Traité réglementant l'immigration chinoise [1880] - Histoire

Traité réglementant l'immigration chinoise [1880] - Histoire


We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

ATTENDU QUE, de l'avis du gouvernement des États-Unis, l'arrivée de travailleurs chinois dans ce pays met en danger le bon ordre de certaines localités sur son territoire : Par conséquent,

Qu'il soit statué, Qu'à partir de et après l'expiration de quatre-vingt-dix jours suivant l'adoption de cet acte, et jusqu'à l'expiration de dix ans suivant l'adoption de cet acte, la venue de travailleurs chinois aux États-Unis soit, . suspendu, et pendant cette suspension, il ne sera pas permis à un travailleur chinois de venir, ou, étant venu après l'expiration de ces quatre-vingt-dix jours, de rester aux États-Unis.

SECONDE. 2.' Que le capitaine d'un navire qui fait sciemment entrer aux États-Unis sur ce navire, et débarquer ou autoriser à débarquer, tout ouvrier chinois, de tout port ou lieu étranger, sera réputé coupable d'un délit, et sur condamnation de celui-ci doit sera puni d'une amende de cinq cents dollars au plus pour chaque travailleur chinois ainsi amené, et pourra également être emprisonné pour une peine n'excédant pas un an.

SECONDE. 3. Que les deux sections précédentes ne s'appliqueront pas aux travailleurs chinois qui étaient aux États-Unis le dix-septième jour
de novembre mil huit cent quatre-vingt, ou qui seront entrés dans le même avant l'expiration de quatre-vingt-dix jours après le passage de cet acte, . .

SECONDE. 6. Que pour la fidèle exécution des articles un et deux du traité dans cet acte ci-dessus mentionné, tout Chinois autre qu'un ouvrier qui peut être habilité par ledit traité et cet acte à entrer aux États-Unis, et qui sera-t-il sur le point de venir aux États-Unis, sera identifié comme ayant ce droit par le gouvernement chinois dans chaque cas, cette identité devant être attestée par un certificat délivré sous l'autorité dudit gouvernement, lequel certificat sera en langue anglaise ou ( si ce n'est pas en anglais) accompagné d'une traduction en anglais, indiquant ce droit de venir, et quel certificat doit indiquer le nom, le titre ou le grade officiel, le cas échéant, l'âge, la taille et toutes les particularités physiques occupation ancienne et actuelle ou la profession et le lieu de résidence en Chine de la personne à qui le certificat est délivré et que cette personne a droit conformément au traité dans cet acte mentionné pour entrer aux États-Unis....

SECONDE. 12. Qu'aucun Chinois ne sera autorisé à entrer aux États-Unis par voie terrestre sans produire à l'officier des douanes compétent le certificat requis par la présente loi pour les Chinois cherchant à débarquer à partir d'un navire1. Et toute personne chinoise trouvée illégalement aux États-Unis en sera renvoyée dans le pays d'où elle est venue, sur ordre du résident des États-Unis, et d'abord des États-Unis, après avoir été traduite devant quelque justice, juge ou commissaire d'un tribunal des États-Unis et n'a pas le droit d'être ou de rester aux États-Unis.

SEC 13 Que cet acte ne s'appliquera pas aux diplomates et autres agents du gouvernement chinois voyageant pour les affaires du gouvernement de chapeau, dont les pouvoirs seront considérés comme équivalents au certificat dans cet acte mentionné, et les exempte ainsi que leur corps et leurs domestiques des dispositions de cette loi à l'égard des autres Chinois.

SECONDE. 14. Que dorénavant aucun tribunal d'État ou tribunal des États-Unis n'admettra les Chinois à la citoyenneté ; et toutes les lois en conflit avec cet acte sont abrogées.

SECONDE. 15. Que les mots « travailleurs chinois », lorsqu'ils sont utilisés dans la présente loi, doivent être interprétés comme désignant à la fois les travailleurs qualifiés et non qualifiés et les Chinois employés dans les mines.


La loi d'exclusion chinoise

Considérant que le Gouvernement des États-Unis, en raison de l'immigration sans cesse croissante de travailleurs chinois sur le territoire des États-Unis, et des embarras résultant d'une telle immigration, désire maintenant négocier une modification des traités existants qui ne sera pas en violation directe de leur esprit : . . .

DE L'ART. I. Chaque fois que, de l'avis du gouvernement des États-Unis, la venue de travailleurs chinois aux États-Unis, ou leur résidence aux États-Unis, affecte ou menace d'affecter les intérêts de ce pays, ou de mettre en danger le bon ordre dudit pays ou de toute localité située sur son territoire, le Gouvernement de la Chine accepte que le Gouvernement des États-Unis puisse réglementer, limiter ou suspendre cette entrée ou cette résidence, mais ne peut pas l'interdire absolument. La limitation ou la suspension doit être raisonnable et s'appliquer uniquement aux Chinois qui peuvent se rendre aux États-Unis en tant que travailleurs, les autres classes n'étant pas incluses dans les limitations. La législation prise à l'égard des travailleurs chinois n'aura le caractère que nécessaire pour faire respecter la réglementation, la limitation ou la suspension de l'immigration, et les immigrants ne seront pas soumis à des mauvais traitements ou abus personnels.

DE L'ART. II. Les sujets chinois, qu'ils se rendent aux États-Unis en tant qu'enseignants, étudiants, marchands ou par curiosité, ainsi que leurs domestiques et domestiques, et les ouvriers chinois qui sont maintenant aux États-Unis, seront autorisés à aller et venir de leur propre chef gratuitement. volonté et accord, et se verra accorder tous les droits, privilèges, immunités et exemptions qui sont accordés aux citoyens et sujets de la nation la plus favorisée.

DE L'ART. III. Si des travailleurs chinois ou des Chinois de toute autre classe, résidant actuellement de façon permanente ou temporaire sur le territoire des États-Unis, subissent des mauvais traitements de la part de toute autre personne, le Gouvernement des États-Unis exercera tout son pouvoir pour concevoir mesures pour leur protection et pour leur garantir les mêmes droits, privilèges, immunités et exemptions que ceux dont peuvent jouir les citoyens ou sujets de la nation la plus favorisée, et auxquels ils ont droit par traité

(Statuts at Large des États-Unis, Vol. XXII, p. 58 et suiv.)

Acte pour exécuter certaines stipulations du traité relatives au chinois.

ATTENDU QUE, de l'avis du Gouvernement des États-Unis, la venue de travailleurs chinois dans ce pays met en danger le bon ordre de certaines localités sur son territoire : Par conséquent,

Qu'il soit statué, Qu'à partir de et après l'expiration de quatre-vingt-dix jours suivant l'adoption de cet acte, et jusqu'à l'expiration de dix ans suivant l'adoption de cet acte, la venue des travailleurs chinois aux États-Unis soit, . . . suspendu et pendant cette suspension, il ne sera pas permis à un travailleur chinois de venir, ou, étant ainsi venu après l'expiration de ces quatre-vingt-dix jours, de rester aux États-Unis.

SECONDE. 2. Que le capitaine d'un navire qui fait sciemment entrer aux États-Unis sur ce navire, et débarquer ou autoriser à débarquer, tout ouvrier chinois, de tout port ou lieu étranger, sera jugé coupable d'un délit, et sur condamnation celui-ci sera puni d'une amende de cinq cents dollars au plus pour chacun de ces ouvriers chinois ainsi amenés, et pourra également être emprisonné pour une peine n'excédant pas un an.

SECONDE. 3. Que les deux sections précédentes ne s'appliqueront pas aux travailleurs chinois qui étaient aux États-Unis le dix-sept novembre mil huit cent quatre-vingt, ou qui y seront entrés avant l'expiration d'un délai de quatre-vingt-dix jours suivant le passage de cet acte, . . .

SECONDE. 6. Que pour la fidèle exécution des articles un et deux du traité dans cet acte ci-dessus mentionné, tout Chinois autre qu'un ouvrier qui peut être autorisé par ledit traité et cet acte à entrer aux États-Unis, et qui doit être sur le point de venir aux États-Unis, sera identifié comme ayant ce droit par le gouvernement chinois dans chaque cas, cette identité devant être attestée par un certificat délivré sous l'autorité dudit gouvernement, lequel certificat sera en langue anglaise ou (si pas en anglais) accompagné d'une traduction en anglais, indiquant ce droit de venir, et quel certificat doit indiquer le nom, le titre ou le grade officiel, le cas échéant, l'âge, la taille et toutes les particularités physiques, occupation ancienne et actuelle ou profession et lieu de résidence en Chine de la personne à qui le certificat est délivré et que cette personne a droit conformément au traité dans cet acte mentionné pour entrer dans les États-Unis. . . .

SECONDE. 12. Aucun Chinois ne sera autorisé à entrer aux États-Unis par voie terrestre sans présenter au bureau des douanes compétent le certificat requis par la présente loi pour les Chinois cherchant à débarquer à partir d'un navire. Tout Chinois trouvé illégalement à l'intérieur des États-Unis sera fait en être renvoyé dans le pays d'où il est venu, sur ordre du Président des États-Unis, et aux frais des États-Unis, après avoir été traduit devant quelque justice, juge ou commissaire d'un tribunal des États-Unis et qui n'est pas légalement autorisé à être ou à rester aux États-Unis.

SECONDE. 13. Que cet acte ne s'appliquera pas aux diplomates et autres agents du gouvernement chinois voyageant pour les affaires de ce gouvernement, dont les pouvoirs seront considérés comme équivalents au certificat dans cet acte mentionné, et les exempte ainsi que leur corps et leurs domestiques des dispositions de cette loi à l'égard des autres Chinois.

SECONDE. 14. Que dorénavant aucun tribunal d'État ou tribunal des États-Unis n'admettra les Chinois à la citoyenneté et toutes les lois en conflit avec cette loi sont abrogées.

SECONDE. 15. Que les mots « travailleurs chinois », lorsqu'ils sont utilisés dans la présente loi, doivent être interprétés comme désignant à la fois les travailleurs qualifiés et non qualifiés et les Chinois employés dans les mines.


Le traité Burlingame-Seward, 1868

La Chine et les États-Unis ont conclu le traité Burlingame-Seward en 1868 pour étendre le traité de Tianjin de 1858. Le nouveau traité a établi des principes de base visant à assouplir les restrictions en matière d'immigration et représentait un effort chinois pour limiter l'ingérence américaine dans les affaires intérieures chinoises. .

Anson Burlingame, avocat et ancien représentant républicain au Congrès du Massachusetts, est devenu ministre des États-Unis en Chine en 1861 et, sous les ordres du secrétaire d'État William Seward, a travaillé pour établir les États-Unis en tant que puissance à l'Est. Les États-Unis voulaient accéder à des opportunités commerciales rentables et favoriser la propagation du christianisme en Asie, aux côtés des principales nations européennes, qui cherchaient également à s'implanter en Chine et au Japon. Dans le cadre de l'effort général pour convaincre les Chinois d'adopter une approche plus occidentale de la diplomatie et de la gouvernance, les puissances occidentales ont également encouragé le gouvernement chinois à envoyer des missions diplomatiques à l'étranger. Finalement persuadés de le faire, les Chinois ont demandé à Burlingame d'accompagner leurs représentants dans une tournée qui comprenait des arrêts dans les grandes capitales de Washington, Londres, Paris et Berlin. Burlingame, à l'origine un représentant du gouvernement américain, a abandonné son poste pour aider les Chinois dans leurs négociations de traité avec Seward.

Pendant son séjour à Washington, Burlingame a négocié un traité avec Seward pour réviser et développer les points établis dans le traité de Tianjin de 1858. Les premiers articles du nouveau traité protégeaient le commerce mené dans les ports et les villes chinois, et établissaient le droit de la Chine à nommer des consuls dans les villes portuaires américaines. Les articles les plus novateurs comprenaient des mesures qui promettaient aux Chinois le droit d'immigrer et de voyager librement aux États-Unis, et autorisaient la protection des citoyens chinois aux États-Unis conformément au principe de la nation la plus favorisée. Un autre article donnait aux citoyens des deux nations un accès réciproque à l'éducation et à la scolarisation lorsqu'ils vivaient dans l'autre pays. Tous ces articles ont servi à renforcer le principe d'égalité entre les deux nations.


Lois sur l'immigration chinoise et l'exclusion des chinois

Dans les années 1850, des ouvriers chinois émigrent aux États-Unis, d'abord pour travailler dans les mines d'or, mais aussi pour occuper des emplois agricoles, et des travaux en usine, notamment dans l'industrie du vêtement. Les immigrants chinois ont joué un rôle particulièrement important dans la construction de chemins de fer dans l'ouest américain, et à mesure que les travailleurs chinois ont réussi aux États-Unis, un certain nombre d'entre eux sont devenus des entrepreneurs à part entière. À mesure que le nombre de travailleurs chinois augmentait, la force du sentiment anti-chinois parmi les autres travailleurs de l'économie américaine augmentait également. Cela a finalement abouti à une législation qui visait à limiter l'immigration future de travailleurs chinois aux États-Unis et menaçait de dégrader les relations diplomatiques entre les États-Unis et la Chine.

Les objections américaines à l'immigration chinoise ont pris de nombreuses formes et provenaient généralement de tensions économiques et culturelles, ainsi que de discrimination ethnique. La plupart des travailleurs chinois qui sont venus aux États-Unis l'ont fait pour envoyer de l'argent en Chine pour subvenir aux besoins de leurs familles là-bas. Dans le même temps, ils devaient aussi rembourser des prêts aux marchands chinois qui payaient leur passage vers l'Amérique. Ces pressions financières ne leur laissaient guère d'autre choix que de travailler pour le salaire qu'ils pouvaient. Les travailleurs non chinois avaient souvent besoin de salaires beaucoup plus élevés pour subvenir aux besoins de leurs femmes et de leurs enfants aux États-Unis, et avaient également généralement une position politique plus forte pour négocier des salaires plus élevés. Par conséquent, de nombreux travailleurs non chinois aux États-Unis en sont venus à en vouloir aux travailleurs chinois, qui pourraient les évincer de leur emploi. De plus, comme dans la plupart des communautés d'immigrants, de nombreux Chinois se sont installés dans leurs propres quartiers et des histoires se sont répandues sur les quartiers chinois comme des endroits où un grand nombre d'hommes chinois se rassemblaient pour rendre visite aux prostituées, fumer de l'opium ou jouer. Certains partisans d'une législation anti-chinoise ont donc soutenu que l'admission de Chinois aux États-Unis abaissait les normes culturelles et morales de la société américaine. D'autres ont utilisé un argument plus ouvertement raciste pour limiter l'immigration en provenance d'Asie de l'Est et ont exprimé leur inquiétude quant à l'intégrité de la composition raciale américaine.

Pour faire face à ces tensions sociales croissantes, des années 1850 aux années 1870, le gouvernement de l'État de Californie a adopté une série de mesures destinées aux résidents chinois, allant de l'exigence de licences spéciales pour les entreprises ou les travailleurs chinois à la prévention de la naturalisation. Parce que la discrimination anti-chinoise et les efforts pour arrêter l'immigration chinoise ont violé le traité Burlingame-Seward de 1868 avec la Chine, le gouvernement fédéral a pu annuler une grande partie de cette législation.

En 1879, les partisans de la restriction de l'immigration ont réussi à présenter et à adopter une législation au Congrès pour limiter le nombre de Chinois arrivant à quinze par navire ou navire. Le président républicain Rutherford B. Hayes a opposé son veto au projet de loi parce qu'il violait les accords conclus entre les États-Unis et la Chine. Néanmoins, il s'agissait toujours d'une victoire importante pour les partisans de l'exclusion. Les démocrates, dirigés par des partisans occidentaux, ont plaidé pour l'exclusion totale des immigrants chinois. Bien que les républicains aient été en grande partie favorables aux préoccupations occidentales, ils étaient attachés à une plate-forme d'immigration libre. Afin d'apaiser les États occidentaux sans offenser la Chine, le président Hayes a demandé une révision du traité Burlingame-Seward dans lequel la Chine a accepté de limiter l'immigration aux États-Unis.

En 1880, l'administration Hayes nomma le diplomate américain James B. Angell pour négocier un nouveau traité avec la Chine. Le traité Angell qui en a résulté a permis aux États-Unis de restreindre, mais pas complètement, l'immigration chinoise. En 1882, le Congrès a adopté la Chinese Exclusion Act, qui, selon les termes du traité Angell, a suspendu l'immigration de travailleurs chinois (qualifiés ou non qualifiés) pour une période de 10 ans. La loi exigeait également que chaque Chinois voyageant à l'intérieur ou à l'extérieur du pays soit muni d'un certificat identifiant son statut d'ouvrier, d'érudit, de diplomate ou de commerçant. La loi de 1882 a été la première dans l'histoire des États-Unis à imposer de larges restrictions à l'immigration.

Pour les présidents et les membres du Congrès américains abordant la question de l'exclusion chinoise, le défi était d'équilibrer les attitudes et la politique intérieures, qui dictaient une politique anti-chinoise, tout en maintenant de bonnes relations diplomatiques avec la Chine, où l'exclusion serait considérée comme un affront et une violation de promesses du traité. Les facteurs nationaux l'ont finalement emporté sur les préoccupations internationales. En 1888, le Congrès a poussé l'exclusion encore plus loin et a adopté la loi Scott, qui a rendu impossible le retour aux États-Unis après une visite en Chine, même pour les résidents légaux de longue durée. Le gouvernement chinois a considéré cet acte comme une insulte directe, mais n'a pas pu empêcher son passage. En 1892, le Congrès a voté le renouvellement de l'exclusion pour dix ans dans le Geary Act, et en 1902, l'interdiction a été étendue pour couvrir Hawaï et les Philippines, malgré les fortes objections du gouvernement et du peuple chinois. Le Congrès a ensuite prolongé indéfiniment la loi sur l'exclusion.

En Chine, les commerçants ont répondu à l'humiliation des actes d'exclusion en organisant un boycott anti-américain en 1905. Bien que le mouvement n'ait pas été sanctionné par le gouvernement chinois, il a reçu un soutien officieux dans les premiers mois. Le président Theodore Roosevelt a reconnu le boycott comme une réponse directe au traitement injuste des immigrants chinois par les Américains, mais avec le prestige américain en jeu, il a appelé le gouvernement chinois à le supprimer. Après cinq mois difficiles, les commerçants chinois perdent l'élan du mouvement et le boycott se termine tranquillement.

Les lois d'exclusion chinoises n'ont été abrogées qu'en 1943, et seulement dans l'intérêt d'aider le moral d'un allié en temps de guerre pendant la Seconde Guerre mondiale. Avec des relations déjà compliquées par les guerres de l'opium et les traités de Wangxia et de Tianjian>, les restrictions de plus en plus sévères à l'immigration chinoise, combinées à la discrimination croissante contre les Chinois vivant aux États-Unis dans les années 1870 et au début des années 1900, ont mis à rude épreuve les relations diplomatiques. entre les États-Unis et la Chine.


Lois sur l'exclusion des chinois : un bref historique de la législation américaine visant les immigrants chinois

Les immigrants chinois sont arrivés en grand nombre aux États-Unis après la découverte d'or en Californie en 1849. Venant d'abord travailler comme mineurs, beaucoup ont accepté des emplois agricoles et manufacturiers lorsque la ruée vers l'or s'est arrêtée.

Une autre vague d'immigration chinoise a eu lieu dans les années 1860, lorsque la construction du chemin de fer transcontinental a exigé un grand nombre de travailleurs fiables. Parce que les travailleurs chinois étaient prêts à travailler pour des salaires inférieurs, ils étaient souvent préférés aux autres travailleurs par la Central Pacific Railroad Company, en particulier lors de la construction de la section ouest du Transcontinental Railroad.

Avec l'augmentation du nombre d'immigrants chinois, la Chine et les États-Unis ont signé un traité le 28 juillet 1868 pour compléter le traité de 1858 de Tianjing. Le nouveau traité, populairement connu sous le nom de traité Burlingame-Seward, a établi plusieurs principes visant à assouplir les restrictions en matière d'immigration et à limiter l'ingérence américaine dans les affaires intérieures de la Chine. Le traité stipulait :

Les États-Unis d'Amérique et l'Empereur de Chine reconnaissent cordialement le droit inhérent et inaliénable de l'homme de changer de foyer et d'allégeance, ainsi que l'avantage mutuel de la libre migration et de l'émigration de leurs citoyens et sujets respectivement d'un pays à l'autre. , à des fins de curiosité, de commerce, ou en tant que résidents permanents….

Les sujets chinois visitant ou résidant aux États-Unis jouiront des mêmes privilèges, immunités et exemptions en matière de voyage ou de résidence que les citoyens ou sujets de la nation la plus favorisée….

Les sujets chinois jouiront de tous les privilèges des établissements publics d'enseignement sous le contrôle du gouvernement des États-Unis, dont jouissent dans les pays respectifs les citoyens ou sujets de la nation la plus favorisée. 1

Bien que le traité Burlingame-Seward ait présenté la promesse d'un avenir rose pour les immigrants chinois, la réalité a prouvé le contraire. Vivre et travailler aux États-Unis a posé un défi de taille pour la plupart des immigrants chinois, qui ont dû faire face non seulement à une discrimination raciale ouverte, mais aussi à une forte opposition de la part des travailleurs en colère contre les Chinois pour avoir menacé leurs moyens de subsistance.

Alors que les tensions sociales montaient, le gouvernement de l'État de Californie a adopté une série de lois pour lutter contre l'immigration chinoise. Ces lois exigeaient des licences spéciales pour les travailleurs chinois, empêchaient la naturalisation chinoise et préconisaient ouvertement des restrictions et des limites à l'immigration en provenance de Chine. Les législateurs californiens ont agi de manière agressive, faisant pression à plusieurs reprises sur le Congrès :

Considérant que la présence au milieu de nous d'un grand nombre de Chinois, incapables de s'assimiler à notre propre race, ignorant la nature et les formes de notre gouvernement, et qui ne manifestent aucune disposition à en acquérir la connaissance ou à se conformer à notre habitudes, mœurs et coutumes, est une atteinte grave et continue au meilleur intérêt de l'État et alors que leur emploi, sous prétexte de salaires bas, est offensant pour l'idée américaine exaltée de la dignité du travail, préjudiciable à la prospérité et bonheur de nos propres classes laborieuses, et un mal qui doit être apaisé : soit donc….

Requis par l'assemblée, (le sénat étant d'accord,) Que nos sénateurs au Congrès soient instruits et que nos représentants soient priés d'user de leur influence et d'exhorter le gouvernement fédéral à adopter de tels règlements et législations de traité qui décourageront leur nouvelle immigration vers nos côtes. 2

Le 2 décembre 1878, le Congrès a adopté un projet de loi (45e Congrès, H. R. 2423) qui stipulait :

« Aucun capitaine d'un navire appartenant en tout ou en partie à un citoyen des États-Unis, ou à un citoyen d'un pays étranger, ne pourra embarquer sur un tel navire, dans aucun port ou endroit de l'Empire chinois, ou dans tout autre port ou lieu étranger quel qu'il soit, tout nombre dépassant quinze passagers chinois, hommes ou femmes, avec l'intention d'amener ces passagers aux États-Unis, et quitter ce port ou ce lieu et amener ces passagers à un nombre dépassant quinze sur un voyage dans le juridiction des États-Unis." 3

Le président Rutherford B. Hayes a opposé son veto au projet de loi parce qu'il « visait, et en termes exige, l'abrogation par ce gouvernement des articles cinq et six du traité avec la Chine, communément appelé le traité de Burlingame ». 4

Bien que le président Hayes ait opposé son veto au projet de loi, il a cherché à modifier le traité Burlingame-Seward pour désamorcer les tensions croissantes dans les États occidentaux. Par la suite, le 17 novembre 1880, un nouveau traité a été signé dans lequel la Chine a accepté de limiter l'immigration aux États-Unis :

Considérant que le gouvernement des États-Unis, en raison de l'immigration sans cesse croissante de travailleurs chinois sur le territoire des États-Unis et des embarras résultant d'une telle immigration, désire maintenant négocier une modification des traités existants….

Le gouvernement de la Chine accepte que le gouvernement des États-Unis puisse réglementer, limiter ou suspendre une telle entrée ou résidence, mais ne peut pas l'interdire absolument. La limitation ou la suspension doit être raisonnable et s'appliquer uniquement aux Chinois qui peuvent se rendre aux États-Unis en tant que travailleurs, les autres classes n'étant pas incluses dans la limitation….

Les sujets chinois, qu'ils se rendent aux États-Unis en tant qu'enseignants, étudiants, marchands ou par curiosité, ainsi que leur corps et leurs domestiques, et les travailleurs chinois qui sont maintenant aux États-Unis seront autorisés à aller et venir de leur plein gré et accord, et se verra accorder tous les droits, privilèges, immunités et exemptions qui sont accordés aux citoyens et sujets de la nation la plus favorisée.

Si des travailleurs chinois ou des Chinois de toute autre classe, résidant actuellement de façon permanente ou temporaire sur le territoire des États-Unis, subissent des mauvais traitements de la part de toute autre personne, le Gouvernement des États-Unis exercera tout son pouvoir pour concevoir mesures pour leur protection et pour leur assurer les mêmes droits, privilèges, immunités et exemptions que ceux dont peuvent jouir les citoyens ou sujets de la nation la plus favorisée, et dont ils ont le droit de jouir. 5

Cependant, le nouveau traité n'a ni calmé les citoyens américains mécontents qu'il était conçu pour apaiser, ni offert de protection aux travailleurs chinois victimes de mauvais traitements. Pire encore, les politiciens ont profité du sentiment anti-chinois. Ils ont manipulé la question dans le but de gagner 6 voix et ont promu une plus grande exclusion chinoise par le Congrès.

Le 6 mai 1882, le président Chester Arthur a promulgué la Chinese Exclusion Act, abrogeant les clauses d'immigration libre du traité de 1880 et imposant un moratoire absolu sur l'immigration de travailleurs chinois aux États-Unis pendant dix ans :

Considérant que, de l'avis du Gouvernement des États-Unis, la venue de travailleurs chinois dans ce pays met en danger le bon ordre de certaines localités sur son territoire : Par conséquent….

Qu'il soit promulgué par le Sénat et la Chambre des représentants des États-Unis d'Amérique réunis en Congrès, Qu'à partir de et après l'expiration de quatre-vingt-dix jours suivant l'adoption de la présente loi, et jusqu'à l'expiration de dix ans suivant l'adoption de la présente acte, la venue de travailleurs chinois aux États-Unis est, et celle-ci est par la présente, suspendue et pendant une telle suspension, il ne sera pas permis à un travailleur chinois de venir, ou, étant ainsi venu après l'expiration desdits quatre-vingt-dix jours, de rester aux États-Unis….

SECONDE. 6. Que pour la fidèle exécution des articles un et deux du traité 7 dans cet acte ci-dessus mentionné, tout Chinois autre qu'un ouvrier qui peut être autorisé par ledit traité et cet acte à entrer aux États-Unis, et qui sera sur le point de venir aux États-Unis, sera identifié comme ayant ce droit par le gouvernement chinois dans chaque cas, cette identité devant être attestée par un certificat délivré sous l'autorité dudit gouvernement….

SEC 14. Désormais, aucun tribunal d'État des États-Unis n'admettra les Chinois à la citoyenneté et toutes les lois en conflit avec cette loi sont abrogées.

SEC 15. Que les mots « travailleurs chinois », lorsqu'ils sont utilisés dans la présente loi, doivent être interprétés comme désignant à la fois les travailleurs qualifiés et non qualifiés et les Chinois employés dans les mines. 8

La Chinese Exclusion Act de 1882 – la première loi fédérale jamais adoptée pour interdire un groupe spécifique d'immigrants aux États-Unis uniquement sur la base de la race et de la nationalité – était considérée comme l'une des lois les plus tragiques, regrettables et racistes de son époque. 9 Le 13 septembre 1888, une loi similaire, An Act to Prohibit the Coming of Chinese Labourers to the United States, a été approuvée, mettant en place de nouvelles restrictions. Cette loi spécifiait que la suspension de l'immigration « s'appliquerait à toutes les personnes de race chinoise, qu'elles soient des sujets de la Chine ou d'une autre puissance étrangère », bien qu'elle indiquait que « les fonctionnaires chinois, enseignants, étudiants, marchands ou voyageurs pour le plaisir ou la curiosité, doivent être autorisés à entrer aux États-Unis », à condition « qu'ils obtiennent d'abord l'autorisation du gouvernement chinois ». dix

Au moment où la Chinese Exclusion Act de 1882 était sur le point d'expirer, une nouvelle loi d'exclusion déclarait que « toutes les lois actuellement en vigueur interdisant et réglementant l'entrée dans ce pays de personnes chinoises et de personnes d'origine chinoise sont par la présente maintenues en vigueur pendant une période de dix ans à compter de l'adoption de cette loi. 11

À la fin de la deuxième décennie, le 29 avril 1902, un troisième acte stipulait que « toutes les lois actuellement en vigueur interdisant et réglementant la venue de personnes chinoises et de personnes d'origine chinoise aux États-Unis… sont par la présente, re -décrétées, prorogées et prorogées dans la mesure où elles ne sont pas incompatibles avec les obligations conventionnelles, sauf disposition contraire de la loi. » 12

À peine deux ans plus tard, une quatrième loi a été approuvée le 27 avril 1904 pour étendre indéfiniment toutes les lois d'exclusion chinoises, déclarant qu'elles "sont par les présentes, réédictées, prolongées et maintenues, sans modification, limitation ou condition". 13

Les Chinese Exclusion Acts ont laissé un héritage obsédant, créant un précédent pour une législation plus étendue qui excluait les immigrants japonais, coréens et asiatiques au début des années 1900 et les immigrants européens dans les années 1920. Les lois d'exclusion chinoises ont non seulement favorisé un environnement d'hostilité envers les étrangers, mais ont également contribué à créer une atmosphère de racisme plus sombre qui perdurerait pendant des générations. 14


Traité réglementant l'immigration chinoise [1880] - Histoire

Chronologie de l'immigration chinoise aux États-Unis

1785 Trois marins chinois arrivent dans la zone continentale des États-Unis à bord du navire Pallas à Baltimore, dans le Maryland.

1790 La loi sur la naturalisation de 1790 restreint la citoyenneté aux « personnes blanches libres » de « bonne moralité ». La loi serait appliquée jusqu'en 1952. En effet, la Nation est divisée entre les populations blanches et les minorités raciales, dont chacune se verrait accorder des droits et un traitement différents et inégaux. Les minorités raciales seraient limitées dans leurs droits de citoyenneté, de vote, de résidence, de jury, de propriété et de famille. Les Américains d'origine asiatique, y compris les Américains d'origine chinoise, seraient directement touchés par cette législation jusqu'à ce qu'elle soit abrogée par l'adoption de la loi Walter-McCarran de 1952.

1830 La première notation du recensement américain des Chinois en Amérique enregistre trois Chinois vivant aux États-Unis.

années 1830 Des marins et des colporteurs chinois visitent New York.

1844 Les États-Unis et la Chine signent un traité de « paix, d'amitié et de commerce ».

1847 Yung Wing et deux autres étudiants chinois arrivent aux États-Unis pour leur scolarité.

1848 De l'or est découvert en Californie et une ruée vers l'or commence.

1850 La population sino-américaine aux États-Unis est d'environ 4 000 sur une population de 23,2 millions. Les Chinois de Californie forment des associations de protection mutuelle.

1854 La décision de la Cour suprême de Californie, People v. Hall, déclare que les Chinois ne peuvent pas témoigner devant un tribunal.

1858 La Californie interdit légalement l'immigration chinoise et « mongole ».

1860 La population sino-américaine aux États-Unis est de 34 933 sur une population totale de 31,4 millions.

1862 Les États-Unis interdisent l'importation de « coolies » chinois sur les navires américains.

1865 Central Pacific recrute des travailleurs chinois pour construire un chemin de fer transcontinental.

1868 Les États-Unis et la Chine ratifient le traité Burlingame-Seward, qui sanctionne l'émigration mutuelle entre les deux pays.

1869 Le premier chemin de fer transcontinental est complété par une importante main-d'œuvre immigrée chinoise.

1870 La population américaine d'origine chinoise aux États-Unis est de 63 199 sur une population totale de 38,5 millions.

1870 Le Congrès approuve la Naturalization Act, interdisant aux Chinois d'obtenir la citoyenneté américaine. La loi empêche également l'immigration des femmes chinoises qui ont des partenaires conjugaux aux États-Unis. Chinese and Japanese men must show evidence in support of a woman’s moralcharacter in the case of prospective and actual wives of Chinese and Japanese descent.

1871 Anti-Chinese violence erupts in Los Angeles and other cities. Such violence continues throughout the decade.

1875 Congress passes the Page Law, which bars Chinese, Japanese, and “Mongolian” prostitutes, felons, and contract laborer immigration.

1878 A federal district court in California rules Chinese ineligible for naturalized citizenship.

1880 The United States and China sign a treaty that allows the United States to limit Chinese immigration.

1882 Congress passes the Chinese Exclusion Act of 1882, which halts Chinese laborer immigration for 10 years and denies Chinese from becoming naturalized U.S. citizens.

1886 The U.S. Supreme Court decision, Yick Wo v. Hopkins, rules that laws that are enforced with racial discrimination violates the 14th Amendment.

1888 The Scott Act declares over 20,000 Chinese laborers’ re-entry permits null and void.

1889 The U.S. Supreme Court decision, Chae Chan Ping v. United States, upholds Chinese Exclusion laws’ constitutionality.

1890 Chinese American population in U.S. is 107,488 out of a total population of 62.9 million.

1892 The Geary Act extends the Chinese Exclusion Act for another 10 years and requires all Chinese residents to carry permits.

1893 In Fong Yue Ting v. United States, the U.S. Supreme Court rules that Congress has the power to expel the Chinese.

1894 Sun Yat Sen, founder of modern China and political activist, helps bring down the Qing dynasty. He establishes home-base operations for the liberation of China among ChineseAmerican communities in Hawaii, San Francisco, and in New York.

1898 The U.S. Supreme Court admits Wong Kim Ark, a Chinese American born and raised in the United States, back into the United States. Ark was initially denied entry due to the Chinese Exclusion Act. The case rules that U.S.-born Chinese cannot be divested of their citizenship.

1904 Congress makes the Chinese Exclusion acts indefinite. Law enforcement officials arrest 250 allegedly illegal Chinese immigrants without search warrants.

1905 California’s Civil Code forbids intermarriage between Whites and “Mongolians.”

1906 Earthquake destroys all records in San Francisco, including immigration records. This opens the opportunity for a new surge of Chinese immigrants. These “paper sons” could now claim with the loss of official records that they were U.S. citizens and had the right to bring family members to America. The U.S. government creates the Bureau of Immigration.

1910 Chinese American population in U.S. is 94,414 out of a total population of 92.2 million. Angel Island Immigration Station opens to process potential Asian immigrants.

1917 The Immigration Act of 1917 restricts immigration of Asian persons and denies entry of natives from the “barred zone.”

1918 World War I Asian veterans receive right of naturalization.

1924 The Asian Exclusion Act, which is part of the Immigration Act of 1924, excludes all Asian laborer immigrants from entering into the United States. The U.S. Border Patrol is created, as an agency under the Department of Labor, to regulate Chinese immigration to the United States across the U.S.-Mexico border.

1925 Chinese wives of American citizens are denied entry.

1929 Annual immigration quotas are declared permanent.

1930 Chinese American population in U.S. is 102,159 out of a total population of 123.2 million.

1932 Anna May Wong, at the height of her career, stars with Marlene Dietrich in Shanghai Express.

1941 The United States declares war after the Japanese attack Pearl Harbor. China is now an ally of the United States.

1943 Congress repeals all Chinese exclusion laws, grants Chinese the right to become naturalized citizens, and allows 105 Chinese to immigrate to the US each year. China and the United States become World War II allies against Japan. The U.S. Army drafts over 20 percent of Chinese men living in the United States.

1945 World War II ends with atomic bomb dropped on Hiroshima and Nagasaki, Japan.

1947 Due to the 1945 War Brides Act of 1945, permitting immigration of foreign wives, husbands, fiancés, and children of U.S. Army personnel, 6,000 Chinese women enter into the United States as wives of Chinese American servicemen.

1949 The United States grants refugee status to 5,000 highly educated Chinese after China launches a Communist government. This Central Intelligence Agency Act (CIA Act) encourages Chinese scientists, engineers, and physicists to enter into the United States in furtherance of U.S. national security interests.

1950 Chinese American population in U.S. is 150,005 out of 151,325,798.

1952 The Walter-McCarran Immigration and Naturalization Act revokes the Asian Exclusion Act of 1924. A small number of Asians are also allowed to immigrate to the United States and are given citizenship status.

1953 The Refugee Relief Act offers unlimited immigrant visas to Chinese refugees.

1959 The U.S. government implements the eight-year “Confession Program” to encourage illegal Chinese immigrants to reveal identities of illegal residents.

1962 The Kennedy Emergency Immigration Act (KEIA Act) permits 5,000 Chinese immigrants to enter the United States during the period of China’s “Great Leap Forward” movement.

1965 A new immigration act effectively removes racial bias from America's immigration laws.

1968 San Francisco State College and the University of California at Berkeley students successfully strike for more minority studies programs. The demonstration leads to the historic School of Ethnic Studies at San Francisco State College and the creation of Black Studies at the University of California at Berkeley. In following years, Asian American Studies, Chicano Studies, Native American Studies, and comparative Ethnic Studies programs start at U.C. Berkeley and University of California at Los Angeles. These programs address the immigration history and ethnic experiences of Asian Americans and Chinese Americans.

1970 Chinese American population of the U.S. is 237,292 out of 179,323,175

1976 American physicist Samuel Ting wins the Nobel Prize in Physics

1982 Vincent Chin, a Chinese American, is killed by two white Americans. Chin's killers are sentenced only to probation and a fine of $3,000 plus court fees.

1982 Maya Lin's design selected for the Vietnam Veteran's Memorial.

1987 TIME Magazine publishes a cover article entitled "The New Whiz Kids". Many Chinese Americans express a concern about a "model minority" stereotype.

1990 Chinese American population of the U.S. is 1,645,472 out of 248,709,873.

1996 Dr. David Ho is named TIME Magazine's Man of the Year for his research into HIV/Aids.


Chinese Immigrant Legal History in U.S.

In the mid-nineteenth century, attitudes about Chinese in America, and Chinese immigrants shifted from one of mild curiosity to one of contempt. The numbers of Chinese arriving to the U.S. West Coast in response to the Gold Rush of 1848 served as the trigger in the change of attitude.

American visual culture successfully propelled anti-Chinese sentiment and anchored a new definition of Chinese in the minds of Americans, framing the Chinese in terms such as hordes, heathens, coolies (indentured or slave laborers), barbarians, disease spreaders, sexual deviants, drug users, ignorant, effeminized (males) and other negative stereotypes. These images began to permeate news, casual reading materials, cards, advertising, art, and theater, particularly on the West Coat. These images succeeded beyond measure, firmly implanting Sinophobic attitudes among Caucasian Americans toward the Chinese. These new attitudes set the stage for further control of the Chinese via legislative acts. Thus began a series of local and ultimately national laws written and enacted, one after the other, restricting Chinese movement, rights, freedom to visit their homeland, work freely or make a living in the manner accorded other immigrants to the U.S.

As Peter Kvidera has pointed out Chinese immigrants were “more directly affected by legal restrictions than any other in the history of U.S. immigration.” Collectively, the laws aimed to make life in America so restrictive, so expensive, as to drive the Chinese population in America out of the western United States, and ultimately, to exclude them henceforth, from arriving in the U.S. Chinese Americans became the first race of visitors or immigrants to ever be excluded in U.S. history. The following is a list of some, not all, laws passed (primarily) against the Chinese. The following sources contributed to this listDriven Out by Jean Pfaelzer, Collecting Objects/Excluding People by Lenore Metrick-Chen, Peter Kvidera, Resonant Presence: Legal Narratives and Literary Space in the Poetry of Early Chinese Immigrants and a very thorough timeline in Coming Man by P. Choy, L. Dong, and Marlon Hom. Laws written ostensibly to protect the Chinese are shown in red and with an asterisk (*).

See also Resources on left side bar

1808 – U.S. outlaws the importation of new slaves (Pfaelzer 25)

1815 – Chinese were present in California, then a northern province of Mexico (Choy, et. al)

1835 – Earliest known Chinese living in New York City (Tchen)

1844* – The Wng-Hea Treaty of Peace, Amity, and Commerce between U.S. and China (Choy, et. al)

1848 – Gold is discovered in California

1849 – September lawmakers make it illegal for minorities to testify against whites

1850 – September 9. California becomes the 31st state

1850 – “California state court disallowed Chinese at witnesses in court cases for or against a white person” (Choy, et al)

1850 – Foreign Miner’s Tax (targeted Latinos).

1851 – U.S. Treaties giving native people approximately 75 percent of California as reservations. There were 18 treaties in all.

1851– Approximately 14,000 Chinese arrive in California (Lenore-Chen)

1851-1853* – District/county organizations were established by the Chinese to fight anti-Chinese legislation – the Chinese Consolidated Benevolent Association (CCBA) Also known as the Chinese Six Companies in California (Choy, et al)

1852 – Foreign Miner’s Tax (targeted the Chinese). Each Chinese miner was to pay a monthly fee of $3. “prompted by fears that the Chinese would overrun the mining industry and take jobs away from American workers.” (Kvidera 514) See also 1853

1852 – The Columbia District Mining Regulation prohibited Asians from mining (Metrick-Chen)

1852 – Chinese contract workers arrive in Hawaii

1852 – The Bond Act required that all Chinese post a $500 bond upon arriving in the U.S.

1852 – U.S. Senate rejects all 18 extant treaties (Pfaelzer)

1853 – Foreign Miner’s Tax raised to $4 per month (see also 1855)

1854 – “U.S. Court of Appeal also ruled in People v. Hall that Chinese could not be a witness for or against a white person in U.S. courts” (Choy, et al)

1855 – Forty thousand Chinese workers are registered with the Chinese Six Companies, a support affiliation for Chinese in America

1855 – Foreign Miner’s Tax raised to $6 per month (with $2 increase every year)

1855 – The California state legislature enacts a string of laws designed to attach fees inhibiting citizenship

1858 – Treaty of Tientsin (Tianjin) revision of the Wang-Hea Treaty. AKA Sino-American Treaty (Choy, et al)

1860 – Fishing Tax hindered Chinese access to fishing

1860 – California School Law – banned “Mongolians and Negroes from public school (in 1871 African Americans were allowed if whites did not object) (Pfaelzer 75)

1862 – U.S. Supreme Court – Act to Protect Free White Labor Against Competition with Chinese Coolie Labor

1862 – California enacts a monthly head tax of $2.50 (overturned)

1862 – California enacts monthly tax of $2.50 on all Chinese 18 and older “who did not mine or produce rice, sugar, tea, or coffee” (Pfaelzer 31)

1862 – California Commutation Tax Act required that shipowners transporting Chinese to the U.S. pay $500 per Chinese, unless they paid a $5 fee to enter.

1863-64 – Approximately 10,000 Chinese men are recruited to work on the Transcontinental Railroad. Railroad completed one year ahead of schedule.

1868* – Burlingame Treaty. The treaty “promised the Chinese civil rights equal to any other foreign resident” (Metrick-Chen).

1868 – Fourteenth Amendment to the U.S. Constitution. Any person born in the U.S. was granted the full rights of citizenship. This right did not extend to the Chinese until an 1898 decision.

1870 – Beginning of widespread economic recession.

1870 – California passes The Act to Prevent Kidnapping and Importing of Mongolian, Chinese and Japanese Females for Criminal Purposes prevented females and especially Chinese females from entering the United States without a difficult to come by certificate. Chinese women were assumed to be prostitutes (Choy, et al).

1870 – San Francisco Cubic Air Ordinance. Each adult had to have 500 cu. ft. of living space (Pfaelzer 74).

1870 – Sidewalk Ordinance – banned Chinese from using long shoulder poles to carry goods (Pfaelzer).

1870 – The Act to Prevent Importing of Chinese Criminals and Prevent Establishment of Coolie Labor. Chinese men seeking to come to the U.S. had to prove good character and that they were coming to the U.S. of their own free will, to the relative satisfaction of the Commissioner of Immigration. An additional and serious deterrent: officers and agents of any sea-faring vessels used to transport people were subject to a fine ($1000 to $5000) if the Chinese did not prove good character or voluntary travel to the Commissioner of Immigration.

1873 – “Slaughter-house cases” effectively abrogate the Burlingame Treaty (Pfaelzer).

1873 – San Francisco adopts the Queue Ordinance – allowed prison personnel to shave the heads of Chinese prisoners (Pfaelzer 75).

1875 – U.S. passes the Page Law. Disallowing any Asian felons, contract workers, and women for the purposes of prostitution from entering the company. This stopped a majority of any Asian woman from gaining entry into the U.S.

1877 – The Workingmen’s Party of California, consisting of while male laborers, rally behind the slogan, “The Chinese Must Go.” The group lobbied West Coast lawmakers and politicians to support anti-Chinese causes. The group also influenced national politicians desiring West Coast votes

1879 – California adopted a second Constitution, wherein “Chinese are declared “undesirable” race to be excluded from California” (Choy, et al).

1880 – Angell Treaty. President Rutherford B. Hayes sends delegation to Peking to re-negotiate the Burlingame Treaty – the new treaty permitted restrictions of Chinese into the U.S., in reaction to growing pressure from California.

1880 – California enacts the “Anti-Miscegenation” Civil Code outlawing interracial sexuality or marriage (Pfaelzer).

1880 – California legislature imposes excessive tax on the Chinese Six Companies.

1880-1881 – Santa Cruz, California writes an ordinance whereby “no person shall carry baskets or bags attached to poles carried upon back or shoulders on public sidewalks” (qtd.,Pfaelzer).

1880 – Order No. 1569, “which stated that it would be illegal for any person to operate a laundry in a wood building in the city and county of San Francisco without permission from the Supervisors, the provisions regarding Chinese owned laundries was removed because of concern that it would be unconstitutional. Violation of Order No. 1569 would be a misdemeanor and a fine of $1000, imprisonment for a maximum of six months, or both” (Fan) website source.

1882 – U.S. Chinese Exclusion Act passes, banning entry of Chinese skilled and unskilled laborers to the United States for 10 years. The Act also prevented the Chinese to become U.S. citizens through the naturalization process extended to other immigrants. Existing Chinese merchants, teachers, students, tourists and government officials were exempt. (Choy, et al).

1888 – The Scott Act prohibited the entry of Chinese laborers who had left for China temporarily and who wanted to return to America. Due to this act, 20,000 Chinese were denied re-entry when their re-entry permits were invalidated (Choy, et al).

1892 – The Geary Act extended the 1882 U.S. Chinese Exclusion Act for another 10 years. Chinese were required to register with the U.S. Government in order to obtain identity papers. Police could arrest and deport those without the certificate (Choy, et al).

1894 – The Gresham-Yang Treaty extended Chinese exclusion.


2 Transcontinental Railroad

The construction of the transcontinental railroad in the 1860s was completed primarily by immigrant labor, many of whom were Chinese. The Chinese worked mainly on the Central Pacific half of the line, and their contribution was significant. At the height of construction in 1868, for example, Chinese immigrants made up 80 percent of the Central Pacific's workforce. They faced significant discrimination, such as a ban on holding citizenship in California. In addition, the Chinese were paid only $27 a month, while their Irish immigrant counterparts earned $35 for the same work.


The act

The Chinese Exclusion Act was passed by Congress and signed by Pres. Chester A. Arthur in 1882. It lasted for 10 years and was extended for another 10 years by the 1892 Geary Act, which also required that people of Chinese origin carry identification certificates or face deportation. Later measures placed a number of other restrictions on the Chinese, such as limiting their access to bail bonds and allowing entry to only those who were teachers, students, diplomats, and tourists. Congress closed the gate to Chinese immigrants almost entirely by extending the Chinese Exclusion Act for another 10 years in 1902 and making the extension indefinite in 1904.

The Chinese Exclusion Act was repealed in 1943 with the passage of the Magnuson Act, which permitted a quota of 105 Chinese immigrants annually. Various factors contributed to the repeal, such as the quieted anti-Chinese sentiment, the establishment of quota systems for immigrants of other nationalities who had rapidly increased in the United States, and the political consideration that the United States and China were allies in World War II.


The Burlingame Treaty of 1868

The Burlingame Treaty of 1868, officially known as the Burlingame-Seward Treaty sought to ease limits on Chinese immigration to America and protect against the discrimination of Chinese sojourners-immigrants in the U.S., and assure that Chinese already in the U.S.would enjoy the same treatment and rights as other immigrant groups in the U.S.

The language of the treaty restricted U.S. interference in China. The treaty gave China “most favored nation status” and helped strengthen U.S. trade interests in China. The treaty ultimately benefited U.S. interests over those of China, or Chinese living and working in the United States.

The provision of the treaty which protected Chinese in America would ultimately crumble under political pressure caused by mounting anti-Chinese sentiment, propelled by a male, white labor force fearful of the plentiful, hardworking and cheap Chinese labor available to employers. A serious economic downturn in the mid-1870s exacerbated the labor market, and made jobs extremely difficult to obtain. The recession caused an already hostile Caucasian labor market to further organize in number, and solidify their outrage and political power. “America’s foreign policy and relations with China were forced to yield to the domestic policies at home” (Choy 64). In 1880 the treaty was revised. Named after James B. Angell who negotiated the terms, the Angell Treaty allowed the U.S. to “regulate, limit, or suspend” new Chinese immigrants or applications for residency (Choy, 65).

The treaty as a featured prop

The Civilization of Blaine by Thomas Nast for Harper’s Weekly, 8 March, 1879. Source: UDel-Walfred

According to Paine, Nast and Burlingame admired each other’s efforts and talents. Both shared amity toward the Chinese. Burlingame in particular complimented Nast on his 1868 cartoon featuring the ambassador’s diplomatic efforts.

Detail of trampled Burlingame Treaty


Voir la vidéo: limmigration chinoise


Commentaires:

  1. Yusuf

    Quels mots ... Science-fiction

  2. Bercilak

    intéressant, et l'analogique est?

  3. Hanz

    mmyayaya… .. * pensa beaucoup *….

  4. Malazuru

    C'est d'accord, c'est une excellente variante



Écrire un message