Souvenirs musicaux de Steve Carleysmith

Souvenirs musicaux de Steve Carleysmith



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Au début de mon adolescence, j'ai construit une radio à deux valves avec un écouteur, à l'écoute d'une Radio Luxembourg en déclin et allongé dans mon lit en écoutant des bizarreries de la BBC telles que The Clitheroe Kid. Mes parents écoutaient beaucoup la radio, et pour moi un certain nombre de thèmes musicaux évoquent cette époque, comme Workers' Playtime, Forces Favourites et Music While You Work. Ceux-ci ont été conçus pour soutenir le moral et la productivité des gens pendant et après la Seconde Guerre mondiale. En 1940, Eric Coates a écrit Appel à tous les travailleurs qui est devenu le thème de Musique pendant que vous travaillez. Eric Coates a également écrit la célèbre marche pour le film The Dam Busters.

Friday Night is Music Night sur BBC Radio 2 est le programme de musique orchestrale en direct le plus ancien au monde, un foyer de beaucoup de musique légère comme celle-là. Ma femme et moi sommes allés deux fois à des spectacles en direct, et c'était intéressant de les entendre se joindre à la diffusion en direct après l'échauffement au début du spectacle.

Je vais maintenant passer à la chanson très connue Jérusalem. Pour moi, cela a plusieurs connotations. Comme vous le savez peut-être, c'est l'hymne WI. Ma mère faisait partie de la chorale locale du WI, et je me souviens que cela avait été chanté lors d'événements du WI. A mon école, Jérusalem était toujours chantée en dernier lieu à l'assemblée de fin d'année, et cela me donne donc le bon sentiment de rompre pour les vacances. En tant qu'étudiant, j'ai assisté à de nombreux concerts de Proms et à un Last Night, où cette chanson est toujours présente. Je ne vois pas les mots farfelus de William Blake comme ouvertement religieux. Les « moulins » ne sont probablement pas des bâtiments industriels ; certains disent que les "moulins" se réfèrent au pouvoir de l'église établie. La « terre verte et agréable » peut faire référence à la seule campagne que Blake connaissait bien, autour de Felpham près de Bognor Regis. Le poème parle certainement de la construction d'une société meilleure. Parry, qui a écrit la chanson, s'inquiétait de son association avec un mouvement d'extrême droite à l'époque, mais la chanson et la chanson ont été sauvées en étant adoptées par le mouvement pour le suffrage des femmes. La version que je vais jouer est chantée par Katherine Jenkins que j'ai vue avec Darcey Bussell à l'O2 Arena de Londres en 2007 (avec de bonnes places près du devant du show à guichets fermés). Je reviendrai à Blake plus tard.

Autour de la maison quand j'étais enfant, mon père faisait rarement la cuisine ou la lessive, mais son rôle était de nettoyer la maison le week-end. Ce qu'il ne pouvait accomplir qu'en jouant de la musique classique à haute voix, ce qui a conduit à ce que j'appelle sa « musique d'aspirateur » - généralement des symphonies de Beethoven, ou de Mendelsohn, ou d'autres musiques suffisamment fortes comme celle de Haendel. Suite de Musique sur l'Eau. Cela a été composé en 1777 pour le roi George I, assez fort pour sonner de l'autre côté de la Tamise, et aussi au-dessus du son de l'aspirateur. Pour moi, le sien rappelle tellement ces jours. Et c'est de la bonne musique !

4. J'aimais bien la musique classique, mais je la considérais comme le truc de mes parents. Je pense que j'ai dû avoir beaucoup d'informations de NME (New Musical Express). J'étais dans des alternatives telles que le Velvet Underground. En 1967, j'ai acheté un exemplaire du célèbre vinyle Velvet Underground & Nico (banane sur le devant) mais il était déformé, comme tous les exemplaires de la boutique, alors j'ai récupéré mon argent - ce que je regrette profondément ! Il est maintenant classé parmi les albums les plus influents de tous les temps. Quoi qu'il en soit, ainsi que les Velvets, avec un groupe d'amis, j'avais un intérêt pour le blues. Je n'ai pas beaucoup de disques de type delta blues moi-même car mon ami Ross Nimmo avait un énorme choix, et nous écoutions le sien. Nous pensions que Robert Johnson était l'un des meilleurs. Il aurait vendu son âme au diable. C'est Cross Road Blues à partir de 1936.

4. Bien sûr, il existe des versions de conduite fantastiques de Carrefour par Eric Clapton, avec le regretté Jack Bruce, et le violent Ginger Baker, quand ils étaient Cream. Mais je ne vais pas en jouer un. Eric Clapton a rejoint les Bluesbreakers de John Mayall en 1965 et a produit l'album Beano - un album que je n'ai pas ramené à la boutique ! J'ai vu Eric Clapton en concert deux fois, le plus récemment avec Helen Logan, et c'étaient de super concerts, et il a fait des albums fantastiques (dont j'en ai plusieurs). Cependant, il y a une énergie brute dans ses premiers travaux que je trouve assez vertigineuse. Voici Tout mon amour une chanson d'Otis Rush, interprétée par John Mayall et Bluesbreakers avec Clapton en 1966.

5. Mes parents ont acheté un nouveau radiogramme stéréophonique, la dernière nouveauté en matière de systèmes musicaux. Finalement, je l'ai trouvé plutôt métallique pour ma musique comme John Mayall, et j'ai donc fabriqué deux gros haut-parleurs dans des armoires en aggloméré que j'ai attachés au radiogramme. Mes parents ont dû être très indulgents avec moi !

Avant les cassettes, j'ai acheté un magnétophone portable à bobines d'occasion et je l'ai utilisé pour écouter les Bluesbreakers dans ma voiture, un ancien Hillman Husky. Le magnétophone a pris d'énormes piles - je ne sais pas comment je les ai achetées. Jimi Hendrix était aussi un héros et j'ai des albums dont le tristement célèbre Electric Ladyland comme ici. Cependant, je me sens plus connecté à Eric Clapton qui a été dieu pendant un certain temps.

Contrairement à toute cette power guitar, mes amis (et ma sœur) ont commencé à écouter de la musique classique et Gustav Mahler était populaire. Pour l'angoisse des adolescents, il y avait des chansons sur des sujets tels que la mort des enfants, et j'avais le charmant Das Lied Von der Erde, le Chant de la Terre. Sa 5ème symphonie était la source de la musique émotionnelle et mélancolique du film de 1971 Mort à Venise, et a augmenté sa popularité à cette époque. Cependant, Mahler a fait des trucs plus joyeux, et les 1ère et 4ème symphonies sont une bonne écoute. Voici quelques-uns des n ° 4 - de belles choses. Mahler - Symphonie n° 4 en sol majeur.

6. Vers 1969, j'ai vu Fleetwood Mac de Peter Green au Queen Mary College de Londres, un spectacle mémorable. Sur le juke-box du Collège, les copies de Green Manalishi et Black Magic Woman s'usent. Fleetwood Mac a remarquablement survécu sous de nombreuses formes et avec divers membres, avec des standards musicaux extraordinairement élevés. Christine McVie, vous le savez, et elle était au Chicken Shack quand ils sont venus au club de jazz et de blues du University College où je faisais partie du comité. J'ai pris un verre au bar coude à coude avec Christine Perfect comme elle était alors. Élue meilleure chanteuse au Royaume-Uni à cette époque. Soit dit en passant, Chicken Shack avec San Webb étaient en soutien à un concert de John Mayall auquel j'ai assisté au Dome de Brighton. De retour à Fleetwood Mac, et de leur angoisse personnelle est née une grande musique populaire. C'est Petits mensonges à partir de 1987 à partir de Tango dans la nuit, co-écrit et chanté par Christine McVie avec Stevie Nicks, Lindsey Buckingham, John McVie et Mick Fleetwood. 1936.

7. J'ai toujours aimé la musique folk britannique, mais cela peut être une scène intimidante avec des experts et des opinions bien arrêtées. J'ai plongé et j'ai quelques albums folk. Nous avons campé au Towersey Folk Festival il y a de nombreuses années, lorsque l'Oyster Band était populaire. Il y a quelques années, j'ai vu Fairport Convention au Festival Theatre de Chichester. Ma liste originale comprenait Sandy Denny dans Qui sait où va le temps, mais vous le savez probablement tous bien, et nous ne pouvons pas trop pleurer. J'ai vu la famille McCarthy lors d'un concert de célébration au Royal Albert Hall. Cette mélodie, Country Stepdance de Scan Tester, est sur mon CD Rough Music d'Eliza Carthy. L'air vient d'un joueur de concertina du Sussex Lewis 'Scan' Tester (1886-1972).

8. J'ai passé plusieurs bonnes vacances sur la côte ouest de l'Irlande, près de Dingle, et le fantastique jeu de violon me ramène à ces pubs. Vous pouvez noter que Martin Carthy (son père) vient à Brighton en juin. Si vous aimez le folk, je vous recommande le Unthanks que j'ai vu l'année dernière à l'église St Bartholomews de Brighton.

Mes deux morceaux de musique préférés à long terme sont probablement ceux de Rimsky Korakov Shéhérazade et Berlioz' Symphonie Fantastique. J'aime le Berlioz pour l'histoire farfelue d'un amateur de drogue et ses visions de la mort à l'échafaud. Voici un avant-goût.

Très jeune, j'ai été emmenée au cinéma de la comédie musicale Gigi avec Maurice Chevalier. J'avais environ huit ans et je pensais que c'était absolument horrible, et cela m'a dégoûté des comédies musicales pendant de nombreuses années. Ce n'est que lorsque j'ai vu A Little Night Music de Sondheim dans les années 1970 que j'ai réalisé que les comédies musicales pouvaient être un peu plus granuleuses et provocantes. Cependant, il n'y a pas de place ici pour "Send in the Clowns" et al. Gypsy de Sondheim & Styne au Festival Theatre de Chichester avec Imelda Staunton était incroyable. Lesley Garrett est l'une de mes chanteuses préférées - j'ai plusieurs de ses CD et je l'ai vue en concert à Worthing. Elle est connue comme chanteuse d'opéra, mais je l'ai vue dans la comédie musicale Carousel à Londres - un grand spectacle. Voici Lesley Garrett qui chante Tu ne marcheras jamais seul de Rogers & Hammerstein de Carousel - vous le savez peut-être ! Il comprend la bande de la mine de charbon Grimethorpe.

Comme Jérusalem, c'est une chanson polyvalente. Liverpool FC, Celtic, finales de coupe, investiture de Barack Obama (chanté par Renee Fleming qui y reviendra bien). Entendre le Grimethorpe Colliery Band me rappelle la grève des mineurs et l'angoisse associée à la folie et à l'entêtement des deux côtés de l'argument. Et l'horrible ironie est que, pour des raisons environnementales, le charbon devient un combustible inutilisable.

9. Passons de Grimethorpe à la Californie. Carlos Santana a formé son groupe à San Francisco en 1966. Un grand guitariste et showman. j'ai le sien Abraxas album, beaucoup joué, et vendu en grand nombre. En 2010, j'ai vu Santana à l'O2 de Londres, à l'âge de 63 ans. Femme noire magique est une refonte d'une célèbre chanson de Fleetwood Mac écrite par Peter Green. À l'O2, c'était la troisième chanson qu'il jouait, avec un grand succès. Ma femme et moi avons beaucoup joué à cela lors de dîners.

10. En parlant de dîners, ma femme Chris était une excellente cuisinière et dans la cuisine, elle aimait écouter les CD du groupe de critique satirique Fascinating Aida. Ils ont d'abord attiré l'attention du public lors d'une critique du soir sur Radio 4 il y a de nombreuses années. Je ne me souviens plus de quel programme, mais peut-être que Ned Sherrin était impliqué. Ma femme et moi avons vu la critique de Fascinating Aida trois fois au fil des ans, à Brighton et à Worthing. Ils sont devenus plus célèbres peut-être pour le Vols pas chers Chanson Youtube devenue virale. Tu te souviens de CA? Nous avons joué Cette table aux funérailles de ma femme, il y a près de trois ans.

11. Pour en revenir à l'école, en sixième, nous allions à l'opéra. J'ai commencé avec Elektra de Richard Strauss qui, comme vous le savez peut-être, est un lourd opéra expressionniste moderniste qui n'est pas du goût de tout le monde. Je l'ai aimé, j'ai survécu et j'aime l'opéra depuis. Mes parents n'aimaient pas beaucoup l'opéra et on ne le jouait pas à la maison. Je ne suis pas un passionné d'opéra, mais j'aime le spectacle et l'expérience. C'est comme jouer au squash - vous vous concentrez sur le moment à l'exclusion de tout le reste. Entrez dans le courant. L'opéra peut être bon à la télévision ou sur DVD, mais il vaut mieux le vivre en direct. Par exemple, j'ai aimé voir Mozart à Glyndebourne, Alban Berg à l'English National Opera, Richard Strauss au Royal Opera House, Johann Strauss à Cardiff et Bizet à Brighton. Richard Strauss est probablement mon compositeur d'opéra préféré. J'ai vu Richard Strauss Der Rosenkavalier trois fois, le plus récemment l'été dernier à Cardiff. Il s'agit d'un trio vers la fin de l'opéra, dont la célèbre soprano Renee Fleming. Ce fut le dernier grand rôle de Renee Fleming avant sa retraite. Richard Strauss l'a choisi comme musique funéraire.

12. Peu de temps après la mort de ma femme, j'ai vu par hasard mon ex-patron de 20 ans plus tôt lors d'une session de blues sur la jetée de Worthing. Sa femme Sue m'a invité à un week-end de vacances blues, avec des collègues de travail, pour la plupart à la retraite, et leurs partenaires et amis. Les gens étaient gentils et compréhensifs envers ma situation, et je vais maintenant deux fois par an à ces week-ends musicaux. Helen est une membre de longue date (fondatrice ?) du groupe Blues Weekend, et est une bonne amie avec la femme de quelqu'un avec qui j'étais assis au travail il y a 20 ans. Il y a un large éventail de musique et de bonnes danses sur des chansons de blues et de rock plus animées. Guy Tortora a fait un beau set un soir. Paul Jones sur BBC Radio 2 a dit "Excellente écriture de chansons. Subtil, belle et belle guitare slide !". Voici celui de Guy Tortora Le mal était fait écrit il y a tout juste trois ans.

13. Le week-end musical le plus récent était Stones and Bowie. Je pensais que le groupe hommage aux Stones n'était pas génial, mais la soirée Bowie était par Starman, qui n'est pas un imitateur, mais se spécialise dans la vie et la musique de Bowie. Il était excellent. Pour rappel, je ne vais pas jouer à Starman by Starman, mais plutôt à l'original. C'est Homme d'étoiles par David Bowie lui-même. Toute l'histoire de Ziggy Stardust était farfelue, avec des extraterrestres sauvant la Terre ou autre. Cela m'a rappelé William Blake, et un rapide Google a montré que d'autres avaient fait cette comparaison. Quoi qu'il en soit, cela nous remet au courant de mon histoire de vie en musique, avec une chanson de 1972 !


La vie et la mort de Tower Records, revisités

Au sommet du monde : Russ Solomon, fondateur de Tower Records, au-dessus de son magasin de Sacramento, en Californie, en 1989.

Avec l'aimable autorisation de toutes les choses doivent passer

De nos jours, pratiquement tous les types de musique imaginables sont à portée de main presque à tout moment, n'importe où. Mais pendant des décennies, obtenir ce type d'accès signifiait se rendre dans un véritable magasin, où les acheteurs du magasin étaient des rois du goût. Pendant une grande partie des années 1980, et en particulier pendant le boom des CD des années 90, les sites de Tower Records à travers les États-Unis étaient des Mecques pour les fans de musique.

L'acteur Colin Hanks – le fils de Tom – aimait tellement Tower qu'il a passé sept ans à réaliser un documentaire sur la chaîne. C'est une lettre d'amour à Tower Records appelée Toutes les choses doivent passer.

"La tour a en quelque sorte aidé à ouvrir la voie à votre identité", dit Hanks. "Par manque d'une meilleure phrase, la musique rend les gens, parfois, où vous vous attachez en quelque sorte à la musique comme moyen de vous identifier ou de vous identifier. J'ai eu ça chez Tower Records."

Dans le documentaire de Hanks, vous voyez le fondateur Russ Solomon et son cercle intime – dont beaucoup étaient là lorsque Tower a été fondée en Californie – s'amuser à construire cette chose ensemble.

Tout le monde, des employés aux clients, pouvait ressentir ces bonnes vibrations. Au cours de ses années de chasse, Tower était un lieu de pèlerinage pour les fanatiques de musique, même pour les plus grandes stars du monde. Elton John a expliqué à Hanks comment il se rendrait chaque semaine dans l'un des magasins de Los Angeles pour acheter des piles de nouvelles versions.

"Le mardi matin, je serais chez Tower Records", dit John dans le film. "Et c'était un rituel, et c'était un rituel que j'adorais. Je veux dire, Tower Records avait tout. Ces gens connaissaient leur affaire. Ils étaient vraiment sur leur balle. Je veux dire, ils n'étaient tout simplement pas des employés qui travaillaient à un magasin de musique. Ils étaient des passionnés de musique.

Salomon les a laissés décider ce que chaque magasin stockait, dit Hanks.

"La Nouvelle-Orléans avait une énorme section de musique patrimoniale Nashville avait une gigantesque section country", dit-il. « La tour était essentiellement un groupe de magasins de disques maman et pop, vous savez ? Bien qu'ils fussent tous sous la même bannière, le même nom, la même signalisation jaune et rouge, chacun était géré individuellement par les gens de les magasins : les commis, les acheteurs pour chaque magasin individuel, le département d'art de chaque magasin individuel. Chaque magasin représentait sa ville ou son quartier dans la ville. Ils avaient tous leur propre style.

La décennie de la musique : années 2000

2006 et la mort de Tower Records

Tower a commencé comme une filiale de la pharmacie du père de Salomon à Sacramento, en Californie. Il raconte à Hanks comment il a obtenu de ses amis et de sa famille qu'ils l'aident à démarrer.

"Heureusement, mon cousin Ross était un constructeur - électricité, menuiserie", dit Solomon dans le documentaire. "Et alors il s'est porté volontaire, 'Oh, je vais descendre et le réparer, mettre de l'éclairage là-dedans, mettre un nouveau sol et le peindre.' Et c'était tout. Il est entré et l'a fait.

Le cercle restreint de Solomon en Californie est finalement devenu l'un des meilleurs dirigeants de Tower, et cette atmosphère familiale s'est propagée au fur et à mesure que l'entreprise se développait. Jason Sumney a commencé comme commis au magasin Tower à 4th et Broadway à New York avant de passer à ses opérations régionales.

"Jamais de ma vie auparavant, et probablement plus jamais, je ne ressentirai quelque chose comme ça", dit Sumney. "Tout le monde s'entendait, et c'était une ambiance tellement incroyable. Chaque jour était amusant, vous savez? Même les bas étaient amusants."

Au fil des ans, Tower a grandi et grandi. C'est devenu un empire multinational, avec des magasins et des licenciés de Londres à Buenos Aires à Tokyo. Mais en 2006, Tower a déclaré faillite.

Ed Christman fait des reportages sur les détaillants de musique depuis Panneau d'affichage revue depuis 26 ans. "Il a fallu huit ou neuf ans pour se dérouler", dit Christman. "Les choses qui se sont avérées être une erreur, avec le recul, se sont produites en 1998."

Christman dit que Tower n'était pas le seul à vouloir s'agrandir, ce qui s'est finalement avéré être sa perte.

"Il y avait au moins 10 ou 15 grandes chaînes qui se battaient pour devenir la force dominante de la musique, et Tower a décidé de contracter une dette de 110 millions de dollars", a déclaré Christman. "Alors ils ont fait une offre d'obligations, et ils allaient utiliser cette dette pour stimuler l'expansion mondiale. C'était juste l'ambiance du jour – c'était croître et partir."

Les concurrents de Tower n'étaient pas seulement d'autres magasins de disques. Les magasins à grande surface comme Wal-Mart, Target et Best Buy voulaient également l'argent des fans de musique. Mais ils ont considérablement réduit les prix des CD pour amener les clients à franchir leurs portes, dans l'espoir qu'ils empilent également des choses comme des vêtements, de la nourriture pour animaux de compagnie, des piles et des téléviseurs dans leurs paniers.

« Ce qu'ils ont fait, c'est qu'ils ont regardé le panier – le panier était-il rentable ? » dit Christman. "Donc, s'il y avait beaucoup d'autres articles là-dedans, ils ne se souciaient pas de savoir si c'était de la musique ou non. Alors qu'au magasin de disques, Tower Records, ils avaient besoin de tout dans le panier pour être rentables."

Tower ne pouvait pas se permettre de faire beaucoup de rabais sur les CD. Et Tower n'a pas réussi à persuader les consommateurs de dépenser entre 12 $ et 19 $ pour un album. Solomon n'a pas pu persuader les labels de baisser leurs prix ou de commencer à vendre des CD singles.

À ce moment-là, les fans de musique avaient déjà commencé à se tourner vers d'autres options, des sites de partage de fichiers comme Napster aux magasins de téléchargement comme iTunes.

Hanks soutient que Tower a commencé à agir comme s'il était tout simplement trop gros pour échouer.

"La tour, en près de 40 ans, avait toujours grandi", dit Hanks. "Il avait toujours fait de l'argent. Il n'avait jamais perdu d'argent. . Eh bien, je pense qu'il y avait beaucoup de choses que Tower n'avait pas vu venir."

Vous pouvez l'entendre dans une vidéo promotionnelle de Russ Solomon de 1994, dans laquelle Solomon dit : "Quant au concept de diffuser quelque chose dans sa maison, cela peut arriver un jour, c'est sûr. Mais cela viendra sur une longue période de temps, et nous serons en mesure d'y faire face, de changer d'orientation et de changer notre façon de faire des affaires. En ce qui concerne votre collection de CD - et notre inventaire de CD, d'ailleurs - ça va être là pour longtemps, longtemps, croyez-moi."

Solomon et Tower ont eu leurs critiques, dont aucun n'est dans le documentaire de Hanks. Dans les années 1990, par exemple, Tower – ainsi que d'autres mégachaînes comme HMV et Virgin – ont souvent été accusées d'avoir mis les mamans et les détaillants de musique pop indépendants à la faillite. Mais pour Hanks, faire ce film a été l'occasion de revisiter une époque et une expérience qui l'ont façonné.

"La tour était l'un de ces endroits. C'était spécial, c'était unique", dit-il. "Vous avez forgé un lien avec cela, que vous le sachiez ou non. Je ne le savais pas quand j'étais enfant, et ce n'est que lorsque j'ai commencé à faire ce projet que j'ai réalisé à quel point c'était instructif pour moi quand j'ai grandissait. Et c'est comme ça pour beaucoup de gens. "

Même si cela fait près d'une décennie que Tower a fermé ses portes, sa mémoire brille toujours pour les fans dont les goûts musicaux ont été façonnés sous ces panneaux jaunes et rouges.


Ours d'or (boîte de nuit)

Le Golden Bear a commencé sous le nom de Golden Lion Cafe au 226 Main Street à Huntington Beach et a été fondé par Harry Bakre en 1923. Le nom a été changé pour The Golden Bear Cafe en 1926 pour éviter tout problème juridique avec l'ancien employeur de Bakre du même nom. Il a déménagé à son emplacement au 306 Pacific Coast Highway (alors appelé Ocean Avenue) le 29 juin 1929, peu de temps avant la Grande Dépression. Il a continué comme restaurant jusqu'à ce que Bakre prenne sa retraite en 1951. Après cela, le bâtiment a accueilli divers restaurants. Après la mort de Bakre en 1957, le bâtiment était vacant à l'exception d'un magasin de fournitures d'art dans sa partie avant.

En 1963, Delbert Kauffman a pris le relais et a créé le Golden Bear en tant que club de musique folklorique. Le premier acte qu'ils ont animé était Les Baxter's Balladeers, mettant en vedette un jeune David Crosby. [1] D'autres artistes qui ont été réservés au Golden Bear sous Kauffman étaient Hoyt Axton, Lovin' Spoonful et Buffalo Springfield. Bob Dylan est apparu à un concert des Golden Bear Presents au lycée Long Beach Wilson en décembre 1964. [2] Pendant ce temps, Peter Tork, plus tard des Monkees, a travaillé comme plongeur au club avant de devenir célèbre en tant que musicien. [3] [4] Cependant, d'ici à 1966 Kauffman était en faillite et a fermé le club. Kauffman vit à Takilma, dans l'Oregon depuis des décennies.

George Nikas a rouvert le club en 1966 et a commencé à réserver des groupes de rock à mesure que la musique évoluait. Les musiciens se produisant pendant cette période comprenaient Janis Joplin, [5] Neil Young, The Flying Burrito Brothers, [6] Jimmy Reed, [7] Seals and Crofts, Richie Havens et d'autres. On rapporte aussi que les Doors et Jimi Hendrix ont joué à l'Ours d'or, [8] [9] bien que d'autres sources indiquent que Kauffman et Nikas ont tous deux déclaré le contraire. [10] Au début des années 1970, Nikas s'est senti prêt à vendre l'entreprise.

En 1974, les frères Rick et Chuck Babiracki, et la femme de Rick, Carole, ont acheté l'Ours d'or. Ils ont continué à réserver une liste diversifiée de musiciens, tels que Jeff Lorber Fusion avec Kenny G, Muddy Waters, Jerry Garcia, [11] Patti Smith, The Ramones, The Bongos, Agent Orange, Arlo Guthrie, [12] Maria Muldaur [13 ] et Pierre Gabriel.

En 1979, l'artiste Wyland, qui habitait à côté, a peint le mur extérieur du bâtiment. Il montrait des notes de musique et certains des artistes qui se sont produits sur place. Wyland est devenu plus tard célèbre pour ses murs de chasse à la baleine. [14]

Le Golden Bear a fermé en raison des coûts impliqués dans la modernisation du bâtiment en brique pour la conformité sismique et le réaménagement du centre-ville de Huntington Beach. La dernière représentation a eu lieu le 29 janvier 1986 par Robin Trower.

En 1990, une tentative a été faite pour ressusciter l'Ours d'or en tant que « Pepper's Golden Bear » dans le nouveau bâtiment sur le site d'origine. Un inconnu Will Ferrell a fait ses débuts dans la comédie au club au cours de cette période. Cependant, il a fermé au bout de six mois. En 2010, Joe Daichendt, copropriétaire de Pierside Pavilion, a proposé un nouvel ours doré de 7 500 pieds carrés (700 m 2 ) de 2 millions de dollars. Le lieu serait construit sur le site des cinémas qui ont fermé en 2006. [8]

Huntington Beach a célébré les souvenirs du club pour la célébration du centenaire de la ville en septembre 2009, avec une réunion de l'Ours d'or de deux jours au Hilton Waterfront Beach Resort, à quelques pâtés de maisons de l'emplacement d'origine. Honk, David Lindley, Ray Manzarek de The Doors, le Nitty Gritty Dirt Band, Chris Hillman et Herb Pederson étaient parmi les artistes pour le 100e anniversaire de la ville. [15] En 2014, la ville a dévoilé une plaque commémorative honorant le lieu sur le mur du Pavillon Pierside. [16]


Liste des personnes avec synesthésie

Ceci est une liste de personnes notables qui ont prétendu avoir la synesthésie neurologique. Ensuite, il y a une liste de personnes dont on pense souvent à tort qu'elles ont eu une synesthésie parce qu'elles l'ont utilisé comme un dispositif dans leur art, leur poésie ou leur musique (appelées pseudo-synesthésies).

Les estimations de la prévalence de la synesthésie varient considérablement, de 1 sur 4 à 1 sur 25 000 à 100 000. Cependant, la plupart des études se sont appuyées sur les synesthètes se déclarant, introduisant un biais d'auto-référence. [1]

Les médias, dont Pitchfork, ont noté de manière critique le nombre considérable d'artistes musicaux à partir des années 2010 prétendant être des synesthètes, observant que "sans tester littéralement chaque personne qui apparaît dans la presse en tant que synesthète, il est extrêmement difficile de dire qui l'a et qui ment à travers leurs dents pour le cachet culturel" et que les affirmations de faire l'expérience de la synesthésie peuvent être utilisées "comme une voie expresse vers le génie créatif". [2]


Les Freedom Riders affrontent une effusion de sang en Alabama

Le 14 mai 1961, le bus Greyhound a été le premier à arriver à Anniston, en Alabama. Là, une foule en colère d'environ 200 personnes blanches a encerclé le bus, obligeant le chauffeur à passer devant la gare routière.

La foule a suivi le bus dans des automobiles, et lorsque les pneus du bus ont éclaté, quelqu'un a lancé une bombe dans le bus. Les Freedom Riders se sont échappés du bus alors qu'il s'enflammait, pour être brutalement battus par des membres de la foule environnante.

Le deuxième bus, un véhicule Trailways, s'est rendu à Birmingham, en Alabama, et ces passagers ont également été battus par une foule blanche en colère, dont beaucoup brandissaient des tuyaux en métal. Le commissaire à la sécurité publique de Birmingham, Bull Connor, a déclaré que, même s'il savait que les Freedom Riders arrivaient et que la violence les attendait, il n'a posté aucune protection policière à la gare car c'était la fête des mères&# x2019.

Des photographies du bus Greyhound en feu et des cavaliers ensanglantés ont fait la une des journaux du pays et du monde entier le lendemain, attirant l'attention internationale sur la cause des Freedom Riders&# x2019 et l'état des relations raciales aux États-Unis.

Suite à la violence généralisée, les responsables de CORE n'ont pas pu trouver de chauffeur de bus qui accepterait de transporter le groupe intégré, et ils ont décidé d'abandonner les Freedom Rides. Cependant, Diane Nash, une militante du SNCC, a organisé un groupe de 10 étudiants de Nashville, Tennessee, pour continuer les manèges.

Le procureur général des États-Unis, Robert F. Kennedy, frère du président John F. Kennedy, a commencé à négocier avec le gouverneur John Patterson de l'Alabama et les compagnies de bus pour obtenir un chauffeur et la protection de l'État pour le nouveau groupe de Freedom Riders. Les trajets ont finalement repris, dans un bus Greyhound au départ de Birmingham sous escorte policière, le 20 mai.


Meilleures partitions pour piano

Sur Musicnotes.com, nous avons la partition pour piano que vous recherchez. Des derniers succès radio aux classiques de l'opéra et de Broadway en passant par les essentiels de Disney, nous avons des centaines de milliers d'arrangements de partitions numériques professionnels sous licence officielle, tous disponibles en téléchargement numérique immédiat. Trouver des partitions pour piano n'a jamais été aussi simple, et avec notre vaste catalogue, vous êtes sûr de trouver ce dont vous avez besoin.

Si vous êtes nouveau dans le monde de la partition numérique, nous aimerions vous présenter le futur. Chez Musicnotes, le processus est simple. Plus besoin d'aller au magasin et de passer au crible des piles de musique pour trouver le morceau que vous voulez. Il vous suffit de rechercher votre chanson, d'effectuer votre achat à l'aide de notre système d'achat facile, de télécharger et d'imprimer vos partitions et ndash dans le confort de votre maison.

Avec les partitions numériques, non seulement le processus est simple, mais c'est aussi une grande valeur. Plus besoin d'acheter un livre entier de partitions pour obtenir la chanson que vous voulez vraiment. Tapez simplement le compositeur ou l'artiste que vous recherchez et faites défiler les résultats ! Mieux encore, nous avons les partitions pour piano que vous ne pouvez pas trouver dans les livres traditionnels, en raison d'un certain nombre de chansons ou d'artistes qui ne sont plus produits. C'est une excellente nouvelle pour les musiciens à la recherche de musiques difficiles à trouver.


Souvenirs musicaux de Steve Carleysmith - Histoire

Photo © Copyright 2008 Alan White. Tous les droits sont réservés. .Maison du Mississippi John Hurt, Avalon, Mississippi

"Vous devez tous vous rappeler que nous finirons par y arriver, tout ira bien. Pour toutes ces personnes qui ont du mal en ce moment, le soleil brillera à nouveau sur vous et les nuages ​​s'en iront. Demain sera une bonne journée."
- Capitaine Sir Tom Moore (1920-2021)

Un accueil chaleureux à l'original Earlyblues.com. Aujourd'hui dans sa 21e année, ce site est considéré comme le plus ancien et le plus grand site Web de musique blues mis à jour en permanence sur Internet. Le Blues est vivant et bien ici! Parcourez le site pour une vaste gamme de matériel de blues : le « UK & European Blues Festival Guide », des photographies et des critiques de festivals de blues britanniques/européens/américains, des tournées/concerts de blues, des interviews d'artistes/groupes, l'histoire du blues dans des essais et articles, projets de recherche, listes de références, livres/CD/DVD/stations de radio de blues recommandés, récits de voyage, informations générales sur le blues, centre commercial de blues, recettes de blues, lieux de repos de blues, liens vers d'autres sites de blues, médias sociaux et forums de discussion.

Avec la section d'histoire du blues recréée et largement étendue (voir les détails ci-dessous), "Earlyblues.com" fonctionne désormais comme deux sites Web interconnectés ("Earlyblues.com" et "Earlyblues.org"). Il y a bien plus de 1 600 pages Web, plus de 11 000 images, plus de 120 interviews, plus de 120 essais et articles (principalement exclusifs à Earlyblues.com), alors assurez-vous de visiter souvent car ces sites sont mis à jour très fréquemment, avec une quantité importante de matériel encore. à ajouter à plusieurs sections du site Web. N'oubliez pas que ce site Web original Earlyblues.com a plus de 20 ans et que la technologie a un peu évolué depuis lors - alors que le site Web est assez archaïque dans sa structure, il a une richesse de blues en son cœur - et il bat toujours! Earlyblues.org (la section Histoire récemment étendue) est cependant un jeune qui n'a que quelques années.

À la recherche d'un artiste ou d'un groupe de blues en particulier, consultez d'abord ceci : Index des artistes et des groupes de blues - indexation des artistes et des groupes de musique présentés sur le site Web "Earlyblues.com", ou essayez Blues Festival Photos pour une liste des festivals de blues passés, ou essayez The NewsStand - toutes sortes d'extraits du monde du blues. Sinon, parcourez les principaux tableaux d'affichage répertoriés ci-dessous - chacun donnant les dernières mises à jour par catégorie ou le 'Early Blues Treasure Trove' de divers liens vers toutes les autres sections du site Web . J'ai fourni aux visiteurs réguliers les cinq liens clés ci-dessus et trois ci-dessous.

Si vous vous intéressez à l'histoire du Blues Music :

Consultez www.earlyblues.org, un site Web distinct dédié à l'histoire du blues, remplaçant efficacement la section historique de ce site Web. Vous pouvez trouver plus de détails ci-dessous (cliquez ici).

Si vous vous intéressez à l'histoire de la musique gospel :

Visitez le site Web partenaire www.earlygospel.com spécialisé dans la musique gospel ancienne et en particulier les chanteurs moins connus, des spirituals et des chants sacrés des années 1870 à l'évolution de la musique gospel jusqu'à la fin de la Seconde Guerre mondiale.

Visitez le site Web associé www.undergroundrailroad.org.uk - donnant un aperçu du mouvement du chemin de fer clandestin à l'époque de l'esclavage américain (voir la section de recherche «Slave To The Blues» ci-dessous).

Visitez le site Web partenaire www.earlyrnb.com, dédié à l'histoire de la musique originale Rhythm & Blues issue des traditions du blues et de la musique gospel du début des années 40 au début des années 70, incorporant ses premiers dérivés Rock and Roll, Soul, Funk, Doo wop, R&B britannique, R&B de la Nouvelle-Orléans, Reggae et Ska.

Découvrez la UKBlues Federation, une fédération pan-britannique qui promeut et soutient le blues au Royaume-Uni et depuis le Royaume-Uni sous toutes ses formes et tous ses styles, incorporant le UKBlues Challenge et les UKBlues Awards. The UKBlues Federation is an Active Member of the European Blues Union and an Affiliate of the Blues Foundation, the first and only Affiliate in the UK.

Earlyblues.com / EarlyBlues.org / Earlygospel.com / EarlyRnB.com / Undergroundrailroad.org
w ebsites created and managed by Alan White
(UKBlues Federation Emeritus Board Member - Historian and Archivist)

___________________________________

'Blues Unsung Hero of the Year Award 2020 Winner'

#EuropeanBluesAwards
'Lifetime Contribution Award 2014 Winner'
"Very richly deserved in my opinion.
Alan does sterling work for the blues and has done for many many years".
-
Paul Jones, Paul Jones Show, 8th December 2014, BBC Radio 2.

___________________________________


These are the Noticeboards of the latest additions to each category of the website.
Click on the green Noticeboard title to take you to the details pages

UNE ll sorts of news snippets from the blues world: upcoming tours, latest CD releases and much more .

2022 UK & European Blues Festivals Guide - initial release of next year's festivals

2021 UK & European Blues Festivals Guide - this year's latest festival updates

2020 UK & European Blues Festivals Guide - who was where last year , and
Blues Festivals Archive - who was where in previous years

The UK/US & European Festivals & Concerts Photo Galleries - photos & reviews of Carlisle Blues Rock Festival , Colne Great British Rhythm & Blues Festival, Scarborough 'Top Secret' Blues Festival , Upton Blues Festival, Linton Festival, P&O Mini Blues Revue Cruises, Skegness Rock & Blues Festival, Bowness Bay Blues Festival, Bangor on Dee Blues & Real Ale Festival, Maryport Blues Festival, plus nostaligic memories of Burnley International Rock & Blues Festival , and many more including anniversary and benefit concerts, blues challenges and blues awards ceremonies.

Divers US & European Blues Festivals - photos & reviews of festivals over recent years (including Chicago, King Biscuit, etc.)

T he Blues Festivals Archive - links to all festival photo galleries contained on the website

Photo galleries from various UK blues tours, gigs and the US Section with reviews of various concerts, with more coming soon .

"Keepin' Live Music Alive" - an occasional series of gig reviews .

________________________________

Ah, the memories .


. Mothers Club, Erdington, Birmingham .

Check out over 100 interviews including: Ian Siegal, Alvin Youngblood Hart, Matt Woosey, Jimbo Mathus, Moreland and Arbuckle, Ruby Turner, Swampcandy, Larry McCray, Tommy Allen & Johnny Hewitt, Danny Handley, Chris Powers, Tom Doughty, Sugar Ray Norcia, Matt Schofield, Giles Robson, Gregg Wright, Marcus Malone, Earl Thomas, Mud Morganfield, Marcus Bonfanti, Steve Cropper, Walter Trout, BabaJack, Lisa Mills, Ian Jennings, Norman Beaker, Aynsley Lister, Alan Nimmo, Dave Arcari, Ben Waters, Ed Stephenson, Ben Prestage, Paul Cowley, with more soon including Paul Jones, Larry Miller, Gerry McAvoy, Mick Gallagher, Mike Vernon, Bruce Iglauer (President of Alligator Records), Vaneese Thomas and Bob Malone .

RE-FORMATTED HISTORY SECTION :

The original History Section of Earlyblues.com has been re-created in a more manageable and easier to browse format together with extended content, especially on the history of British Blues .

The new format has been developed on a separate website www.earlyblues.org and will replace the original History Section of www.earlyblues.com , being entirely dedicated to the history and evolution of the Blues in essays and articles, cultural aspects, exhibitions, presentations, courses, talks, research projects, reference lists, recommended blues books, blues resting places, and links to other blues sites. All other content of www.earlyblues.com will remain the same.

So 'Earlyblues.com' now runs as two separate but interlinked websites:
www.earlyblues.com (full content with original History Section) and
www.earlyblues.org (expanded and re-formatted History Section).

Click here to go to the original History Section or click here to see the new History Section, remembering that you can return to the full www.earlyblues.com website any time by clicking the link on the new Home page.

Please remember this original website is over 20 years old and technology has moved on a bit since then - whilst it's quite antiquated in structure it has a wealth of blues in its heart - and it's still beating!

Latest: The Mississippi Delta: Birthplace of the Blues - "This Is Where the Soul of Man Never Dies." - by Terry Messman (Spanish Translation - with thanks to Rafael Res ndiz, professor at the National University of Mexico for the translation)

'Blues Artists & Their Instruments' - updated blues guitar guide by Dai Thomas

Recent essays:
Why Do You Moan, When You Can Shake That Thing? (a survey of Papa Charlie Jackson & Bo Weavil Jackson: 1924-1934) - by Max Haymes
Blues For Martin Luther King, Jr. - by Terry Messman
We'll March on Resurrection Day - by Terry Messman
Gulfport Island Road Blues (Nonsense & Robert Johnson) - by Max Haymes
"I Need-A Plenty Grease In My Frying Pan" (Roots & Influences of Vaudeville & Rural Blues: 1919-1940)
- by Max Haymes
Alabama Blues - by Billy Hutchinson
The Mississippi Delta: Birthplace of the Blues - "This Is Where the Soul of Man Never Dies."
- by Terry Messman
' Blues Poetry ' - an updated collection of articles on Poetry and the Blues

Latest exhibitions:
Downhome Blues Exhibition : A Photographic Exhibition of American Blues Artists and their Home Towns by Alan White. The exhibition comprises some sixteen artists including Chuck Berry, James Cotton, Honeyboy Edwards, Louisiana Red, Coco Montoya and Hubert Sumlin.
Blues Filter Exhibition : A Photographic Exhibition of Blues Artists who have performed at The Great British Rhythm & Blues Festival, Colne, Lancashire by Alan White. The exhibition comprises some twenty five artists including Steve Cropper, Mud Morganfield, Booker T, Billy Boy Arnold, Magic Slim, Chris Farlowe, Jack Bruce, Ruby Turner, Wilko Johnson, Larry Garner and Lucy Zirins.

Coming fairly soon (hopefully):
- Details of an Interactive Robert Johnson Blues Tribute Park in Robert's Birth Town of Hazlehurst Mississippi to be built by The Robert Johnson Blues Foundation working with Robert Johnson's family.

Now if your interest is the history of Gospel Music check out the full list of Gospel Essays on the sister website www.earlygospel.com

Check out : articles in our long term research project Slave To The Blues:
Slave To The Blues - Coffles and the Auction Block - by Max Haymes

Check out the associated website www.undergroundrailroad.org.uk - developed to give an insight into the Underground Railroad slave escape network during American slavery times.

R ecommended blues related Books/CDs/DVDs/Movies/Radio Stations/On-line Blues Magazines/etc.

. plus a bit of retail therapy with a Shopping Mall

Links to photo galleries, articles and essays on trips to the 'Land Where The Blues Began' .

Coming fairly soon.
1 - 'Deep South Country Blues, Plantations and New Orleans Jazz' :
Mississippi, Arkansas, Louisiana and Tennessee
(including Memphis, Helena, Clarksdale, Vicksburg, Natchez, New Orleans, Jackson and Nashville)
2 - 'Piedmont/East Coast Blues and the Civil Rights Movement' :
Georgia, South Carolina, Tennessee and Alabama
(including Atlanta, Macon, Savannah, Charleston, Chattanooga, Birmingham and Montgomery)
3 - 'Urban Blues, Chicago and Route 66' :
Illinois, Missouri, Kansas, Oklahoma, Texas, New Mexico, Arizona and California
(including
The Chicago Blues Festival a nd Route 66 oddities)
4 - 'Hillbilly Country, The Blues Ridge Mountains, The Underground Railroad & The American Civil War' :
Pennsylvania, Virginia and North Carolina
(including Philadelphia, Gettysburg, Roanoke, Galax, Petersburg, Richmond and Manassas)
5 - 'St Louis Blues, Steamboats and The Underground Railroad' :
Illinois, Iowa, Missouri, Kentucky, Ohio, Indiana and Michigan
(including Chicago, Davenport, Springfield, St Louis, Cairo, Louisville, Cincinnati and Battle Creek)

"Where the Southern Crosses The Yellow Dog"
The junction at Moorhead looking to the west (the Southern Railroad, now the Columbus & Greenville) running west and east and the Yellow Dog (the Yazoo Delta Railroad), running north and south.
Copyright 2008 Alan White. Tous les droits sont réservés

Purpose and Acknowledgements

T his is the original 'Earlyblues.com ' Website , first published in October 2000 by Alan White as an on-line information resource specialising in early blues music. It has been regularly developed since then with a vast range of excellent material which I hope you enjoy.

The purpose of the website is to b roaden awareness and understanding of the origins of blues music and to encourage and support live blues music - 'keeping the blues alive'. This is done by:
researching, producing and publishing blues articles and essays
promoting blues books, DVDs, films and Internet based blues radio
promoting and supporting UK and European blues festivals with reviews and photographic portfolios
researching for and interviewing blues artists and bands
encouraging and promoting budding blues artists and bands
supporting associated blues societies and blues magazines
maintaining this website (incorporating all of the above)

Many thanks to all contributors over the years, there are many of them so I've listed their details on a separate page which you can view here . I really do appreciate all their help. If you as the reader would like to contribute or comment in any way I'm always glad to hear from you. Just email me at [email protected]

Now if your interest is the history of Gospel Music check out the sister website www.earlygospel.com

I f you are interested in the long term research project 'Slave To The Blues' then check out the Blues Essays and also my website www.undergroundrailroad.org.uk which gives an insight into the Underground Railroad movement during American slavery times.

Image from advert in the Chicago Defender, 23rd January 1926

For the record: t his is an on-line educational information resource website and no content may be copied for commercial use (see our copyright notice ) .
If in doubt, or if you wish to ask permission to copy an item please email me - [email protected] .

All the work maintaining this and associated websites is completely voluntary (with no financial support or advertising whatsoever) coz' we're passionate about the blues and we want to keep the blues alive!


#EuropeanBluesAwards
Lifetime Contribution Award 2014 Winner
"Very richly deserved in my opinion.
Alan does sterling work for the blues and has done for many many years".
-
Paul Jones, Paul Jones Show, 8th December 2014, BBC Radio 2.

Emeritus Board Member
(Blues Music Historian and Archivist)

T his site was last updated on 21 June 2021

(Website created on 1st October 2000)

Website and 'earlyblues.com' logo Copyright 2000 -20 21 Alan White. Tous les droits sont réservés.
All photos and images (unless otherwise stated) Copyright 2000 -20 21 Alan White.
Tous les droits sont réservés.

This Website is dedicated to the loving memory of
my Mother (Jean White) and my Father (Richard White)


Dad Battle
Dadbattle is the third and final track of Week 1. It was composed by Kawai Sprite and released on the 1 st of November, 2020.

Question: Why are some of the pages locked?

Answer: Pages are locked mainly due to really bad vandalism. Despite being a T-rated Newgrounds game, it is really popular with 8-year-olds who love to ruin the pages 24/7, and because of this, we have to keep the pages locked. If you would like to help edit a locked page or have valuable information, please message an admin to add it to the page, preferably with a reference! We would love the pages to remain open, but whenever we do, it always ends up being vandalized. Maybe someday in the future, we can open the select few.

Question: Who are the admins/mods?

Answer: The team behind the wiki in order of activity are PicosSchool, Ruffcrane, LilyIUwU, Justanothernormalishweirdo, BlindCartographer‎, ‎Citrus-Shock et C4ndiedGh0st.

Question: Can I have admin/mod rights?

Answer: Don't waste the wiki staff's time by begging for these rights. It's not gonna happen. On the bright side, it's possible to earn them through hard work and dedication. Depending on your behavior and actions on the wiki, you may be approached and offered to earn special privileges to help the wiki even more, plus a custom name color if you choose!

Question: Where is Whitty?

Answer: Whitty is a mod and not an official part of the game. We have a secondary wiki dedicated to fan-made mods of the game to keep unofficial characters, songs and information off of the main wiki. You can find Whitty and many more popular mods there as well.

Question: Can I swear?

Answer: Yes, but it's preferred if you didn't swear every other sentence.

Question: Why did you delete my page?

Answer: Your page was deleted because it was unneeded, about an upcoming week or character we have little information or confirmation for, a duplicate of an already existing article or you're making random pages that have absolutely nothing to do with the game.

Question: I was blocked. Where can I appeal it?

Answer: If you feel like you were wrongfully or unfairly blocked, you may leave a message ici ou ici. You must use the same account that you were banned with here and not have someone else do it on your behalf. If you can rationally give a proper explanation for your actions, and the admin agrees, your block may be shortened or even lifted entirely.

Question: Is this wiki official?

Answer: Technically, no. The wiki has been acknowledged, but it has not been officially endorsed by the team behind the game. Regardless, we still try to be the most accurate source of information for the game available.

Question: Someone on Twitter/Reddit/YouTube said this wiki is inaccurate because Boyfriend didn't date Pico! It's just a joke! Stop inserting fan headcanons as fact despite being told several times it's real!


Great Migration: Life for Migrants in the City

By the end of 1919, some scholars estimate that 1 million Black people had left the South, usually traveling by train, boat or bus a smaller number had automobiles or even horse-drawn carts. 

In the decade between 1910 and 1920, the Black population of major Northern cities grew by large percentages, including New York (66 percent), Chicago (148 percent), Philadelphia (500 percent) and Detroit (611 percent).

Many new arrivals found jobs in factories, slaughterhouses and foundries, where working conditions were arduous and sometimes dangerous. Female migrants had a harder time finding work, spurring heated competition for domestic labor positions.

Aside from competition for employment, there was also competition for living space in increasingly crowded cities. While segregation was not legalized in the North (as it was in the South), racism and prejudice were nonetheless widespread.

After the U.S. Supreme Court declared racially based housing ordinances unconstitutional in 1917, some residential neighborhoods enacted covenants requiring white property owners to agree not to sell to Black people these would remain legal until the Court struck them down in 1948.

Rising rents in segregated areas, plus a resurgence of KKK activity after 1915, worsened Black and white relations across the country. The summer of 1919 began the greatest period of interracial strife in U.S. history at that time, including a disturbing wave of race riots.

The most serious was the Chicago Race Riot of 1919 it lasted 13 days and left 38 people dead, 537 injured and 1,000 Black families without homes.


'Where I'm From': A Crowdsourced Poem That Collects Your Memories Of Home

NPR asked for your poems inspired by memories of home. What we received was overwhelming: 1,400 submissions in just two days, with lines that draw on all five senses — in vivid detail and gauzy memories.

In our callout, NPR resident poet Kwame Alexander and Morning Edition host Rachel Martin looked to one poem in particular: "Where I'm From" by Appalachian poet George Ella Lyon. Lyon herself responded to our callout and left something in our submission inbox:

"I was amazed and delighted to hear you read part of 'Where I'm From' on Morning Edition Monday. My poem, written in 1993, was inspired by a poem of Jo Carson's. Her poem took off from something she heard somebody say," she said. "So 'Where I'm From' has been a pass-it-on-phenomenon from the get-go. Here's to the power of poetry and place, and to the voices in all of us that long to be heard."

Hear George Ella Lyon read her poem "From The Page"

As Kentucky's poet laureate in 2015, Lyon collected "Where I'm From" poems from people around the world. Here are some of yours:

Arts & Life

Love Is: A Crowdsourced Valentine's Day Poem

Arts & Life

'Thank You, America': A Crowdsourced Holiday Poem That's A Blessing To Read

Where I'm From: A Morning Edition Crowdsourced Poem of Remembering

I am from travelers and adventure
from "Be seen, not heard!"
from ritual and plainsong
from England and exile
from mint sauce and lamb.

I am from casseroles and canned tuna
Kennedys and Saturday morning cartoons
I am from Tang in a Daffy Duck glass
from wall phones with mangled cords stretched during private calls in a room too far
I come from popcorn ceilings
dining rooms of glossy mahogany

I am from bed sheets
Draped over our dining room chairs.
from the trees Littering the backyard
The sweet taste of mulberries Staining my fingers red
I'm from big hats under rainbow umbrellas
Buckets of wet sand and unstable castles
I'm from orange and vanilla custard
with a pizza slice the size of your chest
From hot July days and cool summer nights
I am from Sunday night pizza and Monday Night Football

I am from marbles
From empanadas cooking in the street
I am from orchids and mango trees
I am from la torta tres leches and ruana
I am from happy and serious
From hard work and sweat

I'm from grit, respect, and discipline.
from big family reunions and endless laughs.
I am from houses never locked
from the projects in Brooklyn
and dominoes in the park
I am from salsa and the car horns blaring

I am from diners and malls and accents that put an "aw" in coffee.
from silky lingerie and sweat socks, bruised knuckles and scars I gave myself
from longing to be someone, somewhere else.
I am from a mother who was still a girl
whose beauty kept her shy
I am from dirt and fences
from strength and toughness

I am from ashes flicked into the tray
the despair of divorce
bonds gone unappreciated
eviction and being thrown away
running and begging to stay
I am from a little girl who just needed a break

I am from a time when my mother went to the hospital and never came back
when my toys were in a box by the curb as we drove away.
I am from singing in the darkness of night
Putting myself to sleep with the sound of my own voice.

I am from playing backyard baseball with tennis balls, Wiffle balls, even roundish gourds.
from weekend sleep-overs
from orange push-ups
from fallen leaves kicked up in swirls on walks to school,
from early morning radio announcements of a snow day — no school!

I am from the South and the North.
from immigrant grandparents and Civil War soldiers.
I am from the red dirt clay of Virginia
From the sounds of the fiddle to the beauty of a choir
From the jig and the reel
to the cloggers and the dancers.
From collard greens and fat back,
chitterlings and white bread
I'm from hymns learned on Sundays,
hypocrisy displayed on Mondays.

I am from Tom Petty
and baby oil in the hot sun
rye bread and salami.
I am from black cows,
tacos, bicycles, and
The gentle lure of crickets.

I am from James Brown and Santana.
from Groovin' on a Sunday Afternoon
and Crystal Blue Persuasion.

I am from endless steps,
from California and Texas, and Durango, Colorado.
From unknown ancestors of the ancient Southwest,
cliff-dwellers and puebloans.
I am from the earth --

from from cityscapes and sleepy suburbs
from cicada clicks and firefly sparks
from the call of books and breathing through struggles.
I am from you


Voir la vidéo: Album Souvenirs -. Coulombe u0026 Cie Ltée de Saint-Noël 1979