Pas toujours le meilleur ami d'un homme : les chiens noirs terrifiants des légendes britanniques

Pas toujours le meilleur ami d'un homme : les chiens noirs terrifiants des légendes britanniques



We are searching data for your request:

Forums and discussions:
Manuals and reference books:
Data from registers:
Wait the end of the search in all databases.
Upon completion, a link will appear to access the found materials.

Principalement associées aux légendes britanniques, les histoires de chiens noirs, de chiens fantômes ou de chiens de l'enfer sont présentes dans presque toutes les régions du monde. Peut-être que les premières choses qui vous viennent à l'esprit lorsque vous pensez à des chiens fantômes étranges sont les images maléfiques, les présages de la mort ou même le chien à deux têtes Cerberus de la mythologie grecque. Cela a du sens, car la plupart du temps, ces créatures ténébreuses sont décrites comme des êtres malveillants, mais saviez-vous que parfois elles sont également considérées comme de grands protecteurs ?

L'immense popularité des légendes canines n'est pas une surprise, puisque les chiens ont été les premiers animaux domestiqués de l'humanité - le partenariat homme-chien remonte à l'ère paléolithique et a duré des milliers d'années. Pour affiner les légendes des chiens noirs, cet article se concentrera sur certaines des versions britanniques alarmantes.

Une représentation plus conviviale de « coque noire ». (ed_needs_a_bicycle/ CC PAR NC SA 2.0 )

Chiens noirs au Royaume-Uni

Aucun autre endroit au monde ne détient plus de légendes ou d'observations de chiens noirs légendaires que le Royaume-Uni. Chaque région peut même avoir sa propre version du conte, avec des noms différents donnés aux chiens noirs, tels que: Black Shuck, le chien Gurt, Padfoot, Barguest, le Harry Hound, le Yeth hound et le Grim.

Comme la plupart des légendes, l'origine de celle-ci est difficile à établir. Mark Norman, qui fait des recherches sur la légende des chiens noirs en Angleterre depuis de nombreuses années, a retracé les premiers récits de la littérature anglaise remontant à 1127. Selon les études de Norman, les chiens noirs peuvent prendre différentes formes, mais quelques traits communs sont présents. dans toutes les descriptions : ce sont de très grandes créatures, avec un pelage hirsute et de grands yeux brillants (généralement de couleur rouge).

Différents détails rendent les chiens uniques, comme avoir une chaîne autour du cou, être sans tête ou même avoir des visages humains. Certaines légendes décrivent les chiens fantômes comme énormes, voire aussi gros qu'une maison ; d'autres disent qu'ils marchent sur leurs pattes arrière. Les bêtes noires sont connues pour disparaître dans la brume et ne laisser aucune trace de leurs visites étranges.

  • A Dog Eat Dog World : les figurines canines de Colima mésoaméricain
  • Un chercheur présente des preuves du rôle chéri des chiens préhistoriques dans l'Arctique sibérien
  • Un compagnon fidèle et bien plus encore : les chiens dans la Chine ancienne

Dessin du Chien Noir de Newgate, extrait du livre « La découverte d'un monstre londonien appelé le chien noir de Newgate », publié en 1638.

Bien que ces animaux surnaturels soient le plus souvent décrits comme des créatures malveillantes portant malheur, les chiens noirs ont également eu des connotations bienveillantes - en tant qu'esprits protecteurs attachés à une famille ou à un lieu, comme les routes.

Créatures légendaires

L'une des légendes britanniques des chiens fantômes les plus populaires aurait eu lieu au marché de Bungay dans le Suffolk. Elle commence par un violent orage éclatant le matin de 1577, alors que les paroissiens d'une église commémoraient un service dominical. Éclairé par des éclairs de feu, un chien noir est apparu dans l'église, courant partout et provoquant une grande panique parmi les gens. Le chien fantôme aurait coûté la vie à deux hommes qui priaient à genoux et aurait causé de graves brûlures à un autre.

Page de titre du récit du révérend Abraham Fleming sur l'apparition du chien noir fantomatique "Black Shuck" à l'église de Bungay, Suffolk en 1577 : une ville pas très éloignée de la ville de Norwich, à savoir le quatre de cet août, en l'an de notre seigneur 1577. »

Bien que ce chien présageât la mort et la destruction, il existe quelques légendes bienveillantes impliquant un chien noir, comme celle racontée par Johnnie Greenwood de Swancliffe. L'homme a décrit avoir été suivi par un chien noir alors qu'il se promenait la nuit dans les bois. La créature resta à ses côtés jusqu'à ce qu'il émerge des arbres. Des années plus tard, deux prisonniers ont avoué qu'ils voulaient voler et assassiner Johnnie pendant cette nuit dans les bois, mais ils en ont décidé autrement après avoir remarqué la présence du gros chien noir qui l'accompagnait.

James Barnes raconte une autre histoire de chien noir très populaire de Dartmoor :

« À Dartmoor, le célèbre écuyer Cabell aurait été un chasseur qui a vendu son âme au diable. À sa mort en 1677, des chiens noirs seraient apparus autour de sa chambre funéraire. On dit que le chasseur fantomatique chevauche avec des chiens noirs; ce conte a inspiré Arthur Conan Doyle pour écrire son histoire bien connue Le Chien des Baskerville ».

Illustration de 'Le Chien des Baskerville.'

Que pouvez-vous faire en présence d'un chien fantôme ?

Disons simplement qu'il vaut mieux ne jamais avoir de rencontre avec un chien fantôme car, le plus souvent, vous ne pouvez rien faire pour arrêter la créature si elle veut vous faire du mal. Il existe des moyens de repousser les êtres malveillants, mais ceux-ci ont tendance à être vagues. Dans les régions dominées par la foi chrétienne, on dit que le simple fait de porter une croix ou d'avoir une image d'un saint suffirait à éloigner le chien noir.

D'autres superstitions consistent à porter un clou de cercueil, à asperger d'eau fraîche le sol derrière vous pendant que vous marchez ou à garder une paire de ciseaux en fer avec vous. De plus, il est dit que vous devez éviter les carrefours, les plans d'eau en mouvement tels que les rivières et les ruisseaux, les bois ou les longues étendues de champs. Ces restrictions auraient rendu les voyages presque impossibles dans le passé !

Un chien noir maléfique dans les bois. ( John Knifton )

Chiens noirs à travers le monde

Il y a tellement de légendes de chiens noirs que vous pourriez facilement vous adonner pendant des années à la richesse de ces contes. Pour ceux qui souhaitent en savoir plus sur d'autres légendes impliquant des chiens fantômes, voici d'autres régions à explorer : chiens gardiens dans la tradition chamanique, légendes celtiques, légendes galloises, mythologie finlandaise, mythes d'Europe du Nord, légendes d'Amérique du Nord, légendes asiatiques, Mythes grecs, histoires dans presque toutes les régions du Royaume-Uni, mythes impliquant la constellation Canis et l'étoile Sirius, et enfin, la présence de la créature légendaire dans la culture pop - comme le personnage de Harry Potter « Sirius Black ».

De nombreux chercheurs ont tenté d'expliquer les raisons des légendes des chiens noirs et leur popularité à travers le monde. Leurs interprétations vont des leçons de contes folkloriques aux phénomènes inconnus décrits par nos lointains ancêtres. Personne ne peut fournir une réponse englobant parfaitement toutes les légendes.

  • Dog Days of Summer: La montée de l'étoile canine, Sirius
  • Une nouvelle étude suggère que l'homme et le chien sont des amis proches depuis 33 000 ans
  • Des humains tués enterrés avec des chiens étranglés trouvés sur un site préhistorique au Pérou

Depuis le début de notre histoire, les humains ont été mis en danger par les loups, qui étaient beaucoup plus gros que leurs cousins ​​domestiqués dans la plupart des endroits du monde. Cela pourrait expliquer la nature malveillante de certains contes de chiens fantômes et leur réputation de chiens de l'enfer. D'autres raisons peuvent être associées aux histoires racontées aux enfants afin de les empêcher de s'aventurer dans des endroits dangereux. Une autre explication est liée aux dangers cachés des itinéraires de contrebande.

Tout ou aucun de ceux-ci pourraient expliquer la légende locale du chien noir la plus proche de vous. Qu'elles apportent de bonnes ou de mauvaises nouvelles, les histoires de chiens noirs sont toujours présentes et prospères partout dans le monde.

Peinture de cosse noire. ( Visites fantômes de Cambridge )


Nous ne savons pas exactement quand les chiens ont été domestiqués pour la première fois par les humains, mais c'était probablement il y a plus de 15 000 ans. Des études ont montré que la diversité génétique parmi les chiens est la plus élevée en Asie, ce qui signifie que la domestication des chiens s'y est probablement produite en premier. Il est impossible de dire exactement où la pratique a commencé, mais les chiens faisaient partie de la culture chinoise dès sa genèse, et leurs restes ont été retrouvés dans les sites archéologiques les plus anciens du pays. Cela ne signifie pas pour autant que les chiens de cet âge étaient particulièrement bien soignés. Les chiens, ainsi que les porcs, étaient considérés comme la principale source de nourriture et étaient également couramment utilisés dans les sacrifices rituels.

Mais les chiens étaient également utilisés par les anciens Chinois comme aides lors de la chasse, et les chiens de chasse étaient gardés et dressés par de nombreux empereurs chinois. Plusieurs races de chiens ont été développées en Chine, comme le Pékinois, le Shar Pei et le Dogue du Tibet.

Dans l'histoire plus récente, les chiens étaient courants dans les zones rurales, où ils servaient en partie de compagnons mais surtout d'animaux de travail, remplissant des fonctions telles que le berger et l'assistance à une partie du travail agricole. Bien que ces chiens soient considérés comme utiles et reçoivent souvent des noms d'animaux de compagnie, comme c'est le cas pour les chiens de ferme occidentaux, ils n'étaient généralement pas considérés comme des animaux de compagnie au sens occidental du terme et étaient également considérés comme une source potentielle de nourriture si le besoin de viande l'emportait. leur utilité à la ferme.


Homme noir effrayant

Dans de nombreuses séries, il y aura un personnage beaucoup plus grand et plus intimidant que la plupart des autres, très fort, souvent assez calme, et très souvent ce personnage sera noir.

Parfois, ils peuvent être la minorité symbolique, parfois ils sont un fier guerrier de race et parfois ils sont un gentil géant. Mais il n'en reste pas moins qu'au fond, c'est un homme noir effrayant. Pas nécessairement mal, juste. angoissant.

Les auteurs prétendront souvent que cela n'est pas fait de manière raciste (pas intentionnellement, en tout cas), car la plupart des personnes tellement plus grandes que les autres personnages seront généralement tout aussi effrayantes (à moins qu'elles ne soient aussi extraverties ou joyeuses). Cependant, peut-être à cause d'un manque de très grands Asiatiques qui ne sont pas du sumo ou de très grands blancs qui ne sont pas des lutteurs professionnels dans un rôle de camée, ils sont souvent noirs. (C'est la même raison pour laquelle une énorme écolière n'est généralement pas méchante non plus.) Cependant, les représentations médiatiques américaines ne peuvent pas échapper à l'héritage du Big Black Buck (tel que présenté dans des films aussi influents que le film de propagande pro-Klan de D. W. Griffith La naissance d'une nation), le sauvage (noble ou non) ou la culture voyou moderne. Entre autres raisons, lorsqu'une grande partie de la population créatrice et de la population consommatrice n'est pas d'origine africaine, alors le Black Guy devient Autre, et en tant que tel, plus facile à positionner comme une force imposante et effrayante.

Les quelques personnages noirs dans l'anime sont généralement une variation à ce sujet. Cependant, ce n'est pas le lieu d'en discuter la raison.

Voir aussi Suspect effrayant d'une minorité. Croise souvent avec Gentle Giant, Genius Bruiser, Proud Warrior Race Guy et Token Minority, comme indiqué à la fois ci-dessus et dans les exemples ci-dessous. Comparez Angry Black Man.

Notez que le personnage ne doit pas nécessairement être d'origine africaine, juste grand, imposant, à la peau brune/foncée, et a tendance à faire mouiller les gens d'un seul regard. Si un personnage masculin noir a d'autres personnages qui le craignent après avoir effectué une certaine action, il n'est pas un Scary Black Man, un Scary Black Man a des gens qui le craignent à cause de son apparence intimidante. Malgré certaines des implications malheureuses associées à ce Trope, certains de ces personnages deviennent populaires en raison de leur caractère dur à cuire. La subversion évidente est de rendre ce personnage loin d'être aussi effrayant en termes de personnalité que leurs premières apparitions imposantes pourraient le suggérer autrement. Une autre subversion peut être de faire en sorte que le personnage n'agisse de cette façon que dans certaines situations spécifiques & mdasha man pourrait être un père aimant et une personne par ailleurs affable et facile à vivre. qui se transforme immédiatement en un Papa Loup enragé chaque fois que ses proches sont menacés.

Malgré le nom trope, des exemples féminins faire exister. Mais comme les personnages féminins sont rarement décrits comme des combattants ou ouvertement menaçants de la même manière que les hommes, les femmes noires effrayantes restent une rareté distincte et sont plus souvent décrites comme des femmes noires impertinentes.


Les 18 meilleurs poèmes de chien pour chaque occasion digne de Wag

L'année dernière, je suis devenue la tante de mon frère et de ma belle-sœur, le chien Rémi. En tant que mère de deux chatons, je me suis toujours considérée comme une personne de chat, mais sortir avec Rem m'a rapidement fait tomber éperdument amoureuse de ce chien. Peu de temps après, je faisais du #dogstagramming avec des selfies de chiens et tout, ce qui m'a amené à chercher des poèmes de chiens. La &ldquodog poésie&rdquo existe-t-elle ? Oh oui!

Il s'avère que de nombreux poètes ont pris la plume pour capturer l'essence du meilleur ami de l'homme. Dans ces poèmes sur les chiens, une variété de poètes s'attaquent à la distillation de l'esprit fido&rsquos en vers, avec des poèmes de chiens originaux, poignants et joyeux parmi eux. D'Emily Dickinson à Pablo Neruda, cette sélection de poètes démontre l'éventail de nos relations avec les chiens dans ces courts poèmes sur les chiens. Et si vous recherchez des poèmes sur le pont arc-en-ciel, passez à la fin pour quelques-uns des meilleurs poèmes sur les chiens pour les personnes en deuil.

1. &ldquoUn petit chien qui remue la queue&rdquo par Emily Dickinson

Un petit chien qui remue la queue
Et ne connaît pas d'autre joie
D'un si petit chien suis-je
Rappelé par un garçon

Qui gambade tout le jour vivant

Le chat qui habite dans le coin
Son jour martial oublié
La souris mais une tradition maintenant
De son Lot sans désir

2. &ldquoThe Dog&rdquo par Ogden Nash

La vérité, je ne m'étire ni ne pousse
Quand je dis que le chien est plein d'amour.
J'ai également trouvé, par test réel,
Un chien mouillé est le plus affectueux.

3. &ldquoLittle Dog&rsquos Rhapsody into the Night&rdquo par Mary Oliver (lu par Mary Oliver)

4. &ldquoLe nouveau chien&rdquo par Linda Pastan

Dans la gravité de ma vie,
les cérémonies sérieuses
de vernis et de papier
et stylo, est venu

cet animal maniaque
dont les perturbations innocentes
faire des bêtises
de mes vieilles simplicités-

comme si j'avais besoin de lui
prouver encore qu'après
toute la planification minutieuse,
tout peut arriver.

5. &ldquoDeuil&rdquo par Kevin Young

Derrière sa maison, les chiens de mon père
dormir dans des chenils, belle,
il a construit juste pour eux.

Ils n'aboient pas.
Savent-ils qu'il est mort ?
Ils remuent la queue

& tête. ils mendient
& sont alimentés.
Leur chagrin est colossal

& oubli.
Chaque jour ils se réveillent
chercher sa voix,

leurs noms.
Au crépuscule, ils semblent
pour ne plus se souvenir de tout&mdash

à eux même la faim
est un jeu. Pour ça, j'envie.
Pour ça, je ne supporte pas de les regarder

arpentant leur cage. j'essaye de me souvenir
ils aiment le meilleur espace confiné
se sentir en sécurité. Chaque jour

un saint vient nourrir le couple
& je me rapproche
les nuances.

J'ai commencé à penser à eux
comme mon père & rsquos autres fils,
une peau. Frères de patte.

Mes yeux fondent chaque jour.
Un jour, l'eau se coupe.
Puis de nouveau.

Ils sont à l'extérieur des chiens&mdash
c'est-à-dire en bonne santé
& victorieux, déterminé

& un muscle géant
comme le coeur. Papa a enseigné
eux de ne pas aboyer, de pointer

sortir leur proie. Rester.
Étaient-ils là ce jour-là ?
Ils m'appellent

comme des témoins & ne diront pas.
je demande leurs soins
& leur insouciance&mdash

leur souhaiter le pardon.
Je dois les donner.
Je dois leur trouver des maisons,

sommeil agité dans le sien.
Toute la nuit je m'attends à ce qu'ils avancent
comme moi, chaque chien comme un oeil

errant avec les morts
sous un couvercle déverrouillé.

6. &ldquoUn chien à San Francisco&rdquo par Michael Ondaatje

Assis dans une maison vide
avec un chien du cirque mexicain !
O Daisy, l'étreinte est mon seul plaisir.
Tenir et embrasser mes amis. Éducation.
Une vague d'eucalyptus. Granit chaud.
Ce sont les choses que j'ai dans mon cœur.
Du cœur et des compétences, il n'y a rien d'autre.

Je n'aime généralement pas les petits chiens mais vous
comme les femmes du Midwest prennent l'air.
Tu sautes en l'air et tu pivotes
un plongeur qui monte ! Tu es connu
pour ouvrir le frigo et manger quand on veut
vous pouvez baisser les vitres de la voiture et sortir
vous savez quand descendre de l'ascenseur.

J'ai toujours voulu être un chien
mais j'ai hésité
car je pensais qu'ils manquaient de certaines compétences.
Maintenant, je veux être un chien.

7. &ldquoBitch est un mot que j'entends beaucoup&rdquo par Kim Parko

Je déteste le mot, et je suppose que c'est pourquoi il est dit ?
Les gens aiment se faire du mal.
C'est ce qui nous rend humains.
J'aime les chiens.
Ils ne semblent pas être mauvais à moins que les humains ne les fassent de cette façon.
Les chiens peuvent mutiler et ils peuvent renifler des bombes.
Ils se rapprochent le plus possible de vous pendant que vous dormez.
Ils partagent la chaleur et l'odeur au creux de vos genoux.
Existe-t-il vraiment une chose telle que l'innocence ?
Depuis ma naissance, j'ai désiré vivre.
Quotidiennement, je lutte contre les bras serrés de la culpabilité.
Au refuge, le coach d'adoption nous a dit que notre nouveau chien était très motivé par la nourriture.
On m'a traité de pute.
Notre chien tremble lorsqu'il a peur et la seule chose que nous pouvons faire est d'attendre que la peur s'en aille.
Il n'y a pas à le réconforter.
Dans un rêve, ils me tenaient au sol, griffonnaient BITCH sur ma poitrine dans de vieilles braises.
Ils m'ont couvert la tête alors qu'une arme était levée.
J'avais un chien qui m'empêchait autrefois d'entrer dans l'arroyo.
Elle a bloqué mon chemin et n'a pas bougé.
Je ne sais jamais de quoi ou de qui elle m'a sauvé.

8. &ldquoLes chiens à Live Oak Beach, Santa Cruz&rdquo par Alicia Ostriker

#DogPoetry #DogsLife #MyDugLove

Un message partagé par Dug (@dugdogofficial) le 24 novembre 2018 à 18h59 PST

9. &ldquoLost Dog&rdquo par Ellen Bass

Il commence à faire noir, le brouillard s'installe,
herbes humides parfumées d'anis et de menthe,
et bien que j'appelle son nom
jusqu'à ce que ma voix se brise,
il n'y a pas de léger tintement
d'étiquette contre le col, pas d'élégant
silhouette noire avec de grandes oreilles se précipitant
vers moi à travers le radis sauvage.

En fin de compte, il a trotté chez lui,
traçant la route de sa fidèle urine.
Maintenant, il s'étend sur le tapis rouge foncé, pas mort,
pas volé par une voiture sur West Cliff Drive.

Chaque fois que je le regarde, la tête large
reposant sur les pattes tendues,
la joie fait un autre tour de piste
de mon coeur. Même dans le sommeil
quand je me retourne pour soulager ma mauvaise hanche,
Je suis empli de contentement.

Si je pouvais le perdre comme ça tous les jours
Je suis la femme la plus heureuse du monde.

10. &ldquoEn attendant le bonheur&rdquo par Nomi Stone

Le chien sait quand un ami rentrera à la maison
parce que chaque heure, l'odeur de l'ami pâlit,
air rognant la bonne odeur
avec son petit diamant. ça veut dire que tu me manques
Oh tu me manques, comme c'est dur d'attendre
pour mon bonheur, et comme c'est bon quand
ça arrive. Nous voici dans nos corps,
mûrs comme des avocats, plus doux, éclaircissant
avec des latences comme un cœur bleu chaud
d'électricité : nos chevilles nouées à nos
veaux par un fil, utérus étincelant
avec des graines de pastèque nous avons avalé
comme les enfants, le cœur à nouveau très mal, essayant
et en échec. Mais il est presque cinq dit
le chien. Il est presque cinq heures.

11. &ldquoDog&rdquo par Lawrence Ferlinghetti (lu par Bill Murray)

12. &ldquoDog Around the Block&rdquo par E.B. blanche

Chien autour du bloc, renifle,
Reniflement de bouche d'incendie, coin, grille,
Reniflant, toujours, en partant de l'avant,
En arrière, traînant, reniflant en arrière,
Laisse tendue, laisse pendre,
Laisse dans les gens et les pieds s'emmêlent et mdash
Chien renifleur, averti des odeurs,
Amour de la vie, et façades d'habitations,
Rencontrer des ennemis,
Aimer vieille connaissance, renifler,
Bouche d'incendie pour les rappels,
Jambe contre le mur, levez-vous,
Laissant grille, coin salutation,
Chance de rencontre, de reniflement, de rencontre,
Rencontrer, raconter, des nouvelles d'odorat,
Nez à queue, queue à nez,
Rigide, prudent, pose,
Aimer, aimer en partie, détester,
Puis une autre bouche d'incendie, grille,
Laisse tendue, laisse pendre,
Enchevêtrer, renifler, démêler,
Chien autour du pâté de maisons, renifle.

13. &ldquoWhen Buying A Dog&rdquo de Jay Ward (interprété par Jay Ward)

14. &ldquoDharma&rdquo par Billy Collins

La façon dont le chien sort par la porte d'entrée
tous les matins
sans chapeau ni parapluie,
sans argent
ou les clés de sa niche
ne manque jamais de remplir la soucoupe de mon coeur
avec une admiration laiteuse.

Qui donne un meilleur exemple
d'une vie sans encombrement-
Thoreau dans sa hutte sans rideaux
avec une seule assiette, une seule cuillère ?
Gandhi avec son bâton et ses saintes couches ?

Elle entre dans le monde matériel
avec rien d'autre que son manteau marron
et son modeste col bleu,
suivant seulement son nez mouillé,
les portails jumeaux de sa respiration régulière,
suivi seulement par le panache de sa queue.

Si seulement elle n'avait pas poussé le chat de côté
tous les matins
et manger toute sa nourriture
quel modèle d'autonomie elle
serait,
quel parangon de détachement terrestre.
Si seulement elle n'était pas si impatiente
pour frotter derrière les oreilles,
si acrobatique dans ses accueils,
si seulement je n'étais pas son dieu.

15. &ldquoI&rsquoll Never Forget A Dog Named Beau&rdquo par Jimmy Stewart (lu par Jimmy Stewart)

16. &ldquowe n'ont pas le choix dans les corps qui nous retiennent&rdquo par Holly Amos

Chose de saleté et d'eau et d'oxygène marquée par la pensée
et réagir et un canapé
on peut ou non être autorisé
pour dormir. Il peut ne pas me permettre
le toucher ou prendre l'os
de sa bouche, mais il le fait, et c'est un choix
en fonction de nombreux facteurs, dont le moindre n'est pas
est son propre désir de me laisser
faire ces choses. Comment je pourrais jamais
pense ou me sens plus
méritant une seule chose que
cet être, que j'appelle par un nom de la même manière
mes parents m'ont choisi un nom. De la même manière mes gènes
sont allés s'exprimer pour faire mon visage exactement
mon visage. C'est spécial. Ou c'est spécial. Mais c'est un
réponse, la même, pour nous deux.

17. &ldquoA Dog Has Died&rdquo de Pablo Neruda, traduit de l'espagnol par Alfred Yankauer

Mon chien est mort.
Je l'ai enterré dans le jardin
à côté d'une vieille machine rouillée.

Un jour, je le rejoindrai là,
mais maintenant il est parti avec son manteau hirsute,
ses mauvaises manières et son nez froid,
et moi, le matérialiste, qui n'ai jamais cru
dans n'importe quel paradis promis dans le ciel
pour tout être humain,
Je crois en un paradis dans lequel je n'entre jamais.
Oui, je crois en un paradis pour tous les dogmes
où mon chien attend mon arrivée
agitant sa queue en éventail en signe d'amitié.

Ai, je ne parle pas de tristesse ici sur terre,
d'avoir perdu un compagnon
qui n'a jamais été servile.
Son amitié pour moi, comme celle d'un porc-épic
refusant son autorité,
était l'amitié d'une star, distante,
sans plus d'intimité qu'il n'en fallait,
sans exagérations :
il n'a jamais grimpé sur mes vêtements
me remplissant de ses cheveux ou de sa gale,
il ne s'est jamais frotté contre mon genou
comme les autres chiens obsédés par le sexe.

Non, mon chien me regardait,
en me prêtant l'attention dont j'ai besoin,
l'attention requise
pour faire comprendre à une personne vaniteuse comme moi
qu'étant un chien, il perdait son temps,
mais, avec ces yeux tellement plus purs que les miens,
il continue de me regarder
avec un regard qui ne m'est réservé qu'à moi
toute sa vie douce et hirsute,
toujours près de moi, ne me dérangeant jamais,
et ne rien demander.

Ai, combien de fois ai-je envié sa queue
alors que nous marchions ensemble sur les rives de la mer
dans l'hiver solitaire d'Isla Negra
où les oiseaux hivernants remplissaient le ciel
et mon chien poilu sautait
plein de la tension du mouvement sea&rsquos :
mon chien errant reniflant
avec sa queue d'or haute,
face à face avec les embruns de l'océan.

Joyeux, joyeux, joyeux,
car seuls les chiens savent être heureux
avec seulement l'autonomie
de leur esprit impudique.

Il n'y a pas d'adieux pour mon chien qui est mort,
et nous ne nous sommes jamais menti l'un à l'autre.

Alors maintenant il est parti et je l'ai enterré,
et c'est tout ce qu'il y a à faire.

18. &ldquoHalf Border et Half Lab&rdquo par Heather McHugh

Douanes et chimie
se sont fait un nom
et c'était Spot. Il est allé à certains
utopos maintenant, le chien sale, docteur de
entrejambes, creuseur de trous. Au diable vos clartés aériennes,
il aimait notre must et nos erreurs&thinsp&mdash&thinspwhy l'a frappé, alors,
qui nous a fait du bien ? Il est mort, il devrait
être à la maison. He&rsquos damné
éteint, et moi aussi.

Lorsque le bleu est effectué, la loi est rouge.
Quand midi est dit et fait, c'est à nouveau le crépuscule.
L'avidité de la table fait l'avidité du lit.
Alors cave canem, même les étoiles ont des portées&thinsp&mdash&thinsplittle
spectateurs, caquets, tueurs. . . Le matin se lève
les hommes entaillés. (Qu'&rsquos
lait, parmi nos semblables, mais
opportunité pour les déversements?)

Il a sauvé notre désolé
Highfalutin souls&thinsp&mdash&thinspthe Heavens Haven&rsquot a sauvé une mouche. Orion&rsquos
rusé qui peut tolérer ?&thinsp&mdash&thinspcette histoire mettant en vedette, lame de cerclage !&thinsp&mdash
et Sirius n'est qu'une blague de Fido et un rire léger secoue le firmament.
Mais ô le chien de la famille, le Bouddha-chien&thinsp&mdash&thinspson d'une chienne !
il avait un drôle d'os&mince&mdash


10 chiens les plus célèbres de l'histoire

1. Toto, le Cairn Terrier

Beaucoup d'entre nous connaissent la réplique du film bien-aimé, Le magicien d'Oz, quand Dorothy se lamente auprès de son ami canin, "Toto, j'ai l'impression que nous ne sommes plus au Kansas." Mais ce que d'autres ne savent peut-être pas, c'est l'histoire de cette célèbre actrice de chienchien, même si c'est facilement l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire. Toto, de son vrai nom Terry, a été abandonné en tant que chiot. Heureusement pour elle, cependant, elle a été adoptée par l'immigrant allemand Carl Spitz, qui était le dresseur de chiens officieux d'Hollywood.

Avec son aide, elle a été formée pour devenir l'une des actrices canines les plus convoitées de sa génération, jouant aux côtés de certaines des plus grandes stars de l'époque, dont Judy Garland. Avant son gros plan dans Le Magicien d'Oz, Terry connaissait déjà bien les chemins du grand écran. À la fin de sa carrière, elle avait joué dans 17 films, vivant jusqu'à 11 ans.

2. Rin Tin Tin, le berger allemand

Peut-être non seulement l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire, mais aussi le plus célèbre de sa race, Rin Tin Tin, a été trouvé dans la France ravagée par la guerre pendant la Première Guerre mondiale et adopté par un soldat américain nommé Lee Duncan. Le reste de la portée de Rinty – un surnom affectueux qu'il allait être appelé – n'a malheureusement pas réussi. Dans sa nouvelle vie à Los Angeles, Rin Tin Tin a été catapulté au rang de célébrité lorsqu'il a attiré l'attention d'un cinéaste lors d'une exposition canine où il aurait sauté de 12 pieds de haut.

Peu de temps après, Rin Tin Tin est venu jouer dans près de 30 films, dont beaucoup ont été écrits spécialement pour lui. Avant sa mort soudaine – qui a dévasté son propriétaire – Rinty était la mascotte non officielle de chien de Warner Bros. Studios, sauvant efficacement le petit studio de la faillite.

3. Lassie, le colley sauvage

Ce chien unique à poil long était l'une des stars de cinéma canines les plus populaires des années 40 et 50, solidifiant son nom comme l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire. Bien sûr, de nombreux autres personnages canins - Shiloh, Wishbone, Benji - mais aucun ne supporte autant Lassie. Même jusqu'aux dernières années 40, Lassie a été repensée par une série télévisée des années 90 et un long métrage de 2005 réalisé sur le célèbre Collie.

Bien que le personnage de Lassie soit féminin, le rôle a toujours été attribué aux mâles Collies. L'original était un Rough Collie nommé Pal. Depuis la mort de Pal en 1958, tous les rôles de Lassie ont été tenus par des chiots de sa lignée. Et c'est une entreprise familiale assez lucrative, car les rapports montrent que Pal a fait deux fois ce que sa co-star humaine, Elizabeth Taylor, a fait en Lassie rentre à la maison.

4. Trakr, le berger allemand

Plus de 300 chiens de recherche et de sauvetage ont aidé leurs homologues humains dans les mois qui ont suivi les attaques du 11 septembre, aidant à trouver et à découvrir des survivants des kilomètres de décombres. Un rapport a révélé que les chiens étaient particulièrement bouleversés par le manque de survivants qu'ils ont pu trouver, car ils considéraient cela comme un moyen infructueux pour leur travail.

De cette équipe K-9 se trouvaient Trakr et son agent de police, James Symington, qui se sont rendus à New York depuis le Canada pour aider à localiser ceux qui sont piégés ou qui ne respirent plus sous les décombres de Ground Zero. Trakr et Symington sont crédités d'avoir trouvé la dernière survivante, une femme qui avait été emprisonnée sous du béton et de l'acier pendant plus de 24 heures. Leurs actions ont valu à Trakr le titre de l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire.

Trakr a été reconnu par le magazine Time comme l'un des dix animaux les plus héroïques de tous les temps, mais sa renommée ne s'est pas arrêtée là. En 2009, Trakr a été choisi pour être cloné par BioArts International, qui avait cloné des animaux de compagnie tardifs en privé pour un joli centime. En tant que gagnant du concours "Best Friend Again", le clone de Trakr a retrouvé son propriétaire, Symington, qui continue d'entraîner les descendants du chien héroïque à devenir des chiens de recherche et de sauvetage.

5. Bobbie le chien merveilleux, mélange colley-berger

Beaucoup d'entre nous incluons nos chiots avec nous lors de voyages. C'était également le cas pour les Brazier lorsqu'ils ont conduit de Silverton, dans l'Oregon, à Wolcott, dans l'Indianan, pour rendre visite à leur famille avec leurs deux jeunes filles et leur animal de compagnie, Bobbie, un mélange de Scotch-Collie et de berger anglais. Après une bagarre avec quelques chiens errants, Bobbie a décollé. Malheureusement, la famille Brazier a dû rentrer chez elle dans l'Oregon, et malgré le fait de laisser des instructions si le chiot se présentait, ils pensaient qu'ils ne reverraient plus jamais leur animal de compagnie.

Cependant, ils étaient sous le choc lorsque 6 mois plus tard, Bobbie s'est présenté en train de gratter et de tripoter la porte d'entrée de son propriétaire. Une inspection plus approfondie a montré que Bobbie avait parcouru plus de 2 500 milles pendant la saison froide de l'hiver pour retrouver les Braziers. L'histoire de Bobbie est devenue une actualité nationale en quelques semaines, et il a été propulsé sous les projecteurs. Sa célébrité a apporté encore plus d'histoires, beaucoup de personnes qui prétendaient l'avoir aidé dans son voyage, lui donnant des restes, lui donnant de l'eau ou s'occupant de ses pattes écorchées.

Il a tellement attiré l'attention qu'en 1924, Bobbie a même joué dans un film muet. En 1927, Bobbie a été enterrée au cimetière pour animaux de compagnie géré par l'Oregon Humane Society. Aujourd'hui, c'est l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire que nous connaissons. Les touristes du monde entier peuvent visiter la tombe de ce chiot fidèle ainsi qu'une fresque de 70 pieds honorant son voyage dans le centre-ville de Silverton, la maison où il a parcouru tant de kilomètres pour revenir.

6. Balto, le Husky de Sibérie

Alors que beaucoup connaissent peut-être le film pour enfants de 1995 Balto, certains peuvent ne pas se rendre compte que le dessin animé est basé sur des faits. Au milieu des années 1920, au milieu d'un hiver glacial, la ville pittoresque de Nome, en Alaska, était aux prises avec un cas mortel de diphtérie. Sans aucun moyen de transport à leur disposition que des traîneaux à chiens, Anchorage, en Alaska, semblait très éloigné de 500 milles. Mais c'était là que la communauté de Nome devait être pour obtenir un sérum médical qui résoudrait les crises sanitaires.

De nombreux bénévoles du village se sont mobilisés, prêts avec leur équipe de chiens fidèles et sportifs. Créant une chaîne à travers l'Alaska, chaque musher s'installait à différents « points de contrôle » où ils seraient relevés, permettant aux équipes de traîneaux de profiter d'un repos intermittent pendant le voyage de cinq jours. Musher, Gunnar Kaasen, et son jeune Siberian Husky, Balto, étaient la dernière partie de la « course ».

Le sérum apporté avec succès à Nome était le travail acharné et la bravoure de nombreux hommes et de leurs compagnons canins. Pourtant, Balto est devenu le visage d'un succès monumental et est maintenant connu comme l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire. Aujourd'hui, une statue de bronze à Central Park rend hommage à l'endurance et au courage inébranlables que nous en sommes venus à associer à nos amis canins.

7. Nemo, le berger allemand

Au cours des près de 20 ans de la guerre du Vietnam, les forces armées américaines ont utilisé des milliers de chiens militaires (plus de 3 500 pour être exact). Les chiens ont joué un rôle clé dans cette guerre, surtout par rapport aux autres. Les Viet Cong étaient agiles et astucieux, se cachant de manière experte dans la jungle humide qu'ils appelaient leur maison, ce qui les rendait presque impossibles à trouver, leur donnant par conséquent un énorme avantage. Grâce à leurs incroyables capacités olfactives et auditives, les chiens sentinelles ont pu alerter leurs homologues humains de la présence de soldats ennemis même lorsque les chiens ne pouvaient pas les voir.

La police de sécurité K-9, Nemo A534, faisait partie des nombreux chiens de garde stationnés à la base aérienne de Tan Son Nhut dans le cadre de la sécurité. Pendant leur quart, ces chiens alertaient les soldats de l'approche d'ennemis. Souvent, ces chiens ont perdu la vie peu de temps après avoir vocalisé leurs aboiements comme un avertissement précoce. Le 4 décembre 1966, Nemo et son maître tuèrent avec succès deux VC, mais non sans subir leurs propres blessures. Une balle est entrée dans l'œil de Nemo et est sortie du côté de son museau. Malgré sa blessure, Nemo a repoussé tout interlocuteur potentiel en s'étendant sur le corps de son maître blessé jusqu'à l'arrivée des ambulanciers paramédicaux militaires. Nemo ne verrait plus jamais de son œil droit.

Peu de temps après, l'armée a pris sa retraite Nemo. En tant qu'ancien combattant à la retraite et décoré, Nemo accompagnait les agents de recrutement, espérant gagner des enrôlements K-9. À sa mort en 1972, Nemo a reçu une sépulture appropriée, avec sur sa pierre tombale l'inscription « Puisse tous ceux qui entendent l'histoire de Nemo, connaître la vraie mesure du meilleur ami de l'homme. » Aujourd'hui, il est considéré non seulement comme l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire, mais aussi comme l'un des plus grands vétérans de guerre.

8. Jofi, le Chow Chow

Sigmund Freud est un nom bien connu dans le monde de la psychologie. Freud a transmis plusieurs théories psychanalytiques, et presque tout le monde, même s'il n'est pas intéressé par la psychologie, connaît son nom. Mais beaucoup ne connaissent peut-être pas sa grande affection pour les chiens, en particulier la race Chow-Chow. Alors qu'il a acquis de nombreux chiens au cours de sa carrière de pionnier de la psychanalyse, aucun n'est comparable à Jofi (parfois orthographié Yofi).

Freud était entiché de son homologue canin et croyait que les chiens, en particulier Jofi, avaient la capacité de lire les humains. Il l'a même enrôlée pour l'aider à étudier les patients en notant son propre sentiment de calme ou de méfiance envers les étrangers. Freud a constaté qu'un Jofi détendu signifiait que son patient était détendu, alors qu'un Jofi distant signifiait que son patient était anxieux.

Le Chow-Chow intelligent et doux est devenu un incontournable dans le bureau de son maître qu'elle a commencé à intérioriser la durée des séances du célèbre médecin. Lorsque Jofi sortit de son lieu de repos et se dirigea vers la porte, Freud savait que cela faisait exactement 50 minutes depuis le début de la séance et pouvait poliment dire à ses patients : « Le temps est écoulé ! » Alors que le nom de Freud devenait de plus en plus populaire, son chiot est devenu l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire.

9. Lex, le berger allemand

À peine 5 mois après avoir été stationnés à Fallujah, en Irak, Marine Dustin Lee et son compagnon canin entraîné, Lex, ont été victimes d'une attaque à la roquette mortelle pour Dustin. Lex, bien que blessé par des éclats et des éclats d'obus, a survécu à l'attaque. Le chien fidèle aurait dû être traîné de force du côté de son propriétaire afin que les ambulanciers puissent inspecter le jeune Marine. Dans sa jeunesse, Dustin Lee était décrit comme un amoureux des animaux et possédait de nombreux chiens d'enfance et montait à cheval.

Dans l'armée, Dustin était soldat et entraîneur de chiens, rôles qui lui ont finalement valu le titre de maître de chenil alors qu'il était sur la base d'Albany, en Géorgie, avant son déploiement. Alors qu'il aimait entraîner tous les chiens, son lien avec Lex était impénétrable. Après sa mort, sa famille malade a supplié le Corps des Marines des États-Unis de retirer Lex, le soldat canin renifleur de bombes, afin qu'ils puissent adopter le chien. Après des mois de conversation et de paperasse, Lex est devenu le premier chien militaire de travail à recevoir une retraite anticipée à être adopté par la famille survivante d'un Marine perdu et à conserver son titre de l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire.

10. Sinbad, l'adorable cabot

Au beau milieu de la Seconde Guerre mondiale imminente, un navire des garde-côtes a entrepris de surveiller la côte est. Cependant, le capitaine du navire ne savait pas qu'un de ses compagnons s'était involontairement acheté un chiot la nuit précédente. Initialement destiné à tenir compagnie à sa petite amie pendant qu'il était en mer, le marin "Blackie" Rother ne s'attendait pas à ce que le propriétaire de sa petite amie ait un problème avec les animaux de compagnie. Alors il est retourné au navire Campbell avec le cadeau bien intentionné caché dans son sac de mer.

Sinbad, un cabot brun et noir, a été rapidement découvert par le capitaine, qui a vu de manière assez surprenante l'animal comme une opportunité d'enseigner la responsabilité de son équipage, leur ordonnant de prendre soin du chien. Peut-être pas loin du raisonnement du capitaine, prendre soin de Sinbad est devenu une ressource de lien et de camaraderie parmi les marins. À tel point que Sinbad s'est même enrôlé, signant ses papiers d'une patte trempée dans l'encre. Sinbad a pris son enrôlement au sérieux, il a été promu Chief Dog après plusieurs années en 1ère classe.

Sinbad a vécu jusqu'à 14 ans, dont 11 au service de la garde côtière des États-Unis. Il a été enterré avec cérémonie et officiellement reconnu comme un garde-côte, en l'honneur des cinq années qu'il a passées sur le Campbell dans lequel il a même été témoin de la guerre. Aujourd'hui, son souvenir demeure l'un des chiens les plus célèbres de l'histoire.


  • L'image montre à quoi ressemblaient certaines races de chiens avant l'élevage sélectif
  • De nombreux chiens ont été développés pour être plus sujets aux maladies qu'auparavant
  • Nous avons conçu 167 races différentes avec des traits physiques et mentaux uniques
  • Les humains ont commencé une relation avec les chiens il y a 18 000 à 30 000 ans

Publié: 22:02 BST, 7 mars 2016 | Mise à jour : 10:00 BST, le 8 mars 2016

Ils sont peut-être le meilleur ami de l'homme, mais l'homme les a aussi transformés au-delà de toute reconnaissance, révèlent ces images incroyables de races de chiens.

Mais tout comme nous avons modifié la nourriture pour qu'elle ait un meilleur goût, nous avons également élevé des chiens pour qu'ils aient des traits physiques et mentaux uniques.

Une nouvelle série d'images montre comment l'obsession humaine de créer le chien parfait a façonné certaines races pour qu'elles soient presque méconnaissables il y a des centaines d'années - et a introduit des maladies douloureuses dans le processus.

Les humains ont domestiqué les chiens avant d'apprendre à cultiver. Mais avec notre obsession de créer une race parfaite, ils sont presque méconnaissables de leurs premiers ancêtres. Ici, on dit que le bouledogue anglais est le chien le plus changé par rapport à ses ancêtres, car il a tellement enduré la reproduction qu'il souffre de presque toutes les maladies possibles.

PROBLÈMES COURANTS DE PEDIGREE

Certaines races sont partiellement sensibles à certains défauts et maladies héréditaires.

Par exemple, les récupérateurs sont sujets à des troubles oculaires héréditaires tels que les cataractes juvéniles.

L'eczéma chronique est fréquent chez les bergers allemands, a rapporté Healthline.

Les chiens, y compris le Shar Pei et le Basset Hound, peuvent être élevés pour une peau pliée ou tombante qui peut interférer avec leur vision.

Les Jack Russell sont sujets au glaucome, ce qui peut entraîner une perte progressive de la vision.

Les Setters irlandais peuvent souffrir d'un trouble neurologique héréditaire grave appelé tétraplégie.

La principale cause de décès chez les bouledogues anglais est l'arrêt cardiaque, le cancer et la vieillesse.

La queue enroulée du Carlin est en fait un défaut génétique qui conduit à la paralysie.

Les teckels sont sujets aux pathologies liées à l'achondroplasie, à la PRA et aux problèmes de jambes

Les chiens atteints de la maladie ont parfois du mal à se tenir debout et souffrent de convulsions.

En identifiant les traits les plus forts et les plus beaux, tels que la taille, le pelage et le comportement, nous avons conçu au moins 167 races différentes avec des caractéristiques physiques et mentales uniques, selon la Science of Dogs.

Cet élevage est en train de muter et de défigurer lentement les chiens et certains de ces changements ont causé à ces animaux des douleurs insupportables.

La pression pour créer le chien parfait découle des normes de l'American Kennel Club, qui sont les directives officielles pour les chiens d'exposition.

Ces normes peuvent aller de la couleur des yeux du chien, de la taille de ses pattes à la courbe de sa queue.

« Aujourd'hui, de nombreuses races sont hautement consanguines et expriment par conséquent une extraordinaire variété de défauts génétiques : des défauts allant de problèmes anatomiques, comme la dysplasie de la hanche, qui provoquent des souffrances chroniques, à une altération de la fonction immunitaire et une perte de résistance à des maladies mortelles comme le cancer. » James A. Serpell, professeur d'éthique et de bien-être animal à l'École de médecine vétérinaire de l'Université de Pennsylvanie, a déclaré à WhoWhatWhy.

"Le seul moyen sensé de sortir de cette impasse génétique est le croisement sélectif avec des chiens d'autres races, mais cela est considéré comme un anathème par la plupart des éleveurs car cela affecterait inévitablement la" pureté "génétique de leurs races."

La plupart des races de chiens actuelles ne remontent qu'à environ 150 ans, lorsque les races ont été enregistrées et codifiées pour la première fois à l'époque victorienne en Angleterre, rapporte Tech Insider.


Hachiko était un chien Akita dans le Japon des années 1920 dont on se souvient encore pour son extraordinaire loyauté envers son maître. Hachiko a été adopté par Hidesaburō Ueno, professeur à l'Université de Tokyo. Au fil des ans, les deux ont développé un lien profond et sont rapidement devenus les meilleurs amis. Eizaburo aimait profondément son chien et le traitait comme son fils et le lien entre les deux était devenu bien connu.

Chaque après-midi, Hachiko envoyait le professeur travailler le matin à la gare de Shibuya dans le centre de Tokyo, puis attendait qu'il revienne du travail pour que les deux puissent rentrer ensemble à pied. Malheureusement, un jour alors qu'il travaillait, Ueno est décédé en mars 1925 des suites d'une attaque soudaine d'hémorragie cérébrale. Ce soir-là aussi, Hachiko a attendu le retour du propriétaire mais malheureusement, il ne l'a jamais fait.

Le chien abattu a ensuite été recueilli par un ancien jardinier de la famille Ueno. Cependant, chaque après-midi, Hachiko continuait d'attendre le professeur à la gare. Il restait assis là pendant des heures, attendant patiemment en vain le retour de son propriétaire bien-aimé. Les jours se sont transformés en mois et les mois se sont transformés en années, mais la loyauté de Hachiko envers Ueno est restée inébranlable. Pendant le reste de sa vie de dix ans, il a continué à se rendre à la gare de Shibuya chaque jour et a attendu son maître.

L'histoire de Hachiko avait alors voyagé dans tout le Japon et il était devenu un héros national. À sa mort en 1935, une statue de bronze en sa mémoire a été construite à côté de la gare de Shibuya. La statue est toujours debout aujourd'hui, nous rappelant à quel point l'amour d'un chien peut être profond et éternel.


Voici le Top 24 des chiens les plus dangereux au monde

24. Boer Boel

Le chien Boer Boel est une énorme race de chien Mastiff appartenant à l'Afrique du Sud. Le chien a été élevé comme chien de garde pour une ferme ou une maison . Ils ont été utilisés comme première ligne de défense contre les prédateurs.

Ils sont très intelligents pour attaquer et retenir une victime blessée. Ce sont des chiens très fidèles et très protecteurs envers leur propriétaire et leur famille.

23. Gull Dong

Le Gull Dong est une race de chien mixte très forte du Pakistan. C'est un croisement entre Bully Kutta et Gull Terrier. Ce sont les races avec lesquelles les Gull Dongs sont souvent confondus.

Le chien Gull Terrier est aussi appelé Bull Terrier pakistanais , et Le tyran Kutta est dénommé Le mastiff pakistanais , Mastiff indien ou PBK. Le Gull Dongs est un croisement entre 3 quarts de Gull Terrier et un quart de Bully Kutta.

Gull Dong tire le trait d'agilité et de rapidité de Terrier de mouette et la taille et la puissance de Bully Kutta en apparence et en apparence. C'est un chien de taille moyenne, plus grand que le Gull Terrier et plus compact que le Mastiff indien ou le Bully Kutta.

Les experts ne savent pas grand-chose de l'histoire du Gull Dong en dehors de son origine.

Il appartient à l'Inde coloniale britannique, dans la région qui est devenue une partie du Pakistan en 1947. La race de chien est super puissante et forte. Le Dong a été spécialement élevé pour être un chien de combat. Parfois, il peut devenir très agressif et difficile à contrôler.

22. Basenji

Le Basenji est une race de chien de chasse locale bien connue qui a son origine en Afrique centrale. Classé comme un chien de chasse fort, Basenji fait preuve de curiosité, de vigilance et d'affection . Cependant, ils sont assez réservés avec les étrangers. De tous les types de race, Basenji est le deuxième chien le moins dressable.

21. Ovcharka du Caucase / Berger du Caucase

L'Ovcharka du Caucase, également appelé berger du Caucase, a été à l'origine élevé pour protéger le bétail. Un Ovcharka caucasien est volontaire, affirmé et courageux.

Cependant, ils ne représentent qu'une menace et présentent des tendances ingérables et vicieuses lorsqu'ils ne sont pas correctement formés et socialisés. Ils n'acceptent pas les gens et n'ont donc pas la forte envie de se défendre.

Si vous n'êtes pas prêt à vous occuper d'un chien dangereux comme l'Ovcharka Caucasus, vous devriez opter pour des races de chiens plus petites.

20. Shar Pei

Shar-Pei est un chien qui est domestiqué mais qui a encore besoin d'une socialisation et d'un entraînement appropriés pour devenir un bon animal de compagnie. S'ils ne sont pas bien entraînés, ils peuvent présenter un risque sérieux pour les humains et devenir agressifs.

Ces chiens sont connus pour leurs plis cutanés ridés. Comme beaucoup d'autres chiens de la liste, Shar-Pei a également été élevé pour être un chien de garde fidèle en Chine.

19. Dalmatien

Surprenant, mais vrai ! Les héros classiques des 101 Dalmatiens de Disney figurent sur la liste des chiens les plus dangereux au monde.

Les Dalmatiens sont de grande taille avec des corps musclés. Ils ont une grande endurance par rapport à la plupart des espèces de chiens dans l'ensemble du règne animal . Cependant, s'ils sont irrités dans une certaine mesure, le niveau de dommages qu'ils peuvent causer est inimaginable !

18. Bedlington Terrier

Bedlington Terrier peut ressembler beaucoup à un mouton miniature en apparence. Mais ce n'est pas un chien qui peut être croisé, surtout lorsqu'il s'agit d'une autre espèce canine de la même taille.

La raison pour laquelle nous avons inclus Terrier de Bedlington dans cette liste parce que ce chien est considéré comme un “Chien polyvalent, bon avec les enfants et adapté pour tuer tout autre chien de son poids.”

17. Jindo coréen

Ce Jindo est le chien national de Corée. C'est un animal de compagnie préféré en raison de sa nature gentille et loyale. S'il est gentil et loyal, pourquoi figurer dans la liste des chiens les plus agressifs du monde ? Eh bien, il a aussi un côté effrayant !

Si vous ne prenez pas suffisamment soin de la race des chiens, leur nature agréable peut rapidement devenir un trait dominant et destructeur.

Maintenant, ce sont des comportements communs que tous les propriétaires aimeraient éviter d'avoir chez leurs animaux de compagnie ! Alors, assurez-vous de bien les former et de leur montrer suffisamment d'affection et de soins.

16. Chow-Chow

Cette race de chien d'Asie de l'Est est l'une des plus anciennes encore existantes. Une légende chinoise a appelé le chien : les grands chiens de guerre d'Asie centrale qui ressemblaient à des lions à langue noire. Bouffe Bouffes sont appelés Songshi Quan dans le nord de la Chine , ce qui signifie “ Chien Lion gonflé, ” et il est facile de comprendre pourquoi, avec leurs petites oreilles et leurs crinières touffues.

Ils ont également des mâchoires puissantes comme un lion avec une force de morsure de 220 livres par pouce carré (PSI) et peuvent devenir agressifs en raison du manque de socialisation ou de surprotection de leurs propriétaires.

Un souverain chinois aurait possédé environ 5 000 Chows. Le plus souvent gardés comme animaux de compagnie, les Chow Chows ont tendance à reconnaître les étrangers et à protéger leurs propriétaires et leurs biens.

15. Bulldog pakistanais – Bully Kuta

Les Bully Kutta est un type de gros chien qui remonte au 16ème siècle dans le sous-continent indien. Le Bully Kutta est un chien de travail utilisé pour la chasse et la garde. Le type de chien est très populaire dans la région du Pendjab en Inde et au Pakistan, y compris l'Haryana et Delhi, et dans le Tamil Nadu.

Ce chien fort et intelligent est connu sous plusieurs noms, dont Bully Gull Terrier, Gull Dong, et Kanda. Bouledogues pakistanais sont intelligents, loyaux et déterminés, ce qui signifie qu'ils ont besoin d'un propriétaire qui soit un leader fort.

Sans une formation appropriée et cohérente et un œil vigilant, ils peuvent être très dangereux.

14. Le Japonais Akita

L'Akita, également connu sous le nom d'Akita-Inu, est une grande race de chien originaire des régions montagneuses du nord du Japon. Il existe deux races distinctes d'Akita : La souche japonaise, communément appelée Akita Inu ou Akita japonais, et la souche américaine, appelée Akita ou American Akita.

La souche japonaise a une gamme de couleurs étroite, toutes les autres couleurs étant considérées comme typiques de la race, tandis que la souche américaine est disponible dans toutes les couleurs de chien.. L'Akita a un double pelage court semblable à de nombreuses autres races de spitz du Nord.

Les Akitas ont tendance à être très forts. Ils ont naturellement un aspect imposant, et leur nature calme peut renforcer cette impression.

Bien qu'affectueux envers leurs humains préférés, les Akitas ont tendance à être protecteurs, méfiants envers les étrangers et n'aiment pas particulièrement les autres animaux. Ils peuvent être dangereux sans une formation appropriée et une manipulation soigneuse.

13. Perro de Presa Canario

Le Presa Canario est une race espagnole de gros chiens également connue sous le nom de Dogue des Canaries ou attraper le type de chien. Ces grands chiens viennent de la région autonome des îles Canaries et se trouvent principalement sur les îles de Gran Canaria et de Tenerife.

Souvent décrit comme un chien fort et dominant. Le Presa Canario est utilisé comme chien de travail pour le bétail mais est une combinaison de plusieurs races de chiens de combat. Il y a des rumeurs selon lesquelles cette race, comme le pit-bull, est également utilisée dans des combats aériens mortels.

12. Fila Brasileiro

Le Fila Brasileiro, également connu sous le nom de Le Dogue Brésilien, est une grande race de chien de travail et a été développée au Brésil. Il est connu pour son excellente capacité de suivi, son agressivité et son tempérament impitoyable et turbulent. Au lieu d'attaquer sa proie, le Fila Brasileiro capture sa proie et attend l'arrivée du chasseur.

Ces chiens font d'excellents chiens de garde mais nécessitent des propriétaires expérimentés. Ils sont connus pour être très agressifs et protecteurs et sont craints pour leur comportement incontrôlable. De nombreux morts et attaques ont été signalés dans le passé.

11. Le Bullmastiff

Les Bullmastiffs sont des chiens intelligents, athlétiques et énergiques. Ils ont un tempérament naturellement agressif qui peut s'avérer fatal s'il n'est pas correctement soigné . Les Bullmastiffs sont généralement utilisés comme chiens de garde en raison de leur comportement capricieux.

Ces chiens peuvent devenir fiables et obéissants avec un entraînement constant dès leur plus jeune âge. Les Bullmastiffs ont causé 14 décès entre 2005 et 2017, selon dogbite.org.

10. Le bouledogue américain

Les bouledogues américains sont un chien athlétique bien équilibré qui fait preuve d'une grande force, d'une grande endurance, d'une agilité et d'un comportement amical. Dans le passé, ils étaient élevés comme chiens de travail, utilisés pour les travaux agricoles. Selon dogbite.org, ils ont causé 15 décès (3,5%) entre 2005 et 2017.

9. Malamute d'Alaska

Les Malamutes d'Alaska sont des chiens à haute énergie, et si leur énergie n'est pas utilisée de manière positive, ils peuvent se transformer en chiens assez agressifs ! Ils ont un besoin pressant de chasser des proies, ils doivent donc être soigneusement soignés ! Une autre chose importante est qu'ils apprennent lentement, ce qui demande beaucoup de patience à l'entraînement !

Le CDC a signalé 12 décès liés à des morsures de chiens attribués à des malamutes d'Alaska . Pour les mélanges suspectés de malamute, 3 décès sont répertoriés, qui peuvent ou non être du malamute car il s'agit de plusieurs races ayant une apparence similaire.

Alors que le Malamute d'Alaska peut être un chien indépendant comme d'autres chiens de traîneau comme les Huskies de Sibérie, leur taille, leur force et leur endurance peuvent en faire une poignée pour un propriétaire inexpérimenté qui est incapable de les former et de les socialiser quand ils étaient plus jeunes.

8. Kangal

Cette grande race de chien de berger a ses racines au Turkestan et vient du Famille de chien dogue. Les Kangals sont assez grands et forts pour repousser d'imposants prédateurs tels que les loups et les ours.

Bien que défensifs, les Kangals sont également doux et amicaux. Mais leur taille et leur force de morsure seraient aussi puissantes que 743 PSI, ce qui les rend très dangereuses pour quiconque menace ces gentils géants ou toute autre chose dont ils ont la garde et la possession.

7. Le chien-loup

Le premier élevage de chiens-loups enregistré en Grande-Bretagne remonte à 1766, quand on pense que un loup mâle a été accouplé avec un chien domestique . Un certain nombre d'experts pensent qu'ils peuvent faire la différence entre un loup, un chien et un chien-loup, mais ils se sont trompés lorsqu'ils ont présenté leurs preuves devant le tribunal.

Ces races sont connues pour être un mélange de chiens domestiques et de loups sauvages. Ces animaux ont des instincts protecteurs et peuvent être très sauvages en raison de leur comportement imprévisible, qui résulte probablement de l'élevage d'animaux sauvages avec des chiens communs. Dans certains pays, il est interdit de posséder et d'élever ce chien.

6. Husky de Sibérie

Le Husky de Sibérie est également considéré comme l'un des chiens les plus dangereux au monde. Le Husky Sibérien est une race de chien de taille moyenne. La race appartient à la famille génétique des Spitz. Son épaisse fourrure double, ses oreilles triangulaires dressées et ses marques distinctives sont beaucoup plus petites qu'un chien très ressemblant, le Malamute d'Alaska.

Les Huskies de Sibérie ont été élevés pour être des chiens de travail, tout comme les Malamutes d'Alaska, c'est pourquoi ils ne sont pas très sociables ! Mais avec une approche et une formation appropriées, vous pouvez les rendre plus amicaux et plus calmes ! Une mauvaise socialisation et un entraînement les transformeront sûrement en chiens agressifs et dangereux !

Les chiens les plus dangereux du monde

5. Dobermann Pinscher

Le Doberman Pinscher ou Doberman se trouve aux États-Unis et le Canada est une race de chien domestique de taille moyenne découverte à l'origine vers 1890 par Karl Friedrich Louis Dobermann, un collecteur d'impôts allemand.

Les Doberman Pinschers sont connus pour être très intelligents, forts et très sensibles au son ! Ils sentiront le danger et réagiront seuls ! Ils sentiront le danger et réagiront d'eux-mêmes ! Ces chiens sont naturellement agressifs envers les étrangers, et leur taille joue également un rôle pour les rendre encore plus dangereux ! S'ils ne sont pas correctement entraînés et retenus, ils peuvent vraiment causer des dégâts !

4. Bergers allemands

Les bergers allemands sont des races de chiens supérieures, travailleuses, fidèles et très intelligentes. Ils sont grands et ont une silhouette athlétique très mince qui les rend à la fois très forts et agiles. Bien qu'ils soient d'excellents chiens de berger, les bergers allemands font de très bons chiens de travail, comme les chiens-guides pour aveugles.

Les bergers allemands peuvent réagir très rapidement et sont extrêmement concentrés sur la réduction du danger. Ils peuvent faire des dégâts mortels ! La nature agressive des GSD peut être quelque peu atténuée avec une formation, une socialisation et une affection appropriées ! De cette façon, vous aurez un animal de compagnie fidèle et très affectueux !

Un berger allemand peut-il être considéré comme un bon chien de famille ?

Les bergers allemands peuvent être des compagnons extrêmement doux et des protecteurs familiaux avec une formation et une socialisation appropriées. C'est une race idéale pour les familles avec des ménages actifs. L'intelligence et le comportement protecteur de cette race peuvent en faire un bon choix pour les familles avec enfants, à condition que le chien soit correctement dressé. Ce chien est également considéré comme l'un des chiens les plus dangereux au monde.

3. Les chiens les plus dangereux du monde – Rottweilers

Le Rottweiler est une race de chien domestique considérée comme moyenne à grande ou grande. Les chiens étaient connus en allemand comme Rottweiler Metzgerhund, ce qui signifie Chiens de boucherie Rottweil, car ils se reproduisent principalement pour rassembler le bétail et transporter des chariots chargés de viande au marché.

Les rottweilers sont connus pour posséder l'un des pires tempéraments et sont également considérés comme un chien ne convenant pas aux familles, notamment aux familles dont le propriétaire est un amateur, sans nature paisible et affirmée ! Ils doivent être constamment entraînés et être constamment en alerte pour éviter des réactions dangereuses !

2. L'American Pit Bull Terrier – Les chiens les plus dangereux au monde

Le Pitbull est une terminologie utilisée aux États-Unis pour un type de chien provenant des bouledogues et des terriers, tandis que dans d'autres pays, comme le Royaume-Uni, le terme est utilisé comme abréviation pour le Race American Pit Bull Terrier. Le terme a été utilisé pour la première fois en 1927.

Les Pit Bulls sont des chiens de combat vicieux et poursuivront leur tâche avec enthousiasme jusqu'à ce qu'ils soient terminés ! Ils ont une mâchoire et une morsure très fortes et sont connus pour ne pas lâcher leur morsure facilement ! Par conséquent, ils doivent être formés et socialisés tôt pour éviter des situations inutilement dangereuses !

Les pit-bulls américains sont l'un des chiens les plus dangereux et ont été interdits par de nombreux pays à travers le monde. Ce chien de taille moyenne, intelligent et à poil court est l'une des races de chiens les plus dangereuses au monde. Les principales caractéristiques de l'American Pit Bull Terrier sont la force, la confiance en soi et la joie de vivre.

Cette race est très adaptée aux événements de performance en raison de son haut niveau d'intelligence et de sa volonté de travailler.

Selon dogbite.org, les chiens ont tué 433 Américains au cours de la période de 13 ans allant de 2005 à 2017. Les pit-bulls ont contribué à 66% (284) de ces décès.


4 Un orateur public moche


Si vous voulez devenir président des États-Unis, vous devez savoir comment prononcer un discours. Se présenter devant une caméra et remuer la nation sont à peu près obligatoires pour ce travail particulier. Même si vous avez besoin d'un téléprompteur ou inventez de nouveaux mots sur le champ, vous devez vous sentir à l'aise devant une foule. Mais cela a toujours été le cas. Prenez Thomas Jefferson par exemple. Il détestait absolument parler en public.

Riche, intelligent et mesurant environ 188 centimètres (6&rsquo2&Prime), Jefferson n'a pas l'air d'être un gars timide, mais l'homme était une giroflée. John Adams a dit un jour à propos de Jefferson : « Pendant tout le temps que j'ai passé avec lui au Congrès, je ne l'ai jamais entendu prononcer trois phrases ensemble. » Peut-être Jefferson était-il si silencieux parce qu'il était si modeste. Au début, il a même insisté pour qu'Adams rédige la Déclaration d'indépendance. Ou peut-être qu'il gardait le silence parce qu'il était gêné par la façon dont il sonnait. Certains historiens pensent que Jefferson avait une voix aiguë et bégayait souvent.

Quelle que soit la raison, Jefferson était terrifié par les foules, et cela n'a pas beaucoup contribué à sa carrière d'avocat. En fait, Jefferson était parfois si nerveux qu'il faisait semblant d'être malade pour éviter de prononcer un discours. Apparemment, Jefferson n'a prononcé que deux discours pendant toute sa présidence, les deux lors de son investiture, mais il était si silencieux que les journaux ont dû imprimer ses mots à l'avance pour que les spectateurs puissent les lire.

Pour éviter de prononcer ses discours sur l'état de l'Union, Jefferson écrivait un discours et le faisait lire à quelqu'un, une tradition qui s'est poursuivie jusqu'à ce que Woodrow Wilson prenne ses fonctions. Les psychiatres de l'Université Duke affirment que Jefferson souffrait de phobie sociale, mais quelle qu'en soit la cause, Jefferson était sans aucun doute l'un des politiciens les plus silencieux à avoir jamais travaillé à la Maison Blanche.


La journaliste Laurie Clarke a publié un article dans le British Medical Journal sur la censure de la science et sur qui sont vraiment ces "fact-checkers" de la Big Tech.

Pourquoi y a-t-il eu un tel effort pour cacher des informations qui menacent le récit accepté que nous recevons du grand public ? Qu'est-ce qui se passe ici? Comment est-ce légal, moral et éthique?

Prenez un moment et respirez. Placez votre main sur votre poitrine, près de votre cœur. Respirez lentement dans la zone pendant environ une minute, en vous concentrant sur une sensation de bien-être qui pénètre dans votre esprit et votre corps. Cliquez ici pour savoir pourquoi nous suggérons cela.

La censure de l'information est à un niveau record, mais les gens reconnaissent-ils vraiment dans quelle mesure elle a été et est en train d'être effectuée ? Un article récent publié dans le British Medical Journal par la journaliste Laurie Clarke a mis en évidence le fait que Facebook a déjà supprimé au moins 16 millions de contenus de sa plateforme et ajouté des avertissements à environ 167 millions d'autres. YouTube a supprimé près d'un million de vidéos liées, selon eux, à des "informations médicales covid-19 dangereuses ou trompeuses".

En tant que média indépendant, Collective Evolution a vécu cette censure de première main. Nous avons également été en contact et avons vu de nombreux médecins et scientifiques de renommée mondiale être soumis au même type de traitement de la part de ces organisations de médias sociaux. Il n'y a pas longtemps, j'ai écrit un article sur le Dr Martin Kulldorff, un professeur de médecine de Harvard qui a eu des problèmes avec Twitter. J'ai fait de même avec le Dr Carl Heneghan, professeur de médecine factuelle à Oxford et médecin généraliste d'urgence qui a écrit un article sur l'efficacité des masques faciaux pour arrêter la propagation du COVID. Son article n'a pas été supprimé, mais une étiquette lui a été ajoutée par Facebook disant qu'il s'agissait de "fausses informations". Il existe de nombreux autres exemples.

L'article de Clarke dit, en ce qui concerne les messages qui ont été supprimés et étiquetés, que,

« Alors qu'une partie de ce contenu est susceptible d'être délibérément erronée ou de manière vindicatif trompeuse, la pandémie est jonchée d'exemples d'opinions scientifiques qui ont été pris dans le filet. »

C'est vrai, prenez par exemple le débat sur les origines du laboratoire du COVID. Au début de la pandémie, vous n'étiez même pas autorisé à mentionner que le COVID pouvait provenir d'un laboratoire, et si vous le faisiez, vous étiez puni pour l'avoir fait. donc. Les plateformes médiatiques indépendantes ont été démonétisées et soumises à des changements d'algorithmes. Maintenant, tout d'un coup, les médias grand public en discutent comme une possibilité légitime. Cela n'a aucun sens.

Laurie Clarke décrit dans sa pièce,

Cela souligne la difficulté de définir la vérité scientifique, ce qui soulève la plus grande question de savoir si les plateformes de médias sociaux telles que Facebook, Twitter, Instagram et YouTube devraient être chargées de cela du tout…

"Je pense qu'il est assez dangereux que le contenu scientifique soit qualifié de désinformation, simplement à cause de la façon dont les gens pourraient le percevoir", déclare Sander van der Linden, professeur de psychologie sociale dans la société à l'Université de Cambridge, au Royaume-Uni. « Même si cela pourrait correspondre à une définition (de la désinformation) dans un sens très technique, je ne suis pas sûr que ce soit la bonne façon de le décrire de manière plus générale, car cela pourrait conduire à une plus grande politisation de la science, ce qui n'est pas souhaitable. .”

Ce type de «politisation de la science» est exactement ce qui s'est passé pendant cette pandémie.

La science est supprimée à des fins politiques et financières. Le Covid-19 a déclenché une corruption d'État à grande échelle, et il est nocif pour la santé publique. Les politiques et l'industrie sont responsables de ces malversations opportunistes. Il en va de même pour les scientifiques et les experts de la santé. La pandémie a révélé comment le complexe médico-politique peut être manipulé en cas d'urgence, à un moment où il est encore plus important de protéger la science. – Kamran Abbas est médecin, rédacteur en chef du British Medical Journal et rédacteur en chef du Bulletin de l'Organisation mondiale de la santé. (la source)

Un point important à faire passer est également le fait que ces vérificateurs de faits indépendants travaillent avec Facebook, qui à son tour travaille avec le gouvernement. Le lanceur d'alerte de la NSA, Edward Snowden, a fait part de ses réflexions sur la censure que nous avons observée pendant cette pandémie en novembre de l'année dernière, déclarant ce qui suit :

En secret, ces entreprises avaient toutes accepté de travailler avec le gouvernement américain bien au-delà de ce que la loi exigeait d'elles, et c'est ce que nous voyons avec cette nouvelle poussée de censure est vraiment une nouvelle direction dans la même dynamique. Ces entreprises ne sont pas obligées par la loi de faire presque tout ce qu'elles font réellement, mais elles vont au-delà, pour, dans de nombreux cas, augmenter la profondeur de leur relation (avec le gouvernement) et la volonté du gouvernement pour éviter d'essayer de les réguler dans le contexte de leurs activités souhaitées, qui est finalement de dominer l'espace de conversation et d'information de la société mondiale de différentes manières… Ils essaient de vous faire changer votre comportement.

Si vous n'êtes pas à l'aise de laisser le gouvernement déterminer les limites d'un discours politique approprié, pourquoi suppliez-vous Mark Zuckerberg de le faire ?

Je pense que la réalité ici est… il ne s'agit pas vraiment de liberté d'expression, et il ne s'agit pas vraiment de protéger les gens contre le mal… Je pense que ce que vous voyez, c'est qu'Internet est devenu de facto le moyen de communication de masse. Cela représente l'influence qui représente le pouvoir, et ce que nous voyons, c'est que nous voyons un grand nombre de tribus différentes se chamailler pour essayer de prendre le contrôle de cet instrument de pouvoir.

Ce que l'on constate, c'est une tendance croissante à faire taire les journalistes qui disent des choses minoritaires.

On se demande si cette « vérification des faits » concerne réellement la vérification des faits ? Ou est-ce qu'il se passe autre chose ici ?

Vous trouverez ci-dessous une ventilation de l'article de Clarke illustrant le fonctionnement de la vérification des faits et le problème posé par le suivi de la science. Comme nous l'avons signalé à plusieurs reprises au cours des 5 dernières années, nous avons décidé de laisser nos lecteurs l'entendre de quelqu'un d'autre pour changer, car il est vraiment très encourageant de voir plus d'enquêteurs arriver à ces conclusions.

Comment fonctionne la vérification des faits

La dernière décennie a vu une course aux armements entre les utilisateurs qui colportent de la désinformation (intentionnellement conçue pour induire en erreur) ou qui partagent involontairement de la désinformation (dont les utilisateurs ne réalisent pas qu'elle est fausse) et les plateformes de médias sociaux qui se retrouvent chargées de la contrôler, qu'elles veuillent ou pas.1

Lorsque Le BMJ interrogé Facebook, Twitter et YouTube (qui appartient à Google), ils ont tous souligné leurs efforts pour supprimer le contenu potentiellement dangereux et orienter les utilisateurs vers des sources d'information faisant autorité sur le covid-19 et les vaccins, y compris l'Organisation mondiale de la santé et les US Centers for Contrôle et prévention des maladies. Bien que leurs politiques de modération diffèrent légèrement, les plateformes suppriment ou réduisent généralement la diffusion de contenus qui contestent les informations fournies par les autorités sanitaires telles que l'OMS et le CDC ou diffusent de fausses allégations de santé considérées comme nuisibles, y compris des informations incorrectes sur les dangers des vaccins.

Mais la pandémie a vu un patchwork changeant de critères utilisés par ces entreprises pour définir les limites de la désinformation. Cela a conduit à des demi-tours frappants: au début de la pandémie, les messages disant que les masques aidaient à empêcher la propagation de covid-19 étaient étiquetés «faux» maintenant c'est le contraire, reflétant la nature changeante du débat académique et des recommandations officielles .

Twitter gère sa vérification des faits en interne. Mais Facebook et YouTube s'appuient sur des partenariats avec des vérificateurs de faits tiers, réunis sous l'égide de l'International Fact-Checking Network, un organisme non partisan qui certifie d'autres vérificateurs de faits, dirigé par le Poynter Institute for Media Studies, un journalisme à but non lucratif. école à Saint-Pétersbourg, en Floride. Les principaux donateurs de Poynter sont le Charles Koch Institute (un organisme de recherche sur les politiques publiques), le National Endowment for Democracy (une agence gouvernementale américaine) et le réseau Omidyar (une « société d'investissement philanthropique »), ainsi que Google et Facebook. Poynter est également propriétaire du Tampa Bay Times journal et le vérificateur de faits de haut niveau PolitiFact. L'Institut Poynter a refusé Le BMJl'invitation à commenter cet article.

Pour le contenu scientifique et médical, le réseau international de vérification des faits implique des entités peu connues telles que SciCheck, Metafact et Science Feedback. Health Feedback, une filiale de Science Feedback, sélectionne des scientifiques pour rendre son verdict. En utilisant cette méthode, il a qualifié de « trompeur » un le journal Wall Street article d'opinion2 prédisant que les États-Unis auraient une immunité collective d'ici avril 2021, écrit par Marty Makary, professeur de politique et de gestion de la santé à l'Université John Hopkins de Baltimore, Maryland. Cela a incité le journal à publier une réfutation intitulée « Vérification des faits par les vérificateurs des faits de Facebook », arguant que la note était « une contre-opinion déguisée en vérification des faits ».3 Makary n'avait pas présenté son argument comme une affirmation factuelle, selon l'article, mais avait fait une projection fondée sur son analyse de la preuve.

Un porte-parole de Science Feedback raconte Le BMJ que, pour vérifier les allégations, il sélectionne des scientifiques sur la base de « leur expertise dans le domaine de l'allégation/de l'article ». Ils expliquent : « Les éditeurs de Science Feedback commencent généralement par rechercher la littérature académique pertinente et par identifier les scientifiques qui ont rédigé des articles sur des sujets connexes ou qui ont l'expertise nécessaire pour évaluer le contenu. »

L'organisation demande ensuite aux scientifiques sélectionnés de se prononcer directement ou recueille les affirmations qu'ils ont faites dans les médias ou sur les réseaux sociaux pour parvenir à un verdict. Dans le cas de l'article de Makary, il a identifié 20 scientifiques pertinents et a reçu les commentaires de trois.

« Suivez la science »

La nature litigieuse de ces décisions est en partie due à la façon dont les plateformes de médias sociaux définissent les concepts glissants de désinformation par rapport à la désinformation. Cette décision repose sur l'idée d'un consensus scientifique. Mais certains scientifiques disent que cela étouffe les opinions hétérogènes, renforçant de manière problématique l'idée fausse que la science est un monolithe.

Ceci est résumé par ce qui est devenu un slogan pandémique : « Suivez la science ». David Spiegelhalter, président du Winton Center for Risk and Evidence Communication à l'Université de Cambridge, qualifie cela d'« absolument affreux », affirmant que derrière des portes closes, les scientifiques passent tout leur temps à se disputer et à être profondément en désaccord sur des choses assez fondamentales.

Il dit : « La science n'est pas en avant pour vous dire ce qu'il ne devrait pas être. Je le vois beaucoup plus comme marcher à côté de vous en marmonnant, en faisant des commentaires sur ce qu'il voit et en faisant quelques suggestions provisoires sur ce qui pourrait arriver si vous prenez un chemin particulier, mais ce n'est pas en charge.

Le terme « désinformation » pourrait lui-même contribuer à aplatir le débat scientifique. Martin Kulldorff, professeur de médecine à la Harvard Medical School de Boston, Massachusetts, a été critiqué pour ses opinions sur le verrouillage, qui se rapprochent étroitement de la stratégie plus détendue de sa Suède natale.4 Il dit que les scientifiques qui expriment des opinions peu orthodoxes pendant la pandémie s'inquiètent de face à « diverses formes de calomnie ou de censure . . . ils disent certaines choses mais pas d'autres, car ils pensent que cela sera censuré par Twitter, YouTube ou Facebook. Cette inquiétude est aggravée par la crainte que cela puisse affecter le financement des subventions et la capacité de publier des articles scientifiques, dit-il. Le BMJ.

L'idée binaire selon laquelle les affirmations scientifiques sont correctes ou incorrectes a alimenté la division qui a caractérisé la pandémie. Samantha Vanderslott, sociologue de la santé à l'Université d'Oxford, au Royaume-Uni, a déclaré La nature, "Dénoncer de fausses histoires peut rehausser votre profil." Dans le même article, Giovanni Zagni, directeur du site de vérification des faits italien Facta, a noté que « vous pouvez construire une carrière » en devenant « une voix bien respectée qui lutte contre les mauvaises informations ».5

Mais cela a alimenté une incitation perverse pour les scientifiques à étiqueter les positions des uns et des autres comme de la désinformation ou de la désinformation.6 Van der Linden compare cela à la façon dont le terme « fake news » a été utilisé par Donald Trump pour faire taire ses détracteurs. Il dit: "Je pense que vous voyez un peu la même chose avec le terme" désinformation ", quand il y a une science avec laquelle vous n'êtes pas d'accord et que vous la qualifiez de désinformation."

Le site Web de Health Feedback indique qu'il ne sélectionnera pas de scientifiques pour vérifier les allégations s'ils ont sapé leur crédibilité en "propagant de la désinformation, intentionnellement ou non". Dans la pratique, cela pourrait créer une situation kafkaïenne dans laquelle les scientifiques ne pourraient pas donner leur avis dans le cadre du processus de vérification des faits s'ils exprimaient une opinion que Facebook qualifiait de désinformation. L'effet de chambre d'écho est renforcé par le fait que Health Feedback vérifie parfois les affirmations en examinant ce que les scientifiques ont dit sur Twitter ou dans les médias.

La "vérité" scientifique

Van der Linden dit qu'il est important que les gens comprennent que dans le domaine scientifique "il y a de l'incertitude, il y a un débat, et il s'agit de l'accumulation d'idées au fil du temps et de la révision de nos opinions au fur et à mesure". Un débat sain aide à séparer le bon grain de l'ivraie. Jevin West, professeur agrégé à l'Information School de l'Université de Washington à Seattle, déclare que les plateformes de médias sociaux devraient donc être « très prudentes lorsqu'il s'agit de débats impliquant la science ». Il explique : « L'institution scientifique a développé ces normes et comportements pour être autocorrectifs. Donc, pour [les plateformes de médias sociaux] d'entrer dans cette conversation, je pense que c'est problématique.

Les experts qui ont parlé Le BMJ a souligné la quasi-impossibilité de faire la distinction entre une opinion scientifique minoritaire et une opinion objectivement incorrecte (désinformation). Spiegelhalter dit que cela constituerait un « jugement légaliste difficile sur ce que serait une opinion scientifique raisonnable. . . J'ai mes propres critères que j'utilise pour décider si je pense que quelque chose est trompeur, mais je trouve cela très difficile à codifier.

D'autres scientifiques craignent que, si cette approche de la désinformation scientifique survit à la pandémie, le débat scientifique pourrait devenir de manière inquiétante soumis à des impératifs commerciaux. Vinay Prasad, professeur agrégé à l'Université de Californie à San Francisco, a fait valoir sur le site Web MedPage Today : « Le risque est que la myriade d'acteurs de la biomédecine, des grandes aux petites entreprises de dispositifs biopharmaceutiques et [médicaux], fassent part de leurs préoccupations aux médias sociaux. et les sociétés de revues. Sur un sujet comme les médicaments anticancéreux, une infime poignée de personnes critiques à l'égard d'une nouvelle approbation de médicament peuvent être plus nombreuses que 10:1 par les principaux leaders d'opinion qui travaillent avec l'entreprise. numéro en ligne, peut être jugé « correct » par le public – et, comme le dit le proverbe, l'histoire est écrite par les vainqueurs.

Les entreprises de médias sociaux expérimentent toujours la nouvelle série de mesures introduites depuis l'année dernière et pourraient adapter leur approche. Van der Linden dit que les discussions qu'il a eues avec Facebook ont ​​porté sur la façon dont la plate-forme pourrait aider à favoriser une appréciation du fonctionnement de la science, "pour diriger les gens vers un contenu qui les éduque sur le processus scientifique, plutôt que de qualifier quelque chose de vrai ou de faux . "

Ce débat se joue contre une lutte idéologique plus large, où l'idéal de « vérité » est de plus en plus placé au-dessus du « débat sain ». Kulldorff dit : « Supprimer des choses en général, je pense que c'est une mauvaise idée.Parce que même si quelque chose ne va pas, si vous le supprimez, il n'y a aucune possibilité d'en discuter. Par exemple, bien qu'il soit favorable à la vaccination en général, les personnes ayant des craintes ou des doutes sur les vaccins utilisés ne devraient pas être réduites au silence dans les espaces en ligne, dit-il. "Si nous n'avons pas de débat ouvert au sein de la science, cela aura des conséquences énormes pour la science et la société."

Certains craignent que cette approche ne mine en fin de compte la confiance dans la santé publique. Aux États-Unis, dit West, la confiance dans le gouvernement et les médias est en baisse. Il explique : « La science est toujours l'une des institutions les plus fiables, mais si vous commencez à marquer et à fermer la conversation au sein de la science, pour moi, c'est encore pire que la publication réelle de ces articles individuels.

Plongez plus profondément

Cliquez ci-dessous pour regarder un aperçu de notre tout nouveau cours!

Notre nouveau cours s'intitule « Surmonter les biais et améliorer la pensée critique ». Ce cours de 5 semaines est dirigé par le Dr Madhava Setty & Joe Martino


Voir la vidéo: MON AMI QUI BRILLE DANS LA NUIT - Animated short film 2020