Alamosa-AK-156 - Histoire

Alamosa-AK-156 - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Alamosa

Une ville du comté de Conejos, dans le Colorado.

(AK-156 : dp. 7 450 ; 1. 338'6"; b. 50'; dr. 21'; s. 11,5 k.; cpl. 79 a. 1 3", 6 20mm.; cl. Alamosa; T .C1-M-AV1)

L'Alamosa (AK-156) a été aidée en vertu d'un contrat de la Commission maritime (coque MC 2101) le 15 novembre 1943 à Richmond en Californie, par Kaiser Cargo, Inc. Lancé le 14 avril 1944, parrainé par Mme J. Mullane; et acquis par la Marine et commandé le 10 août 1944, Lt. Comdr. K. C. Ingraham aux commandes.

Après une brève période d'aménagement dans la région de la baie de San Francisco, l'Alamosa a navigué pour Portland, dans l'Oregon. Là, le navire est entré dans les chantiers de Commercial Iron Works et a été désarmé le 25 août pour être converti en navire de distribution de munitions. Elle a été remise en service le 25 septembre et est devenue en route le 6 octobre pour le shakedown de San Pedro, Californie.

À son arrivée à Eniwetok le 7 décembre, l'Alamosa est affecté au Service Squadron 8. Pendant la Seconde Guerre mondiale, le navire transporte des munitions et une cargaison entre Eniwetok Saipan, Guam, Ulithi, Peleliu et Leyte.

Après la fin des hostilités, l'Alamosa est entré en cale sèche au Port d'Apra, Guam, le 1 octobre 1945. Après l'achèvement des réparations, il a repris la route le 7 janvier 1946, à destination de la maison. Elle est arrivée à Seattle, Washington, le 27 janvier; y fut désarmé le 20 mai 1946 et remis à la War Shipping Administration de la Maritime Commission pour élimination. Son nom a été rayé de la liste de la Marine le 14 juin 1946. Le navire est resté entre les mains de la Commission maritime jusqu'au début des années 1970, date à laquelle il a disparu des registres des navires marchands.


Histoire de la route

Alors que l'autoroute a ouvert ses portes en 1957 en tant que première route à permettre l'accès au parc national Denali, l'histoire de la route en tant qu'itinéraire d'aventure à travers la nature sauvage est une histoire légendaire de l'histoire de l'Alaska.

Depuis les premiers Américains jusqu'aux tribus athapascanes du bassin de la rivière Copper, la région actuelle des lacs Tangle était un important terrain de chasse saisonnier. Cette zone contient certains des premiers témoignages d'occupation humaine en Amérique du Nord. Dans les 225 000 acres du district archéologique de Tangles Lakes, inscrit au registre national des lieux historiques, plus de 400 sites archéologiques ont été documentés. L'histoire moderne de la région a commencé il y a environ 100 ans, lorsque les mineurs d'or de la région de Valdez Creek, près de la rivière Susitna, ont ouvert un sentier à l'est entre le district minier et Paxson, et un peu plus tard vers l'ouest des mines vers Cantwell actuel. L'autoroute actuelle suit à peu près les traces de ces mineurs sur une grande partie de sa distance.

Parcourir l'autoroute Denali aujourd'hui est vraiment un chemin à travers une nature sauvage impressionnante qui relie les voyageurs au passé préhistorique de l'Alaska et à l'histoire de la ruée vers l'or.


Données du propriétaire

Recherchez des données précieuses sur les propriétaires immobiliers, telles que des informations de contact, des actifs, etc.

Informations de contact

Nos données peuvent contenir le nom complet, le numéro de téléphone et même les adresses e-mail des propriétaires.

Les atouts

Peut inclure des détails sur d'autres actifs potentiels qui appartiennent à un individu.

Les proches

Dans de nombreux cas, nous sommes en mesure d'identifier les parents et associés potentiels des propriétaires dans nos dossiers.


Elvira-Mania

C'est incroyable à quelle vitesse un petit concert d'hôte d'horreur pourrait devenir une sensation nationale presque du jour au lendemain. Après près de 16 ans de lutte pour réussir, Cassandra Peterson était devenue un nom familier, une icône de l'horreur et une institution d'Halloween.

La marque de parfum d'Elvira “Evil” et son image au musée de cire

Elvira sur The Tonight Show (L) et As du frappeur (D)

Au fur et à mesure que la popularité d'Elvira grandissait, il en allait de même pour les exigences d'apparition lors d'événements publicitaires. Et cela signifiait beaucoup de séances de photos avec des personnes célèbres. Les magazines et les journaux des années 80 et 90 regorgeaient de photos d'Elvira le martelant avec d'autres célébrités - généralement dans les numéros d'octobre.

Elvira et Alice Cooper (à gauche) et Cheech Marin (à droite)

Elvira et Magic Johnson (à gauche) et Larry Hagman (à droite)

Elvira et Axel Rose (L) et Robert Englund alias Freddie Krueger (R)

Alors, que va devenir Elvira dans les années à venir ? Selon Cassandra Peterson, « j'espère et je pense qu'il est possible que je puisse éventuellement me retirer des spectacles en direct. C'est comme dans le cas de Superman, personne ne se promène et ne fait une performance en direct de lui, mais vous pouvez toujours commercialiser le personnage… Le jour où je commence à avoir l'air pathétique dans la tenue, il est temps de raccrocher. (Femme Fatales, Vol. 5, No.7)


Vérificateur de symptômes AVEC CARTE DU CORPS

Identifiez les conditions et les traitements possibles liés à vos symptômes.

Cet outil n'est pas destiné à se substituer à un avis médical professionnel, à un diagnostic ou à un traitement. Lisez toujours l'étiquette avant de prendre des médicaments en vente libre (OTC). L'étiquette identifie le ou les ingrédients actifs et contient d'autres informations importantes, notamment des avertissements sur les interactions médicamenteuses possibles et les effets secondaires. Demandez toujours l'avis de votre médecin ou d'un autre professionnel de la santé qualifié pour toute question que vous pourriez avoir concernant un problème de santé. Ne négligez jamais un avis médical professionnel ou ne tardez pas à le rechercher à cause de quelque chose que vous avez lu sur WebMD ! Si vous pensez avoir une urgence médicale, appelez immédiatement votre médecin ou le 911. WebMD ne recommande ni n'approuve aucun produit ou service spécifique. Vous vous fiez à toute information fournie par WebMD à vos risques et périls.

NOUVEAU : Ce vérificateur de symptômes inclut désormais la possibilité de sélectionner les symptômes par emplacement du corps. Nous espérons que cela vous permettra d'identifier plus facilement vos symptômes et les conditions possibles.

L'outil vous permet également de sélectionner rapidement plusieurs symptômes. Cliquez pour voir la FAQ et des conseils pour la recherche

• Il existe 11 régions principales du corps et 41 sous-régions parmi lesquelles vous pouvez choisir. Par exemple, le bras est une région primaire et votre coude est une sous-région plus spécifique. La possibilité de choisir des sous-régions vous permet de spécifier plus précisément vos symptômes.

• Étant donné que tous les symptômes d'une sous-région (par exemple « coude ») sont également répertoriés dans la région principale du corps (par exemple « bras »), il est préférable de commencer par la région principale du corps si vous ne savez pas exactement où se situe le symptôme. ton corps.

• Si vous n'êtes pas sûr de la zone du corps à laquelle appartient votre symptôme, vous pouvez taper votre symptôme dans la zone de recherche principale ou sélectionner la catégorie « Symptômes généraux ».

• Il existe également une section distincte pour les symptômes cutanés uniquement.

• Lorsqu'un emplacement du corps est sélectionné, les « symptômes les plus courants » sont affichés en premier, mais vous pouvez également changer d'onglet pour voir « Tous » symptômes.

• Vous pouvez également utiliser la zone de recherche spécifique à une catégorie pour rechercher tous les symptômes de cette catégorie.

• La zone de recherche sur la page principale comprend TOUS les symptômes dans toutes les catégories.

• Si votre état ou votre médicament n'est pas affiché dans la liste de saisie anticipée, nous n'avons pas suffisamment d'informations à son sujet pour en tenir compte dans les résultats. Si vous ne le voyez pas, ignorez ce champ.

• Toutes les questions sont facultatives, vous pouvez toujours passer directement aux résultats.

• Si vous avez besoin de revenir à une page précédente, veuillez utiliser les boutons « retour » ou « précédent » dans l'outil. N'utilisez pas le bouton retour de votre navigateur ou de votre téléphone. Vous pourriez perdre les symptômes que vous avez entrés.

• Les résultats sont classés en fonction du degré de correspondance de vos symptômes avec une maladie ET de sa fréquence (aux États-Unis). Des conditions extrêmement rares peuvent ne pas apparaître dans cet outil. Vous devriez toujours consulter un médecin pour des problèmes spécifiques.

• Nous vous suggérons fortement d'entrer plus d'un symptôme. Cela améliorera probablement vos résultats.

Cet outil ne fournit pas de conseils médicaux. Il est uniquement destiné à des fins d'information. Il ne remplace pas un avis médical professionnel, un diagnostic ou un traitement. N'ignorez jamais l'avis d'un professionnel de la santé en cherchant un traitement à cause de quelque chose que vous avez lu sur le site WebMD. Si vous pensez avoir une urgence médicale, appelez immédiatement votre médecin ou composez le 911.


EXPOSITIONS À L'AMIANTE SUBIES SUR LES NAVIRES DE LA MARINE

Pendant des décennies, les avocats de Levy Konigsberg ont fièrement représenté les anciens combattants de la Marine et leurs familles. Entre les années 1940 et 1990, des centaines de milliers de marins ont travaillé dur dans les espaces de travail exigus des navires de guerre, utilisant des machines et des équipements qui maintenaient leurs navires en état de navigabilité. À l'insu de nos anciens combattants, une grande partie de l'équipement qu'ils utilisaient et réparait régulièrement contenait de nombreux composants d'amiante qui empoisonnaient leurs poumons. Des années d'enquêtes et de litiges ont révélé que les entreprises qui se sont enrichies grâce à des contrats gouvernementaux pour fournir des équipements sûrs à la Marine étaient conscientes du lien entre l'exposition à l'amiante de leurs produits et les maladies pulmonaires.

Une grande partie de l'exposition à l'amiante subie à bord de ces navires s'est produite dans les chaufferies et les locaux techniques. Des marins de divers calibres, y compris des chaudronniers, des compagnons machinistes, des électriciens, des pompiers et des opérateurs d'équipement, travaillaient régulièrement dans des espaces de travail mal ventilés et exigus, faisant fonctionner et entretenant diverses pièces d'équipement qui maintenaient les navires en mouvement. L'équipement, y compris les chaudières, les pompes, les vannes, les réservoirs, les condenseurs et les turbines, nécessitait une surveillance permanente et un entretien régulier.

L'exposition à l'amiante à bord de ces navires était importante. Par exemple, dans les espaces d'ingénierie, les marins devaient comprendre, faire fonctionner et réparer de nombreuses pompes. Généralement, chaque salle des machines contenait une pompe primaire et une pompe de secours, sinon plus, en cas de dysfonctionnement de la pompe. Diverses pompes, y compris des pompes à eau salée, des pompes à condensat, des pompes à carburant, des pompes à eau, des pompes à condenseur, des pompes à incendie et des pompes de cale, effectuaient différentes opérations, mais toutes contenaient de nombreux morceaux d'isolant à l'amiante. Travaillant à proximité les uns des autres, les marins ouvraient régulièrement ces pompes, ce qui nécessitait d'abord de retirer une épaisse isolation en amiante du corps de la pompe. Ensuite, à l'aide d'un couteau ou d'un autre outil, les marins enlevaient méticuleusement les joints et les garnitures d'amiante usés de la pompe, ce qui libérait des milliers de fibres d'amiante dans l'air. Une fois nettoyés, les marins installaient de nouveaux composants en amiante, fabriquant souvent des joints et emballant à la main à partir de feuilles d'amiante.

Les autres équipements des salles des machines nécessitaient tout autant d'entretien. Des réducteurs, des réservoirs d'alimentation de dégazage, des turbogénérateurs, des turbines, des vannes de toutes tailles et des compresseurs d'air ont été installés dans les espaces d'ingénierie et ont nécessité une surveillance et une maintenance constantes. Comme les pompes installées dans ces salles des machines, une grande partie de cet équipement était fortement isolée avec de la fibre d'amiante en raison de la chaleur produite par la machinerie. Travaillant à proximité, les marins ont retiré cette isolation et inspecté régulièrement les machines pour les défauts et les besoins d'entretien. Divers composants en amiante, y compris les joints, les matériaux d'emballage, le bloc, la corde et l'isolation, ont été régulièrement installés et remplacés pendant les croisières, afin d'assurer une bonne performance en mer.

De même, l'exposition à l'amiante était endémique dans les chaufferies navales. Les équipements régulièrement installés dans ces espaces de travail comprenaient des chaudières, des soufflantes à air pulsé, des pompes d'alimentation, des pompes de surpression, des pompes de service de mazout, des réservoirs d'eau d'alimentation, des réservoirs d'eau douce, des vannes et des compresseurs d'air. Les marins des chaufferies devaient comprendre comment faire fonctionner, entretenir et réparer tous ces équipements. Pendant les croisières, les marins montaient dans les chaudières pour nettoyer la machine, en retirant souvent les joints usés, le matériel d'emballage et la corde. Étant donné que cette machine était constamment utilisée, une maintenance permanente de la machine était nécessaire, ce qui nécessitait un changement régulier des joints et des garnitures en amiante usés.

En 2008, Levy Konigsberg a représenté Douglas Pokorney, dans un procès contre plusieurs sociétés dont les produits ont été installés dans la chaufferie de l'USS Roan. M. Pokorney a allégué qu'il était régulièrement exposé à de grandes quantités de poussière d'amiante provenant des chaudières Foster Wheeler installées sur le USS Roan, pendant qu'il s'acquittait de ses tâches dans la chaufferie. Un jury de Syracuse a accepté, attribuant 5 millions de dollars, et a déclaré que Foster Wheeler était responsable d'une partie importante des dommages dus à l'exposition régulière de M. Pokorney aux joints, à l'isolation et à d'autres composants en amiante installés sur les chaudières du navire. Comme de nombreux autres accusés, Foster Wheeler a tenté de faire porter la responsabilité à la Marine, tout en sachant depuis des décennies qu'il existait un lien entre l'exposition à l'amiante et les maladies pulmonaires. Cet argument a été rejeté par le jury. Pour plus d'informations sur cette affaire, veuillez cliquer ici.

Certains des navires de la Marine pour lesquels nous avons confirmé que de nombreux travailleurs ont subi des expositions importantes à l'amiante sont les suivants :

• SS Atlantique
• SS Borinquen
• Pigeon voyageur SS
• SS Cap Nome
• Victoire SS Colgate
• Champion d'exportation SS
• Courrier d'exportation SS
• SS Exminster
• Flèche volante SS
• SS Flying Hawk
• marchand volant SS
• SS Frederick E. Williamson (1944)
• Jardinière hawaïenne SS
• Transport SS Hong Kong
• SS Manhattan (1962)
• SS Marine Adder
• SS Marine Jumper
• SS Marine Tigre
• SS Matsonia (alias Etolin)
• SS Mormaclark
• SS Mormacmail (1946)
• SS Mormacmar
• SS Mormacsun
• SS Mormacsurf
• Victoire SS Muhlenberg
• SS Sea Pegasus
• SS Tigre des mers
• Victoire SS Wabash
• Victoire SS Yale
• USCGC Acacia (WAGL-406)
• USS Amiral E.W. Eberle (AP-123)
• USS Alamosa (AK-156)
• USS Albany (CA-123)
• USS Albert T. Harris (DE-447)
• USS Alcor (AK-259)
• USS Alexander Hamilton (SNLE-617)
• USS Alhena (AKA-9)
• USS Allagash (AO-97)
• USS Amérique (CV-66)
• USS Archer-Fish (SS-311)
• USS Ashland (LSD-1)
• USS Baltimore (CA-68)
• USS Benham (DD-796)
• USS Benjamin Franklin (SNLE-640)
• USS Benner (DD-807)
• USS Bennington (CV-20)
• USS Bételgeuse (AK-28, AKA-11)
• USS Bételgeuse (AK-260)
• USS Billfish (SSN-676)
• USS Noir (DD-666)
• USS Block Island (CVE-106)
• USS Bleu (DD-744)
• Veste bleue USNS (T-AF-51)
• USS Bon Homme Richard (CV-31)
• USS Boston (CA-69)
• USS Boxer (CV-21)
• USS Bridget (DE-1024)
• Basse USS Brinkley (DD-887)
• USS Bristol (DD-857)
• USS Brownson (DD-868)
• USS Bunker Hill (CV-17)
• USS Burdo (APD-133)
• USS Cadmus (AR-14)
• USS Canberra (CA-70)
• USS Canisteo (AO-99)
• Salle USS Carter (LSD-3)
• USS Casa Grande (LSD-13)
• USS Casablanca (CVE-55)
• USS Cassin (DD-372)
• USS Cassin Young (DD-793)
• USS Catoctine (AGC-5)
• USS Chandeleur (AV-10)
• USS Charles H. Roan (DD-853)
• USS Charles J. Badger (DD-657)
• USS Charles R. Ware (DD-865)
• USS Charles S. Sperry (DD-697)
• USS Chicago (CA-136)
• USS Chipola (AO-63)
• USS Cimarron (AO-22)
• USS Clamagore (SS-343)
• USS Cleveland (CL-55)
• USS Collett (DD-730)
• USS Confort (AH-6)
• USS Compton (DD-705)
• USS Cône (DD-866)
• USS Constellation (CV-64)
• USS Coontz (DDG-40)
• USS Coral Sea (CV-43)
• USS Croaker (SS-246)
• USNS Curtiss (T-AVB-4)
• USS Custer (APA-40)
• USS Dahlgren (DLG-12)
• USS Darter (SS-576)
• USS Davis (DD-937)
• USS Delong (DE-684)
• USS Des Moines (CA-134)
• USS Dewey (DDG-45)
• USS Dixie (AD-14)
• USS Donner (LSD-20)
• USS Douglas H. Fox (DD-779)
• USS Du Pont (DD-941)
• USS DuPage (APA-41)
• Anglais USS (DD-696)
• USS Entemedor (SS-340)
• USS Entreprise (CV-6)
• USS Entreprise (CVN-65)
• USS Essex (CV-9)
• USS Evans (DE-1023)
• USS Everglades (AD-24)
• USS Fargo (CL-106)
• USS Farragut (DLG-6)
• USS Fayette (APA-43)
• USS Finback (SNLE-670)
• USS Fiske (DD-842)
• USS Flasher (SS-249)
• USS Fletcher (DD-445)
• USS Flying Fish (SS-229)
• USS Flying Fish (SSN-673)
• USS Foote (DD-511)
• USS Forrestal (CV-59)
• USS Fort Mandan (LSD-21)
• USNS Pvt. Francis X. McGraw (T-AK-241)
• USS Franklin D. Roosevelt (CV-42)
• USS Fred T. Berry (DD-858)
• USS Fulton (AS-11)
• USS Gatling (DD-671)
• USNS Geiger (T-AP-197)
• USS George Bancroft (SNLE-643)
• USS Gillette (DE-681)
• USS Glenard P. Lipscomb (SSN-685)
• USS Glennon (DD-840)
• USS Greenling (SSN-614)
• USS Grundy (APA-111)
• USS Gunston Hall (LSD-44)
• USS Gunston Hall (LSD-5)
• USS Gurke (DD-783)
• USS Hailey (DD-556)
• USS Hambleton (DD-455)
• USS Hammerberg (DE-1015)
• USS Hanson (DD-832)
• USS Harder (SS-568)
• USS Haynsworth (DD-700)
• USS Hazelwood (DD-536)
• USS Heermann (DD-532)
• USS Helena (CA-75)
• USS Henrico (APA-45)
• USS Hilary P. Jones (DD-427)
• Titulaire de l'USS (DD-819)
• USS Hopewell (DD-681)
• USS Hornet (CV-12)
• USS Howard D. Crow (DE-252)
• USS Hugh Purvis (DD-709)
• USS Hull (DD-945)
• USS Hunley (AS-31)
• USS Indépendance (CV-62)
• USS Intrépide (CV-11)
• USS Iowa (BB-61)
• USS Iwo Jima (LPH-2)
• USS James E. Kyes (DD-787)
• USS John King (DDG-3)
• USS John Paul Jones (DD-932)
• USS John R. Pierce (DD-753)
• USS Joseph P. Kennedy, Jr. (DD-850)
• USS Kearsarge (CV-33)
• USS Kennebec (AO-36)
• USS Keppler (DD-765)
• USS Kidd (DD-661)
• USS King (DDG-41 )
• USS Kitty Hawk (CV-63)
• USS Krishna (ARL-38)
• USCGC Kukui (WAK-186)
• USS Kyne (DE-744)
• USS L.Y. Lance (AS-36)
• USS Lafayette (SNLE-616)
• USS Laffey (DD-724)
• USS Lake Champlain (CV-39)
• USS Lexington (CV-16)
• USS Leyte (CV-32)
• USS Liberty (AGTR-5)
• USS Little Rock (CL-92)
• USS LST-274
• USS LST-316
• USS Ludlow (DD-438)
• USS Lynde McCormick (DDG-8)
• USS L.Y. Lances (AS-36)
• USS Macon (CA-132)
• USS Major (DE-796)
• USS Marias (AO-57)
• USS Markab (AD-21)
• USS Marlboro (APB-38)
• USS Mars (AFS-1)
• USS Meade (DD-602)
• USS Midway (CV-41)
• USS Missouri (BB-63)
• USS Mitscher (DL-2)
• USS Monongahela (AO-42)
• USS Monrovia (APA-31)
• USS Mount McKinley (AGC-7)
• USS Murphy (DD-603)
• USS Nantahala (AO-60)
• USS Narval (SS-167)
• USS Narval (SSN-671)
• USS Nautilus (SSN-571)
• USS Neches (AO-47)
• USS Nevada (BB-36)
• USS New Jersey (BB-62)
• Nouvelles de l'USS Newport (CA-148)
• USS Nitro (AE-2)
• USS Noa (DD-841)
• USS North Carolina (BB-55)
• USS Northampton (CLC-1)
• USS O&8217Hare (DD-889)
• USS Oak Hill (LSD-7)
• USS Ohio (SSGN-726)
• USS Okinawa (LPH-3)
• USS Oklahoma City (CL-91)
• USS Oregon City (CA-122)
• USS Orion (AS-18)
• USS Oriskany (CV-34)
• USS Osberg (DE-538)
• USS Patoka (AO-9)
• USS Philip (DD-498)
• USS Picuda (SS-382)
• USS Pinkney (APH-2)
• USS Piper (SS-409)
• USS Pocono (AGC-16)
• USS Prairie (AD-15)
• USS Prevail (AM-107)
• USS Princeton (CV-37)
• USS Providence (CL-82)
• USS Raleigh (LPD-1)
• USS Randolph (CV-15)
• USS Renshaw (DD-499)
• USS Renville (APA-227)
• USS Richard B. Russell (SSN-687)
• USS Richard E. Byrd (DDG-23)
• USS Richard S. Edwards (DD-950)
• USS Ringgold (DD-500)
• USS Robert A. Owens (DD-827)
• USS Robert D. Conrad (T-AGOR-3)
• USS Robert H. McCard (DD-822)
• USS Rodman (DD-456)
• USS Salem (CA-139)
• USS San Pablo (AVP-30)
• USS Saratoga (CV-3)
• USS Saratoga (CV-60)
• USS Sarsfield (DD-837)
• USS Saufley (DD-465)
• USS Schroeder (DD-501)
• USS Sea Robin (SS-407)
• Le sergent de l'USNS. Archer T. Gammon (T-AK-243)
• USS Shenandoah (AD-26)
• USS Shreveport (LPD-12)
• USS Sierra (AD-18)
• USS Sigsbee (DD-502)
• USS Sims (DE-154)
• USS Skagit (AKA-105)
• USS Soley (DD-707)
• USS Somers (DD-947)
• USS South Dakota (BB-57)
• USS Southerland (DD-743)
• USS Springfield (CL-66)
• USS Tempêtes (DD-780)
• USS Stribling (DD-867)
• USS Surfbird (AM-383)
• USS Sylvania (AFS-2)
• USS Tennessee (BB-43)
• USS Thetis Bay (CVE-90)
• USS Thomas J. Gary (DE-326)
• USS Ticonderoga (CV-14)
• USS Topeka (CL-67)
• Déclencheur USS (SS-564)
• USS Trout (SS-566)
• USS Turner (DD-834)
• USS Turner Joy (DD-951)
• USS Tusk (SS-426)
• USNS Upshur (T-AP-198)
• USS Valley Forge (CV-45)
• USS Vancouver (LPD-2)
• USS Waccamaw (AO-109)
• USS Waldron (DD-699)
• USS Walton (DE-361)
• USS Warrington (DD-843)
• USS Wasatch (AGC-9)
• USS Wasp (CV-18)
• USS Wilkinson (DL-5)
• USS William R. Rush (DD-714)
• USS Willis A. Lee (DD-929)
• USS Windsor (APA-55) SS Excelsior
• USS Woolsey (DD-437)
• USS Worcester (CL-144)
• USS Yellowstone (AD-27)
• USS Yorktown (CV-10)
• USS Zeal (AM-131)

Si vous ou un être cher avez servi à bord d'un navire de la Marine et avez développé une maladie liée à l'amiante, notamment un mésothéliome ou un cancer du poumon, veuillez appeler notre bureau dès aujourd'hui pour une consultation gratuite.


Levy Konigsberg ouvre la voie aux victimes de mésothéliome grand public

À partir de 2008, Levy Konigsberg a commencé à poursuivre en justice certaines des premières affaires de lésions corporelles liées à l'amiante dans le pays contre des membres de l'industrie cosmétique, remportant des victoires devant les tribunaux de première instance et d'appel sur des questions majeures entourant la science de l'amiante dans le talc.

Depuis lors, LK a obtenu des millions de dollars en verdicts de jury et en récompenses au nom de consommateurs exposés à l'amiante dans le talc, y compris les premiers et uniques verdicts de New York et du New Jersey contre un important fournisseur de talc de l'industrie cosmétique.


Par l'historique des navires

L'historien et auteur du NHHC, Bob Cressman, a récemment mis à jour l'entrée du Dictionary of American Naval Fighting Ships (DANFS) pour l'USS Pueblo (PF-13).

Le deuxième Pueblo a été nommé pour la ville du Colorado.

(PF-13 : déplacement 2415 longueur 303󈧏” faisceau 37𔄀″ tirant d'eau 13𔄂″ vitesse 20 nœuds complément 190 armement 3 3 pouces, 4 40 millimètres, 9 20 millimètres, 2 chenilles de grenades sous-marines, un projecteur de grenade sous-marine (Hedgehog) classe Tacoma type S2-S2-AQ1)

Le deuxième Pueblo (PF-13) a été posé le 14 novembre 1943 en vertu d'un contrat de la Commission maritime (MC Hull No. 1431) à Richmond, Californie, par Kaiser Cargo Inc., Yard No.4 lancé le 20 janvier 1944 et sponsorisé par le matelot de 2e classe Carol June Barnhart, USN (W), “la première fille de Pueblo [Colorado] à s'enrôler dans les WAVES.” Pueblo a connu des difficultés de moteur au cours de ses deux premiers essais qui ont incité le sous-comité d'inspection de la Marine et une enquête pour recommander (les 20 et 27 avril 1944) la non-acceptation jusqu'à ce que la cause soit déterminée et corrigée. a été commandé à son chantier le 27 mai 1944, Comdr. Donald T. Adams, USCG, aux commandes.

Déménagé au chantier naval de Mare Island, à Vallejo, en Californie, le 29 mai 1944, le Pueblo a subi l'équipement et l'achèvement des articles de classe jusqu'au 31 août. Après avoir effectué des courses d'essai ce jour-là et les 1er et 2 septembre, elle a compensé ses boussoles dans les eaux méridionales de la baie de San Francisco le 3 septembre, en mouillant à Treasure Island, en Californie, à la fin de cette évolution. Après avoir calibré son radiogoniomètre (RDF) le 5 septembre, elle a amarré à Alameda, puis a navigué pour San Diego, Californie, le 7. Atteignant sa destination le matin du 9 septembre, Pueblo a commencé l'entraînement au shakedown le 9 septembre et a effectué ce travail sous la direction du San Diego Shakedown Group, Fleet Operational Training Command, Pacific, jusqu'à ce qu'il l'achève à 9h00 le 8 octobre. En route immédiatement pour San Francisco pour une disponibilité post-shakedown de dix jours, elle est entrée dans le port de San Francisco le lendemain soir, amarrant à la jetée nord à Treasure Island. Passant au chantier naval d'ingénierie générale, Alameda, l'après-midi suivant, le Pueblo a subi une disponibilité post-shakedown jusqu'au 24 octobre, date à laquelle il a été transféré à la jetée de la station d'entraînement de la garde côtière américaine, à Alameda. Elle a pris des munitions au dépôt de munitions navales, l'île de Mare, le 25, s'amarrant à l'île de trésor peu de temps après.

Relevant du commandant, Western Sea Frontier, le 26 octobre 1944, pour le service, Pueblo – équipé d'instruments météorologiques hautement sensibles pour lui permettre de fonctionner comme un navire de suivi météorologique – a reçu l'ordre plus tard le même jour de se présenter au secteur frontalier de la Californie du Nord. Sortant du port de San Francisco le 28 octobre, elle met le cap sur la station de garde d'avion n°2 et relève le patrouilleur Argus (PY-14) le 31 octobre, le lendemain du jour où ce dernier a localisé et secouru les 61 survivants de le cargo John A. Johnson, qui avait été torpillé par le sous-marin japonais I-12 la veille. Le Liberty Ship avait été abandonné lorsqu'il s'est cassé en deux. Lors d'une attaque brutale qui a entraîné la mort de 4 des 41 marins marchands, de l'officier de sécurité de l'armée et de 4 des 28 hommes du détachement de la garde armée de l'US Navy affectés au navire, l'I-12 avait alors fait surface et bombardé l'épave, mettant les deux moitiés s'embrasent. Le sous-marin avait alors abattu les canots de sauvetage et les radeaux, les marins japonais tirant sur eux avec des mitrailleuses et des pistolets. Alors qu'Argus se dirigeait vers le port avec les survivants du cargo, Pueblo partit à la vapeur pour enquêter sur une nappe de pétrole et des débris signalés lors de la première surveillance des chiens le lendemain (1er novembre). Elle n'a rien trouvé à son arrivée dans la région.

Pendant plus de quinze jours, Pueblo a manœuvré selon les besoins sur divers parcours et vitesses pour rester sur la station de garde d'avion n ° 2 et a ponctué cette période d'exercices de premiers secours, de garde d'avion, de contrôle des avaries, d'ASW et d'artillerie, ainsi que exerçant les équipages des canons prêts et les équipages des canons de la batterie principale en opération sur la monture Hedgehog du navire. Le 19 novembre 1944, cependant, le rapport d'un sous-marin traînant un navire ami à 30 ° 28,0 ° 8217N, 140 ° 10,5 ° 8217W a incité le commandant de la Western Sea Frontier à ordonner au Pueblo, ainsi qu'à trois destroyers à destination de la Californie, Harrison (DD-573), Murray (DD-576) et John Rodgers (DD-574), dans la zone à enquêter. Au cours du premier quart le 19 novembre, la frégate a commencé une recherche sous-marine au début de cette période, puis a rejoint Murray une demi-heure après le début du quart. Alors que Harrison et John Rodgers accélèrent pour rattraper le navire qui a signalé avoir été suivi, Pueblo effectue une recherche sonore en compagnie de Murray pendant la mi-garde le 20, puis rejoint les deux autres destroyers le lendemain matin. Les quatre navires ont formé une ligne de reconnaissance et ont balayé les environs où le sous-marin avait été signalé aperçu pendant la veille du matin et dans l'après-midi, mais sans résultat. Une deuxième observation de sous-marin (31°12,0’N, 139°39’W), cependant, a incité le quatuor à quitter la scène du premier à 1407. Atteignant la scène de la deuxième observation à 1830, les navires ont balayé cette zone avec des résultats négatifs, Pueblo maintenant le flanc droit de la ligne de reconnaissance.

Pueblo est parti à toute allure pour continuer son service assigné une demi-heure avant la fin de la veille du matin le 21 novembre 1944, mais Murray a développé un contact sonore à 30 ° 10,5 ° 8217N, 140 ° 20,8 ° 8217W a incité le rappel de frégate. Harrison a également reçu des ordres pour aider. Murray a laissé tomber une série de grenades sous-marines, mais n'a pas réussi à reprendre le contact. Pendant ce temps, le patrouilleur côtier Amethyst (PYc-3) avait détecté un contact sonore, incitant Harrison à rejoindre son petit consort pour enquêter. Tandis qu'Amethyst restait sur les lieux de son contact, Pueblo rejoignit les destroyers. Alors que Harrison et Murray ont chacun pris un secteur, Pueblo en a pris un troisième, avec John Rodgers, son équipement sonore étant sorti la veille, se formant à l'arrière. Après avoir enquêté sur un éventuel contact sous-marin pendant les quarts du matin et de l'après-midi le 21 novembre, la frégate, en réponse aux ordres du commandant TG 15.3, a escorté le ravitailleur de munitions Alamosa (AK-156) à destination d'Eniwetok pendant les premier et deuxième quarts de chiens et la première montre.

Pueblo a rendez-vous avec Amethyst à 9 h 31 le 22 novembre à 29°52&8217N, 139°53&8217W, puis a immédiatement commencé à suivre des trajectoires en zigzag, maintenant ces trajectoires pour le reste de la journée et jusqu'à la veille du matin du 23 novembre. À 13 h 49 ce jour-là, Pueblo a établi un bon contact à 140 degrés et a donc changé de cap pour se conformer à celui du contact. Comd. Adams a appelé son équipage aux postes de combat, a réglé la condition 1 et la condition matérielle « . modèle de 24 Mk. 10 projectiles à 1404, et un deuxième barrage de 24 charges huit minutes plus tard. En effectuant une recherche dans les eaux où elle avait mené ses attaques, Pueblo a observé une baleine sur la proue bâbord, à 3 000 mètres. La frégate a continué la recherche sonore dans la veille du matin le lendemain. Plus tard le 25, Pueblo a rendez-vous avec le patrouilleur côtier Andradite (PYc-11) et a embarqué Ens. Lester G. Riggs, A-V(S), pour le transport à l'hôpital naval américain, Treasure Island. Le Pueblo est passé sous le Golden Gate Bridge à 7 h 33 le 27 novembre, à travers le filet anti-sous-marin à 7 h 42, et a amarré le long de la jetée nord, Treasure Island, à 8 h 18, transférant son passager à terre dans l'heure. Le navire s'est déplacé vers la jetée 54, à San Francisco, pendant la garde de l'après-midi, puis est revenu à la jetée nord au début de la deuxième surveillance des chiens.

Après une période de réparations lors d'une disponibilité dans le port à Treasure Island, le Pueblo a pris la route et a calibré son radiogoniomètre dans la partie sud de la baie de San Francisco le 14 décembre 1944, retournant à son poste d'amarrage plus tard le même jour. Elle a mené des exercices d'inspection de combat dans ces mêmes eaux quatre jours plus tard. Le 21 décembre, Pueblo a mis le cap pour retourner à la station de garde d'avion n°2 (30°N, 140°W), relevant le navire jumeau Grand Forks (PF-11) la veille de Noël [24 décembre].

Pueblo est resté en poste jusqu'à la mi-janvier 1945, traçant et enregistrant le passage au-dessus de 422 vols en direction ouest et 246 en direction est. Relevée par Grand Forks lors de la première surveillance canine le 17 janvier, la frégate s'embarque pour San Francisco. À 9 h 19 le lendemain matin, le Pueblo a reçu l'ordre du commandant de la Western Sea Frontier de se diriger vers 31°06&8217N, 133°54&8217W pour secourir les survivants d'un avion abattu. Changeant de cap à 9 h 42, Pueblo a augmenté sa vitesse et s'est dirigé vers le point indiqué. D'autres unités, cependant, sont arrivées sur les lieux en premier et ont effectué le sauvetage. Par conséquent, à 17 h 45, la frégate a reçu l'ordre de se rendre à San Francisco.

Atteignant l'Île au Trésor à 14 h 49 le 20 janvier 1945, le Pueblo a fait route à 6 h 08 le 22 janvier pour se rendre à l'Île de Mare, où il a déchargé des munitions, achevant la tâche en un peu moins de cinq heures. Passant à Treasure Island peu de temps après, elle a subi des réparations dans la première semaine de février. De là, à Moore Drydock Co., Oakland, Californie, pour être mis en cale sèche (7-10 février), Pueblo a fait le plein à San Francisco (10-11 février), a chargé des munitions à Mare Island (12 février), puis est retourné à Treasure Island .

En route à 10 heures le 15 février 1945, Pueblo a relevé Amethyst sur la station de garde d'avion n°1 (34°N, 131°30&8217W) le lendemain soir (2131). Entre ce point et le matin du 24 février, elle a tracé et enregistré le passage au-dessus de 257 vols vers l'ouest et 53 vers l'est. Relieved by patrol vessel Andradite on 24 February, Pueblo returned to Plane Guard Station No.2 and relieved sister ship Casper (PF-12) the next afternoon. The frigate, her SA radar only inoperative for only 17 minutes on 8 March, patrolled her assigned area until 10 March, plotting 34 east-bound flights and 345 headed west. Her place taken by Grand Forks at 0600 on 10 March, Pueblo returned to San Francisco three days later. Following an availability period alongside South Pier, Treasure Island (10-28 March), the ship sailed at 0730 on 28 March to establish Plane Guard Station No.3 at 28°40’N, 142°50’W. Arriving at that position on 31 March, she patrolled that portion of the Pacific until 21 April, logging 240 east-bound flights and 650 west-bound. Relieved by Grand Forks at 1430 on 21 April, Pueblo returned to San Francisco three days later, then shifted to Treasure Island on the 25th to begin an availability that continued through the first week of May 1945.

Following an in-port availability alongside South Pier, Treasure Island (25 April-11 May 1945), Pueblo calibrated her RDF equipment in the southern reaches of San Francisco Bay (11 May) before returning to her berth at South Pier. Soon thereafter, Pueblo operated on 13 and 14 May with the submarine Greenling (SS-213) “conducting scientific experiments,” returning to South Pier upon conclusion of those evolutions the first day. Relieved of escorting Greenling by the submarine chaser PC-791, the frigate returned to South Pier on 15 May.

Underway the following morning [16 May 1945], Pueblo relieved sister ship Brownsville (PF-10) on Station “Able”that afternoon. In turn relieved by PC-1238 on the morning of the 24th [1014], Pueblo returned to the familiar confines of South Pier. She shifted to North Pier on the 25th, remaining there until the 27th, when she embarked Rear Adm. William O. Spears, the Director of the Pan-American Division of the Office of the Chief of Naval Operations, whose “achievements…in his complex and exacting duties”of coordinating the U.S. Navy’s work with those of Latin American Republics “had a material effect on the prosecution of the war.” In addition to the admiral, the frigate embarked a multinational assemblage of naval and military officers from the U.S., Chinese, Soviet, Brazilian, Chilean and Uruguayan navies, the Hellenic [Greek] Air Force, and from the Chilean and Uruguayan cavalry. In addition, she hosted “several civilian aides and delegates to the United Nations Conference of International Organizations,”included among the latter Senator Thomas T. “Tom” Connally (Democrat – Texas), and former Senator William H. King (Democrat – Utah). Pueblo transported the party of dignitaries to Mare Island Navy Yard, then back to Treasure Island, disembarking them at North Pier at 1730. She shifted back to South Pier (1749-1755), whence she sailed on the morning of 29 May to return to Plane Guard Station No.3.

Pueblo remained at sea on station until 20 June 1945, plotting 171 east-bound flights and 629 west-bound, before turning over patrol duties to Grand Forks. Mooring alongside Brownsville upon her arrival at Treasure Island on the afternoon (1703) of 23 June, the newly arrived frigate began an availability period. Following that period of repairs and the calibration of her equipment on 6 July, Pueblo put to sea and steamed to Plane Guard Station No.2, relieving Grand Island (PF-14) on 8 July. Over the next fortnight, the ship plotted 325 flights heading east and 523 heading west before she turned over her duties to Andradite on 22 July. Shifting to Plane Guard Station No.3 upon Andradite’s arrival, Pueblo relieved sister ship Casper (PF-12) of that duty during the mid watch on 23 July. After plotting 230 east-bound flights and 318 west-bound during her stint on station, Pueblo turned over patrol duties to Brownsville on the afternoon of 30 July, setting course at that point to return to San Francisco.

Reaching Treasure Island on the afternoon of 2 August 1945, Pueblo lay moored to the port side of the South Pier there as hostilities ceased in the Pacific with Japan’s acceptance of the terms of the Potsdam Declaration. With the war over, however, the ship’s routine remained largely unchanged, as she returned to Plane Guard Station No. 3, relieving Brownsville during the afternoon watch on 22 August. Relieved by Grand Forks on the afternoon of 12 September, Pueblo returned to Treasure Island on the 15th. Underway again on the morning of 3 October, she stood down San Francisco Bay, passing beneath the Golden Gate Bridge at 1107. She rendezvoused with Brownsville, exchanging motion picture film programs with that ship before relieving her on Plane Guard Station No.2. Relieved by that ship on the afternoon of 27 October, Pueblo returned to Treasure Island two days later.

Underway again on 27 November 1945, Pueblo relieved Grand Forks on Plane Guard Station No.3 on 30 November. While at sea, the Chief of Naval Operations assigned Pueblo to Escort Division 41 on 15 December 1945 (effective 1 January 1946, pending her disposal). Relieved by Grand Island on the afternoon of 22 December, three days before Christmas of 1945, the frigate embarked CMM Frank J. Foos, USCG, in serious condition, for urgent hospitalization. Passing beneath the Golden Gate Bridge during the first watch on Christmas Eve, Pueblo moored at 2245, transferring CMM Foos ashore five minutes later.

Underway on 9 January 1946, Pueblo stood down San Francisco Bay, and proceeded out to sea, then maneuvered to rendezvous with Casper mid-way through the afternoon watch on 11 January to transfer men, mail, and medical supplies. Pueblo relieved Grand Forks on Plane Guard Station No.3 the following afternoon. Annapolis (PF-15) in turn relieved Pueblo on 26 January, which then in turn relieved Casper on the early evening of 27 January. Grand Forks relieved Pueblo on 4 February after a movie exchange, then returned to Treasure Island on 6 February. She remained there for the rest of the month. During that time, on 26 February 1946, Commander, Western Sea Frontier, nominated the ship for disposal.

On 13 March 1946, Pueblo departed Treasure Island for Balboa, Canal Zone (C.Z.), arriving on 23 March during the forenoon watch. She entered the isthmian waterway at 1019, and ultimately entered Limon Bay, Colon, C.Z., at 1721, then moored at the U.S. Naval Station, Coco Solo, reporting for duty to Commander in Chief, U.S. Atlantic Fleet, upon arrival. Underway on the morning of 26 March, Pueblo sailed from Coco Solo, and ultimately reached Charleston, S.C., mooring alongside the tank landing ship LST-41 at the Clyde Mallory Line’s Pier 3 on 31 March, reporting to Commandant, 6th Naval District, for disposal.

Pueblo shifted to the Naval Ammunition Depot, Charleston, on 8 April 1946, then stood down the Cooper River the following day to the Charleston Navy Yard. Moving to the Fuel Pier on 15 April, thence to Pier J-4 on 18 April, Pueblo was taken by the big harbor tugs YTB-544 and YTB-527, and the civilian tugs Hinton and Josephine, and moored in a nest in the Wando River, where, on 25 April she half-masted her colors to mark the passing of Chief Justice Harlan Fiske Stone of the Supreme Court, who had died of a cerebral hemorrhage on the 22nd.


Morocco (officially known as the Kingdom of Morocco, is a unitary sovereign state located in the Maghreb region of North Africa. It is one of the native homelands of the indigenous Berber people. Geographically, Morocco is characterised by a rugged mountainous interior, large tracts of desert and a lengthy coastline along the Atlantic Ocean and Mediterranean Sea. Morocco has a population of over 33.8 million and an area of. Its capital is Rabat, and the largest city is Casablanca. Other major cities include Marrakesh, Tangier, Salé, Fes, Meknes and Oujda. A historically prominent regional power, Morocco has a history of independence not shared by its neighbours. Since the foundation of the first Moroccan state by Idris I in 788 AD, the country has been ruled by a series of independent dynasties, reaching its zenith under the Almoravid dynasty and Almohad dynasty, spanning parts of Iberia and northwestern Africa. The Marinid and Saadi dynasties continued the struggle against foreign domination, and Morocco remained the only North African country to avoid Ottoman occupation. The Alaouite dynasty, the current ruling dynasty, seized power in 1631. In 1912, Morocco was divided into French and Spanish protectorates, with an international zone in Tangier, and regained its independence in 1956. Moroccan culture is a blend of Berber, Arab, West African and European influences. Morocco claims the non-self-governing territory of Western Sahara, formerly Spanish Sahara, as its Southern Provinces. After Spain agreed to decolonise the territory to Morocco and Mauritania in 1975, a guerrilla war arose with local forces. Mauritania relinquished its claim in 1979, and the war lasted until a cease-fire in 1991. Morocco currently occupies two thirds of the territory, and peace processes have thus far failed to break the political deadlock. Morocco is a constitutional monarchy with an elected parliament. The King of Morocco holds vast executive and legislative powers, especially over the military, foreign policy and religious affairs. Executive power is exercised by the government, while legislative power is vested in both the government and the two chambers of parliament, the Assembly of Representatives and the Assembly of Councillors. The king can issue decrees called dahirs, which have the force of law. He can also dissolve the parliament after consulting the Prime Minister and the president of the constitutional court. Morocco's predominant religion is Islam, and the official languages are Arabic and Berber, with Berber being the native language of Morocco before the Arab conquest in the 600s AD. The Moroccan dialect of Arabic, referred to as Darija, and French are also widely spoken. Morocco is a member of the Arab League, the Union for the Mediterranean and the African Union. It has the fifth largest economy of Africa.

New Caledonia (Nouvelle-Calédonie)Previously known officially as the "Territory of New Caledonia and Dependencies" (Territoire de la Nouvelle-Calédonie et dépendances), then simply as the "Territory of New Caledonia" (French: Territoire de la Nouvelle-Calédonie), the official French name is now only Nouvelle-Calédonie (Organic Law of 19 March 1999, article 222 IV &mdash see). The French courts often continue to use the appellation Territoire de la Nouvelle-Calédonie.


Better yet, come see us in person!

Once in Grove, from the intersection of Main Street (OK-10, US-59) and 13th Street/Har-Ber Road, head west 2.7miles to south 595 Road (white fence on SW corner).

Turn left (south) on South 595 Road. Travel .5 miles.

At the Har-Ber Village sign, turn right onto West 20th. After .2 miles, enter the main gate. Take a sharp right at Café. Follow signs to parking lot. Enter through Visitor Center or explore the nearby Nature Trail. $10 adults $7.50 seniors $5 ages 6-17 under 6 free.


Voir la vidéo: Alamosa CO