouvert sur le fusil.

    Autre Européen Modifier

    • M56 roumain: Produit entre 1957 et 1960. Typiquement, ils sont identiques ou presque identiques au modèle soviétique tardif.
    • SKS polonais (ksS): Fusils soviétiques remis à neuf. Les stocks laminés polonais manquent d'espace de stockage à l'arrière du stock pour le kit de nettoyage. Quelques centaines de SKS ont été donnés à la Pologne par l'Union soviétique vers 1954. Bien qu'il n'ait jamais été adopté pour être utilisé par les unités de combat, le SKS est toujours utilisé dans les unités de cérémonie de l'armée polonaise, de l'armée de l'air et de la marine où ils ont remplacé les fusils SVT. Les gardes d'honneur de la police polonaise et des gardes-frontières utilisent également des carabines SKS. Dans le service polonais, ils sont connus comme ksS Qui veut dire karabin samopowtarzalny Simonowa, le fusil semi-automatique de Simonov. Ces fusils ont depuis été lentement remplacés par le nouveau design de fusil polonais, le MSBS.
    • PAP yougoslave M59: Fabriqué par Zastava Arms entre 1959 et 1966. [34] Le canon n'est pas chromé. PAP signifie "Polu-uneutomatska puška" (fusil semi-automatique) et le fusil était surnommé "Papovka". Sinon, ce fusil est presque identique à la version soviétique. Beaucoup ont été convertis en la variante M59/66 lors de la rénovation.
      • PAP yougoslave M59/66: Produit entre 1967 et 1989. Ajout d'un lance-grenades à fusil de 22 mm qui apparaît visuellement comme un suppresseur de flash ou un frein de bouche à l'extrémité du canon. Le guidon a une "échelle" repliable pour une utilisation dans la visée de grenade. Pour élever le viseur de la grenade, le port de gaz doit être bloqué manuellement et l'action doit être cyclée manuellement. Le port de gaz doit être ouvert manuellement pour permettre à nouveau un fonctionnement semi-automatique. [35] Le canon n'était pas chromé. Le lance-grenades et le viseur de grenade sont tous deux conformes aux spécifications de l'OTAN. La crosse est généralement en bois de hêtre.
      • PAP yougoslave M59/66A1: Identique à ci-dessus, sauf avec l'ajout de viseurs nocturnes au phosphore ou au tritium.

      Autre Asiatique Modifier

      • Type 63 nord-coréen: [36] Au moins trois modèles distincts ont été fabriqués. Un modèle "standard" avec lame baïonnette et un second avec arrêt de gaz et lance-grenades, similaire au M59/66. Le lance-grenades nord-coréen était détachable de la bouche et l'arrêt du gaz était cependant différent du modèle yougoslave. [37] Un troisième modèle semble avoir une baïonnette à bascule latérale. [38]
      • Vietnamien Type 1: Presque identique aux SKS soviétiques et chinois. Ceux-ci sont identifiés par une petite étoile sur le récepteur avec un 1 au centre. Le canon est chromé, tout comme la plupart des pièces internes. On ne sait pas actuellement s'il existe des baïonnettes à pointes ou uniquement à lames. Le travail de stock est identique aux variantes SKS plus courantes telles que le soviétique et le chinois. Ceux-ci semblent avoir été soit des modèles soviétiques convertis ou des premiers modèles de production, soit simplement clonés à partir de ces fusils.
        • Clone vietnamien: Le Viet Cong a fabriqué des copies quelque peu rudimentaires du SKS, qui sont parfois vues avec une finition grossière et des marques d'outils évidentes. [39]

        Tapco Modifier

        SKS Tapco: Il s'agit d'une variante de SKS mise à niveau avec le système de stock Tapco Intrafuse SKS. [40]

          une version traduite automatiquement de l'article en russe.
      • La traduction automatique comme DeepL ou Google Translate est un point de départ utile pour les traductions, mais les traducteurs doivent réviser les erreurs si nécessaire et confirmer que la traduction est exacte, plutôt que de simplement copier-coller le texte traduit automatiquement dans Wikipédia en anglais.
      • Envisager ajouter un sujet à ce modèle : il y a déjà 2 138 articles dans la catégorie principale, et spécifier |topic= facilitera la catégorisation.
      • Ne traduisez pas un texte qui semble peu fiable ou de mauvaise qualité. Si possible, vérifiez le texte avec les références fournies dans l'article en langue étrangère.
      • Tu doit fournir l'attribution du droit d'auteur dans le résumé d'édition accompagnant votre traduction en fournissant un lien interlangue vers la source de votre traduction. Résumé de l'édition d'un modèle d'attribution Le contenu de cette édition est traduit de l'article Wikipédia russe existant sur [[:ru:SKS]] voir son historique pour l'attribution.
      • Vous devez également ajouter le modèle <> à la page de discussion.
      • Pour plus de conseils, voir Wikipédia : Traduction.
      • Le tableau suivant répertorie les statistiques de précision pour un fusil SKS tirant des munitions de service à noyau d'acier 57-N-231. Les statistiques ont été calculées selon la méthode russe pour déterminer la précision, qui est plus complexe que les méthodes occidentales qui impliquent généralement de tirer un groupe de coups puis de mesurer le diamètre global du groupe. La méthode russe diffère en ce qu'après qu'un groupe de coups de feu est tiré dans la cible, deux cercles sont tracés, un pour la dispersion verticale maximale des coups et un pour la dispersion horizontale maximale des coups. Les coups sur la partie extérieure de la cible ne sont pas pris en compte, tandis que seulement la moitié des coups sur la partie intérieure des cercles sont comptés (50% ou R50), ce qui réduit considérablement le diamètre global des groupes. Les mesures verticales et horizontales des groupes réduits sont ensuite utilisées pour mesurer la précision. Cette méthode probable d'erreur circulaire utilisée par les militaires russes et européens ne peut pas être convertie et n'est pas comparable aux méthodes militaires américaines pour déterminer la précision des fusils. Lorsque le R50 les résultats sont doublés la probabilité de succès augmente à 93,7%.

        • R50 signifie que les 50 pour cent les plus proches du groupe de tir seront tous dans un cercle du diamètre mentionné.

        En général, il s'agit d'une amélioration par rapport à la précision de tir de l'AK-47 et de l'AKM. La moyenne verticale et horizontale (R50) les écarts avec des munitions de service à 800 m (875 yd) pour les plates-formes AK sont.

        Dispersion SKS, AK-47, AKM et AK-74 à 800 m (875 yd)
        Fusil Mode de tir Précision verticale du tir (R50) Précision horizontale du tir (R50)
        SKS (1945) semi-automatique 38 cm (15,0 pouces) 29 cm (11,4 pouces)
        AK-47 (1949) semi-automatique 49 cm (19,3 pouces) 34 cm (13,4 pouces)
        AK-47 (1949) courte rafale 76 cm (29,9 pouces) 89 cm (35,0 pouces)
        AKM (1959) courte rafale 64 cm (25,2 pouces) 90 cm (35,4 pouces)
        AK-74 (1974) courte rafale 48 cm (18,9 pouces) 64 cm (25,2 pouces)

        En plus de 70 ans d'utilisation dans le monde, le SKS a été utilisé dans des conflits partout dans le monde.


        1968 Z28 Camaro d'origine non restaurée avec seulement 39 000 milles

        Vous offrez sur un nombre correspondant à 1968 Z28. Du pare-chocs avant au pare-chocs arrière, cette Z28 conserve toutes ses pièces d'origine, à l'exception des pneus, des fils de bougies (les originaux ont été conservés) et de la durite supérieure du radiateur. La voiture a été achetée à l'origine chez Ellis Brooks Chevrolet à San Francisco en Californie. à l'été 1968. La Z28 a été une voiture californienne toute sa vie jusqu'à son arrivée récente en Géorgie. Over the life of the car, great efforts have been exhausted to keeping all the original parts with this car, even down to the original tower radiator hose clamps.

        This Z28 has 39,851 original miles and is unmolested. Some of the factory options are as follows: Rally Sport, custom interior, console, power steering, sport mirror, AM/FM radio. It has factory 4.10 rear end and a M21 Transmission.

        The original, "born with†, engine has never been out of the car and the performance is excellent. Also, the car has its original M21 transmission along with its original Muncie shifter, which is very rare because most were changed during a Z28s life. The original "BV" coded (4.10) rear end is also with the car.

        Z28 still retains its ORIGINAL Rally Green paint and is in excellent condition. The car retains all its original body panels and has never seen any accidents and is completely rust free. This Z28 is fully documented with Protect O Plate, all books/manuals and original keys. The complete history is documented back to the original dealership. Also, the original California Black Plates and several pieces of original dealer information are still with the car.

        The interior is all original and in fantastic condition. Seats, carpet, steering wheel, radio (the entire interior) are all original and in mint condition showing barely any wear. Car performs flawlessly and has excellent performance. The exhaust, tailpipes and muffler hangersare the same ones that were on the car when it left the factory. Exhaust manifolds have never been removed (French locks retained). All the glass is original, even the windshield, as is the date coded mirror. All the wheels are dated and are the ones that were on the car when the car left the factory. Paint, beauty bands and center caps are excellent and original. Original spare and tire are still with the car. I was limited to how many pictures I could list on ebay. If there is something you want to see, please don't hesitate to ask or reach out to me for any questions you may have.

        Seven, Seven, Zero-Three, Six, One-Three, One, Two, Seven

        All funds must clear bank before Georgia title is released. Car is for sale locally, so I reserve the right to send the auction early.

        Below is a list of the important date coded items:

        337090= Sequence Number or 337090th car built for 1968 model year.

        04C= Body Build Date 3rd week of April K177= 11th day of the month, 177th body sequence

        68-12437= 1968, 8 cyl. 2 dr. coupe LOS= Los Angeles 35937= Fisher Body Sequence

        TR 714= Black Custom Interior J-J =Rally Green Paint, no vinyl top

        VO328MO= Flint, Michigan built March 28th, 1968 302/290 with manual 4 speed Transmission

        Cast Date= C118 March 11, 1968

        Block Cast Number= 3914678 302/290 4 bolt main

        Heads= LH 3917291 J267/ RH 3917291 J277 (October 26th and 27th 1967)

        Carburetor= 3923289 DZ List 4053 833, 3rd week of March 1968 Holley 4bbl for 302

        Distributor=1111467 8BB February 8, 1968

        Alternator= 1100814 8D18 April 18, 1968

        Starter= 1108367 8C28 March 28, 1968

        Exhaust Manifolds= RH 3872730, LH 3892683

        Thermostat Housing= 3827369 B4

        Transmission= 18L337090 VIN number P8C20 P=Muncie Transmission 8=1968 C20= March 20th, 1968

        Master Cylinder= 5460346 WT

        Wheels= K18 3-20 DF, K18 3-21 DF, K18 3-20 DF, K18 3-20 DF March 20th and March 21st 1968

        Axle= BV 1227 G1E BV=4.10, 1227= December 27th 1967, G1= Chevrolet Gear and Axle 1st shift E=Eaton Positraction


        Jules Stauffer

        Jules Stauffer married Anne Rogers Blewitt from Bristol on 9 December 1837 in London at the parish church in Bloomsbury. Jules must have been resident in England, even if not permanently, for long enough before this to meet and fall in love with an English woman, and was presumably acting as representative and import agent for watches made in the Stauffer factory. This shows that the London office must have been set up within a few years after the company was founded in Switzerland in 1830.

        The 1851 Census shows Jules and Anne Stauffer living at Courland House, Wandsworth Road, Clapham. Jules is aged 42, his occupation described as a Watch Manufacturer born in Switzerland. For some reason the census enumerator has added "Retired" to the occupation after the entry was first written. The family has three children aged 7, 5 and 3, and a servant. On 3 January 1857 Jules Stauffer was recorded in The Times as speaking at a meeting of Swiss nationals in London. Jules and Ann had at least 6 children Julius Blewitt, Edward Reynold, Evelina, Marie Louise, Josephine, and Victoria Ann. The eldest son, Julius Blewitt, was born in 1840 and emigrated to America in 1869.

        Jules Stauffer's death on 4 May 1884 in Brussels aged 76 was reported in The Times. His addresses were given as No 12 Old Jewry Chambers and Clapham, Surrey. Evidently none of Jules' children entered the business and so his retirement in 1869 was the end of the Stauffer family involvement in Stauffer, Son & Co.


        British Import Hallmarks from 1907

        After 1 June 1907 all gold and silver watches imported into Britain were required to be assayed and hallmarked in a British assay office. They were stamped with new hallmarks that were intended to show that the item was imported and not of British manufacture. The picture here shows a set of London import hallmarks for silver. NB: For clarity this picture shows only the three assay office marks, the town mark, standard mark and date letter. It does not include the sponsor's mark, but a British hallmark must have all four marks, it is not complete and legal without a sponsor's mark.

        Because the date letter punches were changed when new wardens were elected each year, which took place part way through the year in May of June, hallmark date letters span two calendar years. This is not noted in most tables of hallmarks, which only show the year when the punch was first used. But please remember that a table entry of, for example, “1914” really means 1914 to 1915.

        The zodiac symbol of Leo ♌ was used to show that the item was imported and assayed and hallmarked in the London Assay Office, distinguishing it from native British silver items that continued to be stamped with the leopard's head. The symbol of Leo was not very well represented by the punch and, for some reason lost in the mists of time, was at first struck upside down as shown here. This was not corrected until 1950, from when the Leo symbol was stamped the correct way up.

        The mark ·925 in an oval shield was used on imported sterling silver instead of the traditional lion passant, similarly a decimal number in an oval shield was used to represent the fineness of Britannia silver ·9584.

        The fineness of the legal standards of gold were shown in carats and decimals, as illustrated the picture of the import mark for nine carat gold. The first figure is a nine on its side, not a six. The ·375 is the decimal equivalent of nine carat: 9 / 24 = 0.375. The other legal standards for gold were represented similarly: (22 ·916), (20 ·833), (18 ·75), (15 ·625), (14 ·583) and (12 ·5).

        In the same way that the symbol of Leo was introduced as a new town mark for the London Assay Office to use on imported items, other British assay offices used different town marks for imported items. Decimal fineness marks were used on imported gold as well as silver in place of the traditional British symbols. The date letters used on imported items were the same as those used on native items, and each assay office continued with its own unique sequence of date letters.

        To go to my page about British import hallmarks click on this link: British import hallmarks .


        How to Identify a Waltham Pocket Watch

        Waltham pocket watches have been around for more than 150 years and are a collector's item. They were made between 1851 and 1957 in Waltham, Massachusetts. Like any other collector's items, the oldest and rarest pieces are the most valuable, so it is important to know as much information as you can about a watch before buying or selling it. It is fairly simple to confirm a watch is a Waltham pocket watch and to identify the model and manufacturing date.

        Identify the type of pocket watch. There are three basic types. A hunting case pocket watch has a closed case that goes over the face of the watch. An open face pocket watch has no cover over the face and it winds at the 12 o'clock position. A sidewinder pocket watch has no cover over the face and it winds at 3 o'clock.

        Open the back cover of the watch with your fingernail and look for identifying names -- a magnifying glass or loupe may be necessary. A Waltham pocket watch will have "A.W.W.Co." and "Waltham, Mass." on the movement, which is the inner workings of the pocket watch. This will also include the grade of the watch. For instance, a Riverside grade watch will have "A.W.W.Co. Riverside Waltham, Mass." on the movement.

        Write down the serial number. This is also on the movement and can be used to date the watch.

        Look up production dates online, on sites like Oldwatch.com. Corresponding years and serial numbers will be listed. If the serial number is between two dates, it was made in the earlier date.

        If your watch has a cover, look on the inside. "AWco" written on the inside of the cover means the cover was also made by Waltham. A "K" with a number means the case is made of gold, and the number indicates how many carats it is. For instance, "K18" means the case is made out of 18-carat gold.


        15cm K18 Seen From Rear - History

        Seven Hills Motorcars is proud to offer this beautiful numbers matching 1980 Corvette in excellent condition with a 4-Speed manual transmission and only 74,185 original miles. This Corvette looks fantastic, runs great, and is an excellent driver. The 4-Speed manual transmission is exceptionally rare in a late C3 Corvette. The manual transmission examples are highly desirable and draw a good premium over a standard 1980 Corvette with an automatic transmission. The Copper over Black Leather interior is a beautiful and unique color combination that looks stunning on the car.

        This Corvette is "Numbers Matching" meaning the engine and transmission in the car are the correct and original units that were installed in the car new at the factory in 1980. The last six digits of the VIN, 440185, are stamped on the engine pad, which is pictured in this ad, and the engine is original to the car. The transmission is also original with the last six digits of the VIN stamped on the main case and pictured.

        This is an excellent opportunity to own a classic Corvette that is ready to be used and enjoyed at an unbeatable value. One could easily buy this car now and sell it for more than the purchase price in years to come as the market on the 1980 and 1981 Corvettes is strong right now and on the rise. In our experience the 1980 and 1981 model years draw a good premium over other late C3 Corvettes this is especially true for very low mileage and manual transmission examples like this car. The low original mileage is verified not only by the condition of the car, but also the clear Ohio title, pictured in this ad, showing the mileage as "Actual." Please peruse all of the photos, the extensive list of numbers, video, and information to get a true sense of how nice, clean, and original this Corvette really is.

        As a side note, this Corvette is not a dealer auction vehicle. We hand pick each car after careful inspection. Our Corvettes come from owners who expect their car to go to someone that will give the vehicle the same care and attention as they did. We invite and encourage you to examine the car in person or have the car inspected. Please take the time to scrutinize each picture. We photograph each vehicle to the greatest extent so you can feel confident about your purchase. If you have a question about the Corvette, just give us a call.

        Exterior

        The Copper exterior is in excellent nice driver condition. As one can see in the photos the finish has a terrific gloss, deep shine, and smooth finish. Both doors open and shut nicely. The N90 aluminum wheels are in beautiful condition with a brilliant finish and no curb rash. The General raised white letter tires are literally brand new with less than 20 miles on them. They are correctly sized 225/70R15. There are no major imperfections that have been intentionally excluded from the photos. There are some small touch ups, very tiny blemishes, and hairline cracks that were too small to show up in the pictures, but nothing that is really noticeable from about five or ten feet away. This Corvette has absolutely no rust issues. As one can see in the many photos of the underside of the car, this car is exceptionally clean underneath. The frame is totally solid with no rust around the "key hole" area in front of the rear tire and we have seen no evidence of corrosion around the windshield, which are the two most notorious spots for rust on a C3 Corvette. We have included specific photos of the areas most prone to rust to show how nice this car looks.

        Please note that almost all of the glass on this Corvette, both pieces of door glass and the rear window are all date coded and original as each piece predates the car's body build date of August 18, 1980 (K18). Original glass is a good indication that this car has had no major accident history and never sustained significant damage.

        Intérieur

        The Black Leather interior in this Corvette is in outstanding condition. The seats are in excellent shape and look as good in person as they do in the photos with just one small spot of wear in the typical area on the bolster where the driver gets in and out. The gauge faces are crisp and clean and the lenses are clear. The carpet is also in great condition with no stains, holes, or tears. This includes the rear carpet, which is often neglected. The dash and console look great with no cracks or sun fading. The door panels are in nice shape overall and the door pull are solid and in tact. The jack and jack handle are still with the car, stored correctly behind the passenger seat. The original spare is still with the car. This Corvette has never been smoked in there are no burns marks and no aroma of cigarettes.

        Corvette interiors from this era are not known to wear well and the excellent condition of this interior is a huge testament to the meticulous care and attention this car has received throughout its life and another great verification of the low original mileage.

        Mechanical

        This Corvette seems to be in very good mechanical condition. The car starts right away every time, runs well, and idles well. It drives great and feels nice on the road and at highway speeds. In the video in this ad one can observe the car accelerating on the highway up to about 70mph, shifting through all the gears, braking to stoplight, and going through some curves. Please note that there are no vibrations or strange noises and the car performs quite well overall. The transmission was just completely rebuilt this year. The clutch feels good. The brakes are responsive and do not pull to one side or the other. This Corvette has plenty of power and is quite fast. Also, the engine compartment is beautifully clean and detailed as one can see in the photos.

        The horn works as do all the exterior lights, interior lights, wipers, power windows, and indicators. The blower for the heater and a/c works on all speeds. The a/c itself works and blows cold. One can see the a/c compressor clicking on and engaging properly in the video. All of the gauges work with the obvious exception of the clock. The vacuum system for the headlights works correctly. Also, the headlights go up properly with either the headlight switch or vacuum override switch. Their complete operation from both switches can be viewed in the video below. The car now has a true dual exhaust system with no catalytic converter and a very healthy exhaust note as one can hear in the video. Not enough can be said as to how much of a pleasure it is to drive this car, especially with the 4-speed manual transmission and the T-tops out on a beautiful day.

        Overall Condition

        Overall, this 1980 Corvette is in magnificent driver condition. The 4-Speed manual transmission, the low original mileage, and the excellent overall condition make this car especially important and hard to duplicate. This Corvette always gets a ton of attention driving down the road. It is apparent that the vehicle has been well taken care of by its previous owners. The prices of C3 Corvettes have increased considerably over the past several years. They are secure and wise investments for a collector. 4-Speed examples like this car always draw a premium over the automatic transmission cars. One could easily enjoy this vehicle for several years and sell it for more than the purchase price with minimal effort.

        Thank you for looking and please do not hesitate to email or call with any questions.

        VIN
        1Z878AS440185
        The first digit, "1," indicated the Chevrolet division of GM. The "Z" is the series, Corvette. The "87" is the body style, 2-door sport coupe. The fifth digit is the engine, 8, correct for an L48 car. The sixth digit, "A," indicates the model year, 1980. The "S" is the plant where the car was produced, St. Louis. The last five digits are a sequence number so this is the 40,185th Corvette made for 1980.

        Body Build Date
        K18
        "K" corresponds to August and "18" is the eighteenth day of the month meaning this Corvette's body build date is August 18, 1980.

        Code moteur
        V0717
        "V" means the engine was build in the Flint, MI plant. The "07" is the seventh month of year and the "17" is the seventeenth day of the month meaning the engine was assembled on July 17th, 1980. This is correct as it precedes the build date of the car.

        Suffix Code
        ZAM
        This means the motor was intended for a 1980 L48 Corvette with a manual transmission, which is correct for this car.

        Engine VIN Stamp
        440185
        The last 6 digits of the car's VIN, 440185, are stamped on the engine pad and pictured below, meaning this engine is original to this car.

        Engine Block Casting Number
        14010207
        The engine block has the correct 14010207 casting number for a 1980 Corvette.

        Engine Block Casting Date
        F 1 20
        "F" is June, "12" is the twelvth day of the month, and "0" is the last digit of the calendar year so the engine block was cast on June 12th, 1980.

        Intake Manifold Casting Number
        14014432
        The intake manifold has a correct 14014432 casting number.

        Distributor
        1103287
        The distributor is original and correct for an L48 Corvette with a manual transmission with a 1103287 stamping.

        Transmission Casting Number
        13-04-065-903
        The main case of the transmission has a 13-04-065-903 casting number.

        Transmission Tail Housing Casting Number
        13-04-066-905
        The tail housing of the transmission has a 13-04-066-905 casting number.

        Transmission Side Cover Casting Number
        13-04-097-901
        The side cover of the transmission has a 13-04-097-901 casting number.

        Transmission Date Code
        WH050
        The transmission has the correct date code of WH050 stamped on the main case of the transmission.

        Transmission VIN Stamping
        440185
        The last 6 digits of the car's VIN, 440185, are stamped on the main case of the transmission and pictured below meaning this transmission is original to this car.

        Clutch Housing
        464697
        The clutch housing has the correct 464697 stamping.

        Carburetor
        17080207
        The Carburetor is correct and original for a 1980 Corvette with 17080207 stamped on the housing.

        Carburetor Date Code
        3449
        The "344" is the 344th day of the year since January 1st of 1979, and the "9" is the last digit of the calendar year 1979, meaning the carburetor was made on December 10th, 1979.

        Left Exhaust Manifold Casting Number
        3932481
        The exhaust manifold is correct and original with a 3932481 stamping.

        Right Exhaust Manifold Casting Number
        3932481
        The exhaust manifold is correct and original with a 3932481 stamping.

        Driver's Window
        VJ
        "V" is December and "J" is 1978 so this window is original, made in December of 1978. This is correct as it predates the build date of the car.

        Passenger Window
        XZ
        "X" is February and "Z" is 1980 so this window is original, made in February of 1980. This is correct as it predates the build date of the car.

        Rear Window
        UZ
        "U" is July and "Z" is 1980 so this window is original, made in July of 1980. This is correct as it predates the build date of the car.


        How to Identify Vintage Pocket Watches

        Identifying a vintage pocket watch, with few exceptions, is easy and requires few or no tools. Vintage pocket watches from the late 19th century through the 1950s are well marked with the watchmaker’s logo embossed on the dial and engraved on the movement. Often the watchmaker’s name will also be engraved on the inside of the case back. However, some Swiss watchmakers imported unassembled watches with no markings to the U.S. to be assembled and sold by independent sellers or department stores. These watches are difficult, if not impossible, to identify.

        Examine the top portion of the dial of the vintage pocket watch. Most vintage pocket watches have the manufacturer’s logo embossed on the dial. Watchmakers Hamilton, Elgin, Waltham, Illinois, International Watch Co. and most others have distinctive logos or trademarks.

        Examine the dial below the hands post with the loupe. It may have “17 Jewels” or a different number of jewels embossed. A good quality vintage pocket watch will have a minimum of 15 jewels. Jewels are lubricated friction points where the spring-loaded mechanism and its gears, called a movement, move to operate the watch.

        Insert the case blade under the lip of a snap-back vintage pocket watch and pry it open. Use the palm of your hand or a watchmaker’s sticky ball to rotate a screw-down case back counterclockwise to remove it from the case, according to Thewatchguy.homestead.com.

        Use the loupe to examine the movement. The watchmaker’s name should appear on the bridge, a flat sheet of metal over the movement. Below or near the name is a serial number usually five to nine digits long. Record the number. A smaller number, ranging from two to four digits, may also be engraved. The serial number will help identify the year of manufacture. The smaller number is the caliber, or size, of the movement.

        Examine the inside of the case back. It should identify the type of metal used for the case and case back, such as “18k” for gold or “999” for silver. The watchmaker’s name or the name of an independent case maker, may be engraved.

        Compare the manufacturer’s name, serial number and movement caliber with published lists from the manufacturer. For example, a Waltham pocket watch with serial numbers between 29,100,000 and 29,399,000 was manufactured in 1936. The caliber of movement could be used over several years or even decades. Many watch repairpersons keep pocket watch data to order parts. Lists from many pocket watch manufacturers, even those no longer existing, are published online.


        Why Use a Hidden GPS Tracker?

        Like so many other forms of technology, GPS trackers have both legitimate and less savory uses. Law enforcement agencies often use these devices, with an appropriate warrant, as do private investigators.

        There are also a number of reasons that vehicle owners might want to use some type of vehicle tracking system, although most of them don’t call for hiding the device.

        Common uses for GPS car trackers include:

        • Fleet management
        • Delivery and taxi dispatch
        • Keeping tabs on your minor teen
        • Helping you find where you parked
        • Theft recovery

        GPS trackers designed for use in cars can be found in big box stores like Walmart, electronics stores like Best Buy, and specialty stores that cater to private investigators. They can also be purchased online at virtually any retailer that deals in electronics like GPS devices and surveillance equipment.


        Voir la vidéo: Building the trumpeter 135 German 15cm Field Howitzer in North Africa